Londres veut des garanties pour les Etats de l'UE non membres de la zone euro

A Berlin, le chancelier de l'Echiquier George Osborne, a demandé que l'UE accepte le principe d'une union avec plusieurs monnaies. Londres ne veut pas s'engager pour la zone euro, mais veut conserver les avantages du marché unique.

3 mn

George Osborne, chancelier de l'Echiquier, veut une union avec plusieurs monnaies.
George Osborne, chancelier de l'Echiquier, veut une union avec plusieurs monnaies. (Crédits : reuters.com)

Londres demande des garanties permanentes pour les pays qui souhaitent rester dans l'Union européenne sans entrer dans la zone euro. S'exprimant dans une conférence à Berlin, George Osborne, le chancelier de l'Echiquier, équivalent du ministre des Finances, a demandé ce mardi 3 novembre à ce que la zone euro reconnaisse que l'UE « a plus qu'une seule monnaie » et qu'ainsi, on puisse s'assurer que les entreprises des pays qui ne sont pas membres de la zone euro ne soient pas discriminés en raison de leur monnaie.

Protéger les intérêts britanniques

La crainte de Londres est que, la zone euro, de plus en plus intégrée, devienne un « bloc » qui dispose de la majorité qualifiée au conseil européen pour imposer ses choix aux autres pays de l'UE, notamment les règles du marché unique ou les conditions du sauvetage des banques et des pays. Le gouvernement conservateur britannique refuse d'exposer ses contribuables à un risque lié à la zone euro, mais il souhaiterait que ses entreprises, et notamment la City londonienne, continuent à bénéficier des règles du marché unique pour l'ensemble de l'UE. La crainte principale de David Cameron est de voir la zone euro favoriser la place boursière de Francfort plutôt que celle de Londres.

Le « oui » devant d'une courte tête

« Vous avez une zone euro qui fonctionne mieux et nous avons la garantie que les coûts liés à la zone euro ne nous seront pas imposés. Le résultat sera une meilleure Union européenne », a résumé George Osborne. Ces garanties devraient constituer le cœur des négociations entre Bruxelles et Londres dans l'optique du prochain référendum britannique sur le maintien dans l'UE. David Cameron a demandé des « réformes » à l'UE pour qu'il s'engage à faire campagne pour le «oui » au référendum. Le dernier sondage, réalisé par l'institut BMG entre les 22 et 27 octobre donne une légère avance au « oui » avec 41 % contre 39 % au « non » et 20 % d'indécis. Le choix du gouvernement peut donc être décisif.

Changement de traité ?

George Osborne a également demandé un changement important de philosophie de l'UE. Il demande que l'Union ne soit pas une « union qui soit toujours plus forte » (« ever-closer union »). « Franchement, les citoyens britanniques ne veulent pas faire partie d'une telle union », a indiqué George Osborne. « Nous voulons un Royaume-Uni dans une UE réformée, mais ce doit être une UE qui fonctionne mieux pour tous les citoyens de l'Europe », a-t-il conclu. Actuellement, l'euro est la monnaie de l'UE dans les traités. Les Etats qui ne sont pas membres de la zone euro sont officiellement en « attente » de pouvoir le devenir. Seuls le Royaume-Uni et le Danemark dispose d'un « opt-out », autrement dit du droit de ne pas entrer dans l'euro s'ils le désirent. Pour d'autres pays, comme la Suède, il faut contourner les traités, par exemple, en laissant flotter sa monnaie. Il faudrait donc un changement dans les traités pour accepter une « union à plusieurs monnaies. »

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 21
à écrit le 24/02/2016 à 10:37
Signaler
Oui la city a peur du brexit et je les comprends. C'est une raison suffisante et supplémentaire pour accélérer le brexit !

à écrit le 04/11/2015 à 12:41
Signaler
Je voudrais vous remarquer qu'il faut toujours se méfier des Anglais. D'expérience (et pas seulement la mienne) les Anglais ont toujours tendance a nous fair un enfant dans le dos. Et je parle en connaissance de cause ayant travailler dans l'internat...

à écrit le 04/11/2015 à 12:00
Signaler
La grande Bretagne est déja intégré dans l'UE, et pour protéger la City (qui elle veut rester dans l'UE), le gouvernement gesticule devant son opinion, les pressions des affaires Londonien sont bien présentes. L UE ne peut se passer de la city, l'inv...

à écrit le 04/11/2015 à 11:39
Signaler
La finalité de l'Europe est d'avoir des règles communes. Le drame de l'Europe viens d'adhésion aux traités et règles à la carte. Bonne chance aux Anglais et au revoir. PS Si les Anglais on leurs demandes acceptées, c'est la victoire des Eurosep...

