Les Etats européens, vraiment moins riches sans leur capitale ?

 |   |  421  mots
Seule l'Allemagne gagnerait en richesse si Berlin était retiré du calcul du PIB. NB : Pour la France, Paris englobe également l’Île-de-France.
Seule l'Allemagne gagnerait en richesse si Berlin était retiré du calcul du PIB. NB : Pour la France, "Paris" englobe également l’Île-de-France. (Crédits : Statista*)
La richesse de tous les pays européens baisserait si le PIB par habitant des capitales (ou de la région-capitale) était retiré, à en croire une étude de l'Institut de recherches économiques de Cologne. Tous, sauf un : l'Allemagne. Explications.

La City à Londres, la Défense à Paris, les institutions européennes à Bruxelles... Les capitales sont, bien souvent, le cœur économique et politique des Etats européens. Outre-Manche, l'exemple est frappant : un quart du produit intérieur brut (PIB) est le résultat de l'activité londonienne. Le taux est encore plus élevé en Île-de-France, où un tiers de la richesse nationale est créée.

Ce constat établi, l'Institut de recherches économiques de Cologne a décidé de s'intéresser à "l'effet capitale". En d'autres termes, si le PIB par habitant de chaque capitale européenne était soustrait lors du calcul du PIB national, jusqu'à quel point ce dernier serait-il affecté ? Selon les résultats de l'étude, basée sur des données Eurostat de 2014, le pays le plus touché serait la Grèce, avec une prospérité en baisse de près de 20%. Logique, pour une économie axée sur le commerce extérieur et qui a donc besoin de ses ports, dont le plus important du pays, Le Pirée, se trouve à Athènes.

L'exception allemande

En deuxième position, on retrouve la France, avec une baisse de 15% du PIB si l'Ile-de-France (que l'étude considère comme la région-capitale), où vit près d'un cinquième de la population, était retirée du calcul. Suivent la République Tchèque (-14,2% sans Prague), le Portugal (-13,7% si le PIB par habitant de Lisbonne était retiré) et trois pays scandinaves : le Danemark (-13,3%), la Finlande (-12,9%) et la Suède. Le Royaume-Uni n'arrive qu'en huitième position, avec une prospérité en baisse de 11,2% sans le PIB par habitant de Londres. Un résultat qui s'explique en partie par l'importance d'autres pôles économiques comme Birmingham, deuxième plus grande ville du pays.

Seule surprise de cette étude, l'Allemagne, où Berlin ne contribue qu'à hauteur de 4% du PIB total, ferme la marche. En retirant le PIB par habitant de la capitale, la richesse nationale s'accroîtrait légèrement, de 0,2%. "Ce serait encore plus sans l'ajustement fiscal inter-état et la dotation d'investissement allouée par le gouvernement fédéral", éclaire l'étude. Si le faible poids économique de Berlin, capitale depuis 25 ans seulement, apparaît comme une exception à l'échelle européenne, le résultat de l'étude illustre très bien le modèle fédéraliste du pays, où les "Mittelstand" - entreprises familiales avec un attachement fort au territoire - pèsent avant tout en dehors des métropoles.

*Graphique réalisé par Statista

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/08/2016 à 15:12 :
Etude completement debile. Les grands centres se justifient justement car ils administrent un pays important et centralisé. En admettant que l IDF soit un pays independant, vont ils garder une administration plus que surdimentioneee car faite pour 65 millions d habitants ...
de meme, il est loin d etre sur que toutes les entreprises ayant leur siege a paris le garde si tout d un coup ils sont dans un pays un peu plus grand que monaco (avec les impots en plus et la securite en moins ...)
Quant au cas allemand, on voit que l auteur ne connait pas le pays. Non seulement la RFA est un pays federal mais en plus Berlin n est la capitale que depuis pas tres longtemps (c etait Bonn avant) et a part l adminsitration il ny a pas grand chose.
C est comme si on supprime Berne pour les suisses ou Washington pour les USA. impact limité
Réponse de le 17/08/2016 à 8:32 :
Cette étude est en effet totalement débile, même pas digne d'un stagiaire d'été... Retirons les capitales, et leurs PNB se retrouveront automatiquement déplacé. La meilleure démonstration est justement le fonctionnement Allemand qui, sans Capitale absorbante voit ce même PNB réparti dans les landers.
a écrit le 16/08/2016 à 14:46 :
Rien de surprenant concernant la France puisque tout a été pensé depuis la création du pays par et pour Paris. Les regions ne sont que des "colonies" de l'Île de France à qui l'on a au passage imposé la langue francilienne et les modes de vie qui vont avec. Les politiques de décentralisation ont eu pour objectif de rééquilibrer un peu cette tendance extrême... mais on ne change pas une gouvernance millénaire comme cela !
a écrit le 16/08/2016 à 14:34 :
En France, avec le poids de l'Etat dans l'économie, on aurait pu déconcentrer les richesses beaucoup plus. On aurait pu installer le siège de grandes entreprises publiques (EDF, SNCF, La Poste, France télévision...) en province.
Cela aurait contribué à dynamiser les métropoles de province. A part Lyon, aucune n'a vraiment la dimension européenne qu'ont Barcelone, Munich ou Milan.
a écrit le 16/08/2016 à 14:14 :
et c'est l'Allemagne, équilibrée, qui est en meilleure santé économique.
Réponse de le 16/08/2016 à 16:17 :
C'est tout simplement lié à l'histoire de la constitution de l’État Allemand et non à une supériorité supposée de gestion...
Réponse de le 16/08/2016 à 17:34 :
Où est-ce que je parle de gestion ?

On parle de puissance économique des capitales là, Or la plupart des grandes villes allemandes ont à peu près le même nombre d'habitants et la même puissance économique donc le terme "équilibrée" convient parfaitement, suivez au lieu de vous précipiter à raconter n'importe quoi, merci.
Réponse de le 16/08/2016 à 23:06 :
les villes allemandes sont équilibrées les unes par rapport aux autres et c'est est logique y a peine 150 ans ces dernières etaient des capitales de pays établi depuis plusieurs siècles et le système fédéral maintient cette équilibre

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :