La Grèce adopte de nouvelles mesures de rigueur avant l'Eurogroupe

 |   |  629  mots
(Crédits : Reuters)
De nouvelles manifestations ont accueilli à Athènes le vote au Parlement de nouvelles mesures de rigueur réclamées par ses créanciers comme condition pour le versement de la prochaine tranche de prêt, avant une réunion de l'Eurogroupe mardi.

Le Parlement grec a adopté dimanche soir de nouvelles mesures de rigueur réclamées par les créanciers comme condition pour le versement de la prochaine tranche de prêt avant une réunion de l'Eurogroupe mardi.

De nouvelles manifestations ont émaillé la journée dimanche après-midi à Athènes devant le Parlement et tous les transports publics étaient bloqués dans la capitale pour le week-end avant l'adoption de nouvelles mesures très impopulaires.

Le Parlement grec a adopté le projet de loi qui prévoit un mécanisme de correction automatique en cas de dérapage budgétaire et des mesures supplémentaires pour accélérer les privatisations et augmenter les taxes indirectes.

Le texte de 7.000 pages avait déjà été adopté vendredi en commission parlementaire avec les seules voix de la majorité gouvernementale qui allie la gauche Syriza du Premier ministre Alexis Tsipras au petit parti souverainiste Anel.

Le gouvernement grec espère que l'adoption de ces mesures de rigueur permettra la reprise du plan d'aide accordé l'été dernier par la zone euro mais bloqué depuis plusieurs mois.

Athènes attend que ses créanciers débloquent mardi quelque 5,4 milliards d'euros et allègent l'énorme dette grecque qui représente environ 180% de son produit intérieur brut.

Les ministres des Finances de la zone euro réunis le 9 mai dernier avaient ouvert la voie en ce sens. Et le FMI jeudi avait accentué sa pression sur les Européens les exhortant à accorder à la Grèce une "longue" période de grâce.

Mais l'Allemagne continue de freiner des quatre fers, prévenant qu'un allègement de la dette ne saurait débuter qu'après 2018, une fois achevé le programme d'aide actuel mais surtout après les élections législatives allemandes de 2017.

La "pince coupante" des réformes

Pour décrocher le premier feu vert du 9 mai, et combler les divergences entre FMI et zone euro, la Grèce a dû s'engager à prendre des mesures supplémentaires au cas où elle dévierait de l'objectif d'un excédent primaire (hors service de la dette) de 3,5% en 2018.

La mise en place de ce "mécanisme automatique de correction budgétaire", baptisé Koftis (pince coupante) par les Grecs, est prévue par un amendement au projet de loi. Il sera déclenché chaque année jusqu'en 2018 si des écarts budgétaires sont constatés au printemps et que le ministère des Finances ne prend pas l'initiative de coupes ciblées, mais il épargnera les dépenses sociales, selon le ministère.

Le projet de loi instaure également une Autorité indépendante des revenus publics, pour lutter contre fraude et évasion fiscales, relève d'un point, à 24%, le taux de TVA sur une série de biens, impose à partir de 2018 une "taxe de résidence" à l'hôtellerie, et met en place un nouveau fonds de privatisations pour accélérer les cessions d'actifs publics et doper leur exploitation.

Ce fonds, dénommé Société de participations publiques, avait été exigé par Berlin lors du bras de fer ayant précédé la conclusion en juillet du nouvel accord entre et Athènes et ses créanciers UE-FMI pour éviter au pays banqueroute et sortie de l'euro.

En dépit d'une grogne sociale montante et des mises en garde de nombreux économistes contre les effets récessifs de ces mesures, le gouvernement avait déjà obtenu le 9 mai que ses 153 députés, sur 300 au Parlement, adoptent deux douloureuses réformes des retraites et de l'impôt sur le revenu également requises par les créanciers.

Les journaux grecs étaient très critiques dimanche sur l'absence de garantie de la part des Européens d'un allègement de la dette grecque contre ces nouvelles mesures de rigueur.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/05/2016 à 12:44 :
Il est fort dommage que l'auteur ne précise pas que dans le cadre du projet de loi, déposé sous l’ordre des “créanciers”, nous pouvons lire déjà en consultant son premier article, que “La nouvelle instance ainsi instaurée sous le nom d'Autorité indépendante des recettes publiques (AADE), a comme but, la reconnaissance, la certification et ainsi la compétence de percevoir l’ensemble des recettes publiques (taxes, impôts, douane) entrant dans ses compétences. Cette Autorité, jouit de son indépendance opérationnelle, de l'autonomie administrative et financière et ne peut pas être soumise au contrôle exercé par les organes des gouvernementaux, autorités de l’État ou autres autorités administratives”, la presse grecque en parle toute de même suffisamment.