à écrit le 04/11/2015 à 11:36
Signaler
Il faut préparer la Défense et le Grand Paris pour accueillir la City quand la GB va quitter l'EU. :-) Ils veulent être de la famille (par alliance) mais dicter leurs lois à l'Europe, ce qu'ils pensent utile pour eux. Pas très discret le sous-marin....

à écrit le 04/11/2015 à 11:13
Signaler
Chacun pour soi et Dieu pour tous dans cette triste Union Européenne faites pour faciliter la vie des multinationales!

à écrit le 04/11/2015 à 10:57
Signaler
OUI c'est du chantage... RU hors de l’Europe... qu'ils s'en aillent ils ne manqueront a personne

à écrit le 04/11/2015 à 10:24
Signaler
En 1973 ils n'étaient pas fiers de demander l'aide du FMI face à la faillite de leur économie et au plongeon de leur monnaie (les exploits de Soros). Depuis ils ont repris du poil de la bête en profitant de leur pétrole et de leur intégration tardive...

à écrit le 04/11/2015 à 7:54
Signaler
boh, les grecs aussi voulaient rester dans l'euro sans faire de reformes, tt en beneficiant de taux 0 et de tous les avantages qu'offre un euro ' a l'allemande' pour les importations.... force est de constater que s'ils trainent les savattes pour fa...

à écrit le 04/11/2015 à 1:05
Signaler
Chantage de Cameron au "Oui" à l'Europe avec en point de mire une BCE fortement influencée par la politique monétaire des Britanniques. Il en va aussi de la survie de la City qui pourrait bien perdre son statut de grande place boursière européenne si...

à écrit le 03/11/2015 à 22:08
Signaler
Et il parait qu'ils ont "raison" de ne PAS être à l'euro... Ha? Tu m'expliques le malaise, là..?? Bon, donc, sauf que NOUS avons une dictature de l'euro QUI vient de l'Allemagne ET surtout DES us, tu vas essayer de m'expliquer l'inexplicable et tu fe...

à écrit le 03/11/2015 à 20:28
Signaler
C'est une évidence qui ne date pas d'aujourd'hui que les Anglais veulent tous les avantages sans aucuns inconvénients. On ne peut les incriminer de défendre leurs intérêts. En revanche, on devrait secouer nos bisounours qui, pour éviter les vagues, a...

à écrit le 03/11/2015 à 19:55
Signaler
Comme l'avait si bien dit le Général,dehors les Anglos Saxons ,et il avait bien raison

à écrit le 03/11/2015 à 19:54
Signaler
L'arrogance anglaise a toujours quelque chose d'effarant. Encore plus effarant : la soumission des autres nations (inférieures ?) d'Europe devant cette arrogance. Il est vrai que depuis le XVIII ème siècle nos élites sont anglophiles, et considèrent...

à écrit le 03/11/2015 à 19:41
Signaler
Dit trivialement, le chancelier de l'échiquier veut le beurre et l'argent du beurre. En fait le royaume uni voit l'UE comme une zone de libre échange seulement. Elle veut en tirer les bénéfices et surtout ne pas s'astreindre à respecter les règles co...

à écrit le 03/11/2015 à 19:19
Signaler
Les anglaus veulent le beurre et l argent du beurre ! Les anglais veulent les avantage de l Europe mais pas les inconvénients ! M les anglais quitter cette Europe ! Retablissont les contrôle douanier entre l UE et GB annulons les marche unique entr...

à écrit le 03/11/2015 à 19:14
Signaler
On croit rêver... Ce monsieur demande ouvertement le beurre et l'argent du beurre ! Mais surtout que les Anglais n'hésitent pas à quitter l'UE. Ca fait trop longtemps qu'ils polluent le débat européen déjà bien difficile.

à écrit le 03/11/2015 à 19:12
Signaler
Londres a toujours cru qu'elle était maître du marché mais voilà la crise grecque a montré non sans mal que l'Euro pèse dans les règles intérieures de l'UE et ceux qui en sont en dehors se voit imposer, doucement mais surement, les règles de l'Eurog...

à écrit le 03/11/2015 à 19:07
Signaler
1600 ans de guerre en Europe depuis la chute de l'Empire Romain. Va-t-on avoir encore 1600 ans de guerre, competition et nationalisme? Et encore 1600 ans et encore - ou allons nous creer une civilisation globale humaine cooperative et ecologique avec...

à écrit le 03/11/2015 à 19:07
Signaler
1600 ans de guerre en Europe depuis la chute de l'Empire Romain. Va-t-on avoir encore 1600 ans de guerre, competition et nationalisme? Et encore 1600 ans et encore - ou allons nous creer une civilisation globale humaine cooperative et ecologique avec...

à écrit le 03/11/2015 à 18:28
Signaler
La GB ne veut que du marché, donnons lui le marché mais sans laisser à Londres le pouvoir que lui confère son statut de membre de l'EU. La zone euro devrait se concentrer sur elle même et faire moins de cas des autres états qui ne veulent pas aller v...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.