Après Washington, l'UE prolonge à son tour les sanctions contre la Russie

Depuis mars 2014, l'annexion illégale de la Crimée et la déstabilisation délibérée de l'Ukraine par la Russie de Vladimir Poutine ont poussé la communauté internationale à réagir.
Le président du Conseil européen, Donald Tusk, rencontre le président ukrainien Petro Poroshenko à Bruxelles, en Belgique, le 22 juin 2017. REUTERS / Eric Vidal
Le président du Conseil européen, Donald Tusk, rencontre le président ukrainien Petro Poroshenko à Bruxelles, en Belgique, le 22 juin 2017. REUTERS / Eric Vidal (Crédits : Reuters)

Six mois de plus pour les Russes. Donald Tusk, le président du conseil européen, a annoncé jeudi 22 juin le prolongement des sanctions imposées par l'Union Européenne à la Russie. Cette annonce fait suite à celle mardi par les du renforcement des sanctions américaines.

Depuis mars 2014, l'annexion illégale de la Crimée et la déstabilisation délibérée de l'Ukraine par la Russie de Vladimir Poutine ont poussé la communauté internationale à réagir. Le premier partenaire économique de l'Ukraine, l'Union européenne, s'est rapidement attelé à l'adoption de mesures restrictives visant principalement l'économie Russe. Mais pas seulement.

Des relations diplomatiques interrompues

Bien qu'elles soient moins souvent misent en lumière, certaines mesures s'attaquent directement aux relations diplomatiques entre l'UE et la Russie, quand d'autres contraignent sur le plan individuel des citoyens russes.

  • Le sommet diplomatique UE-Russie de 2014 a ainsi été annulé par les Etats membres. De nombreuses discussions bilatérales ont été suspendues et le nouvel accord prévu entre l'UE et la Russie fut lui aussi mis en attente par Bruxelles immédiatement après les événements.
  • Les pays de l'UE ont approuvé unanimement la suspension des négociations relatives à l'adhésion de la Russie à l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), et à l'Agence internationale de l'énergie.

Des mesures restrictives individuelles ont également été mises en places :

  •  150 personnes et 37 entités - principalement des entreprises -  font l'objet d'un gel des avoirs et d'une interdiction d'entrer sur le territoire de l'UE en raison de leur responsabilité dans des actions qui compromettent ou menacent « l'intégrité territoriale, la souveraineté et l'indépendance de l'Ukraine » d'après le Conseil européen. Le 13 mars 2017, le Conseil a d'ailleurs décidé de proroger ces mesures exclusives jusqu'au 15 septembre 2017 ;
  • Dès mars 2014, le Conseil a également décidé de geler les avoirs de certaines personnes identifiées comme étant directement impliqué, voir responsables du détournement de fonds appartenant à l'Etat ukrainien. Ces mesures ont été prorogées en dernier lieu en mars 2016.

Si la plupart de ces mesures ont déjà été prorogées et sont toujours en application, la prolongation annoncée cette semaine concerne principalement les sanctions économiques.

Des sanctions économiques précises

L'annexion illégale de la Crimée et de Sébastopol par la Russie a poussé le Conseil européen a adopté d'importantes restrictions en matières de relations économiques  avec cette zone.

  • L'interdiction des importations de marchandises en provenance de Crimée et de Sébastopol, dès juin 2014, ainsi que d'autres restrictions concernant les investissements liés à certains secteurs économiques et projets d'infrastructures ;
  • Depuis décembre 2014, une interdiction totale des investissements est en place, visant surtout la prestation de services touristiques en Crimée

 Les sanctions les plus importantes visaient précisément les échanges avec la Russie dans des secteurs économiques spécifiques. Leur objectif  est de  :

  • Limiter l'accès aux marchés financiers de l'UE pour cinq grandes institutions financières russes détenues majoritairement par l'Etat, ainsi que pour trois grandes entreprises russes du secteur de l'énergie, et trois entreprises du secteur de la défense ;
  • Imposer un embargo sur les exportations et les importations d'armes ;
  • Interdire l'exportation des biens destinés à une utilisation militaire en Russie ;
  • Restreindre l'accès de la Russie à certains services et technologies sensibles, pouvant être utilisés pour la production et l'exploration pétrolière.

Après l'annonce par Washington du renforcement des sanctions contre la Russie, le Kremlin a rapidement riposté : "Il va sans dire que le premier principe en réponse aux sanctions est la réciprocité", a déclaré Dmitri Peskov, le porte-parole de Vladimir Poutine. Le gouvernement russe n'a pas encore dit si il comptait prendre des mesures similaires vis-à-vis de l'UE mais Moscou avait déjà riposté par le passé, notamment à l'encontre du secteur agroalimentaire. De nouvelles sanctions pourraient rapidement tomber.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 9
à écrit le 24/06/2017 à 8:57
Signaler
Les sanctions sont un bienfait pour la Russie. En effet, après 91, on importait beaucoup des pays occidentaux parce que c'était un signe de nouvelle richesse. Cela avait réduit au quasi néant l'industrie russe, et il était plus facile d'acheter du mo...

le 24/06/2017 à 9:54
Signaler
Vous avez raison, la France devrait pouvoir, aussi, être sanctionné pour améliorer son économie! Mais elle est trop docile et se fait dépouillé de ses richesses pour finir par se plaindre! C'est son cercle vicieux!

à écrit le 24/06/2017 à 8:20
Signaler
Ha , le "suivisme" de tonton Sam n'est pas mort .... car il tente encore !!!

à écrit le 23/06/2017 à 23:31
Signaler
Les sanctions ! Celles des russes contre l'Europe ,contre la France ont coutées 60 milliards d'€ par an ,les producteurs français de fruits ,de lait et de viande en savent quelque chose ! Quand aux seules sanctions d'exportations militaires de l'Euro...

le 24/06/2017 à 8:01
Signaler
Quand on lit que la Russie va commencer en 2018 à fabriquer en serie des missiles hypersoniques 5 fois ( voir plus ) la vitesse du son ... Quel est l'intérêt ? Un missile ira toujours plus rapidement qu'un avion de chasse , c'est un fait ! Aujour...

à écrit le 23/06/2017 à 19:39
Signaler
@BONJOUR A TOUTES ET A TOUS : Rien d'étonnant il faut obéir à son maitre comme un brave petit toutou .... L'EUROPE n'est qu'un vulgaire leurre l'EUROPE n'est qu'une colonie servile a la puissance américaine les intérêts de l'UKRAINE oui pour récup...

à écrit le 23/06/2017 à 19:19
Signaler
Le suivisme de cette zone administrative qu'est l'UE de Bruxelles, simple rouage de Washington!

à écrit le 23/06/2017 à 18:09
Signaler
Poutine, rigole il a rattrapé son retard, mais en plus cela nous coute extrèmement plus cher a nous, et les Américains nous taillent des croupières, merçi Hollande!!!!!

à écrit le 23/06/2017 à 17:32
Signaler
Normal, impossible de fâcher papa qui nous a fait roi et comme le rappellent dans leur quotidien Macron, Philippe et Vilanni, Young Leaders un jour, Young Leaders toujours .... https://www.upr.fr/conferences/qui-gouverne-la-fran...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.