Par la suite, le deuxième article, précise (sans doute pour ainsi... mieux comprendre) que “L'Autorité (AADE) exerce toutes les prérogatives du Secrétariat Général des Recettes Publiques”, sauf qu’elle “(...) n'est pas soumise au contrôle hiérarchique du ministre des Finances”, (article 5). Si ce projet de loi est adopté par les députés, cela signifie que le gouvernement grec n'a plus aucun rôle (régalien) à incarner... dans les recettes publiques, ni en termes de leur collecte, ni en ce qui concerne leur disposition. Par cette loi, le gouvernement grec s’auto-ridiculise, et il fournit par la même occasion... les clés du Trésor Public à Wolfgang Schäuble. Ce dernier... aurait d’ailleurs formulé des... désirs similaires vis-à-vis des mêmes... matérialités concernant le Trésor Public en France, les journalistes français devraient normalement nous éclairer davantage sur ce point, me semble-t-il.
a écrit le 24/05/2016 à 8:54 :
Comparez la situation de la grèce AVANT qu'elle n'intègre l'UE et maintenant, tant sur le plan économique que social et vous verrez qu'ils se sont bien fait avoir !
La Grèce DOIT sortir de l'UE, tout comme la France d'ailleurs et en 2 ou trois ans, elle se redressera de manière spectaculaire. L'UE est un piège pour les peuples et non une chance ou un rêve comme le claironnent certains ici. Plus vite chacun en sort et mieux tout le monde se portera !
a écrit le 24/05/2016 à 7:17 :
La Grèce est un pays riche pleine de pauvres !
a écrit le 23/05/2016 à 22:21 :
Www le petrole de daech com il est 3 fois moins cher qu en france je veux directement aux stations d essence de france ..je veux la pàstille de petrole solide qui se dilue ds 1000 litres d eau comme ca se fait pour la pàstille de javel ..ou le sucre ou le sel ...de mer .je veux l armee et la police du cambogdge et du vietnam et de l allemagne en france pour securiser le championnat d europe de foot en france et les ports et aéroports et le petrole de france .je veux toulalan avec deschamps pour audrey tautou .....avec ...deschamps ..www energie est la rencontre du petrole et l eau the council of com..www le petrole solide com ..www la pàstille de javel com ..www les pays qui veulent adherer a l europe com www les milliards des grecques sur paradis fiscaux com ..
a écrit le 23/05/2016 à 11:30 :
L'Europe cannibale à l’œuvre.
Réponse de le 23/05/2016 à 13:24 :
L´Europe est une aide de dernière instance et n´a rien à voir avec le cannibalisme ! I have a dream : Revenir à des fondamentaux sains à Maastricht. Que la Grèce fasse le nécessaire pour séduire les investisseurs privés et le monde entier s´en portera mieux !
a écrit le 22/05/2016 à 20:18 :
Ils vont finir à poils ?????? Merçi Tsipras........
a écrit le 22/05/2016 à 19:12 :
Argent contre réforme (de dernière minute !) c´est du donnant donnant. Il s´agit de l´argent des contribuables européens échaudés par le manque d´entrain de l´élite grecque à vouloir s´adapter à l´air du temps comme dirait Goethe. Ce manque d´entrain est perceptible dans tous les pays méditerranéens y compris la France. A défaut et pour s´assainir en profondeur il y aurait la possibilité de se mettre ...en congé ...ou de former avec d´autres un euro bis...
Réponse de le 23/05/2016 à 9:54 :
@ newelsbalder: le plus simple serait de virer la Grèce de l'UE :-) C'est historiquement un pays du Moyen-Orient. En 1919, ils voulaient la reconstruction de l'Empire ottoman à leur profit. Une guerre que les Turcs ont remporté les en ont empêché, mais je vois très bien un fusion de la Grèce et de la Turquie, car ce sont des cultures similaires :-)
Réponse de le 23/05/2016 à 18:29 :
@Réponse de Patrickb
Si vous voulez donner des leçons d'histoire et de géographie, revoyez votre copie! c'est n'importe quoi...
a écrit le 22/05/2016 à 13:36 :
Le gouvernement Grec peut faire passer toutes les lois: augmenter la TVA à 50%, toutes les taxes, etc... cela ne sert à rien puisque ces sommes ne sont pas perçues.
La seule issue est de réduire les dépenses, comme en France d'ailleurs.
Cordialement
Réponse de le 22/05/2016 à 16:24 :
oui mais s'ils veulent qu'on leur efface leur dette, c'est precisemment parce qu'ils n'ont ni l'intention de payer des impots, ni l'intention de reduire les depenses!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :