Macron organise à Versailles un sommet pour décider d'un "nouveau modèle économique" de l'UE

S'adressant à la nation, Emmanuel Macron a indiqué que la guerre en Ukraine déclenchée par la Russie aura "immanquablement" des conséquences sur l'économie en France et le gouvernement va préparer "un plan de résilience" pour y faire face. La Commission européenne a par ailleurs indiqué qu'elle pourrait prolonger la suspension de ses règles de rigueur budgétaire en 2023 si cela était rendu nécessaire par l'impact de la guerre en Ukraine sur l'économie de l'UE. Emmanuel Macron a également annoncé un sommet européen informel qui se tiendra les 10 et 11 mars à Versailles au cours duquel il "aura à décider" sur "le nouveau modèle économique" de l'UE.

9 mn

(Crédits : POOL)

La « guerre » contre le Covid-19 n'est pas encore terminée qu'une deuxième vient de commencer entre la Russie et l'Ukraine, bouleversant l'ordre mondial et menaçant la paix dans l'Union européenne. Avec dans les deux cas des conséquences économiques très lourdes pour la France comme l'a rappelé Emmanuel Macron ce mercredi soir. Lors d'une allocution à la nation, le chef de l'Etat a déclaré que « la guerre en Ukraine aura "immanquablement » des conséquences sur l'économie, avec des prix à la pompe et des factures de chauffage qui allaient augmenter en raison de la flambée des cours du pétrole et du gaz observée depuis le début du conflit.

Hausse des prix

A l'instar des prix à la pompe qui ne cessent de grimper, la montée en flèche des prix des céréales, notamment le blé, mais aussi ceux des différents métaux comme l'aluminium, viennent augmenter le coût de la vie et éroder le pouvoir d'achat des Français.

"Notre croissance, aujourd'hui au plus haut, sera immanquablement affectée par le renchérissement du prix du pétrole, du gaz, des matières premières et cela aura des conséquences sur notre pouvoir d'achat demain. Le prix du plein d'essence, le montant de la facture de chauffage, le coût de certains produits risque de s'alourdir encore", a averti Emmanuel Macron.

Pour rappel, la France avait connu une croissance de 7% du PIB en 2021, après une chute de 8% en 2020 durant la pandémie.

Les prix à la pompe, déjà à des niveaux historiques, ont en effet de fortes chances d'augmenter encore de quelques centimes cette semaine, dans le sillage des cours du brut, a estimé mercredi l'Union française des industries pétrolières (Ufip).

Emmanuel Macron a ajouté que "notre agriculture, notre industrie, nombre de secteurs économiques souffrent et vont souffrir soit parce qu'ils dépendent des importations de matières premières venues de Russie ou d'Ukraine, soit parce qu'ils les exportent vers ces pays".

"Vous protéger"

Alors que l'ensemble des 19 filières industrielles françaises ont été reçues dans l'après-midi par la ministre de l'Industrie Agnès Pannier-Runacher pour faire le point sur les difficultés particulières des différents secteurs, le président a promis de "protéger" et "épauler" les secteurs économiques les plus exposés, "en recherchant de nouveaux fournisseurs, ou de nouveaux débouchés commerciaux".

"C'est à cette fin que je me suis entretenu avec des homologues américains, européens, moyen-orientaux", a-t-il précisé.

"Nous apporterons des réponses adaptées face aux perturbations des flux commerciaux et à l'augmentation des prix", a promis le chef de l'Etat.

Plan de résilience économique en vue

Ce dernier a demandé au Premier ministre d'élaborer pour les prochains jours un plan de résilience économique et sociale pour répondre à ces difficultés".

Lire aussi 7 mnGuerre en Ukraine : le gouvernement prépare « un plan de résilience » pour la France

Sur le plan budgétaire, le président a indiqué que la France allait amplifier l'investissement dans sa défense "décidé dès 2017" et "poursuivra sa stratégie d'indépendance et d'investissements dans son économie, sa recherche, son innovation, déjà renforcés à la lumière de la pandémie", a-t-il indiqué.

Évoquant, comme il l'a fait le jour de l'inauguration du salon de l'agriculture, le thème de la souveraineté, Emmanuel Macron a estimé que le pays devait "accepter de payer le prix de la paix, de la liberté, de la démocratie" en "investissant davantage pour moins dépendre des autres continents". Concernant l'énergie, il a indiqué qu'il "défendrait une stratégie d'indépendance énergétique européenne". "Nous ne pouvons plus dépendre des autres et notamment du gaz russe pour nous déplacer, nous chauffer, faire fonctionner nos usines", a-t-il ajouté.

Bruxelles pourrait prolonger la suspension des règles de rigueur budgétaire

L'heure n'est probablement pas au retour des règles de rigueur budgétaire qui avaient été suspendues pendant la crise sanitaire. La Commission européenne a d'ailleurs indiqué mercredi qu'elle pourrait prolonger la suspension de ses règles de rigueur budgétaire en 2023 si cela était rendu nécessaire par l'impact de la guerre en Ukraine sur l'économie de l'UE. Le pacte de stabilité, qui limite les déficits publics à 3% et la dette à 60% du Produit intérieur brut (PIB), avait été temporairement suspendu début 2020 dans le contexte de la pandémie mondiale de Covid-19. Cela a permis aux 27 pays membres de prendre des mesures de soutien exceptionnelles.

Le pacte devait être réactivé au 1er janvier 2023, mais "compte-tenu des incertitudes élevées" pour la croissance liées à l'invasion de l'Ukraine par la Russie, "nous allons réexaminer cela au printemps", en mai ou juin, a expliqué le vice-président de la Commission européenne, Valdis Dombrovskis. D'ici là, Bruxelles aura préparé de nouvelles prévisions économiques.

Le 10 février, Bruxelles avait légèrement revu en baisse sa prévision de croissance du produit intérieur brut (PIB) pour 2022, à 4%, en raison notamment de la flambée des prix de l'énergie. Le commissaire à l'Economie, Paolo Gentiloni, avait prévenu que les tensions géopolitiques autour de l'Ukraine faisaient peser un risque important sur ce pronostic.

"Ce risque s'est matérialisé, nous faisons face à une guerre", a-t-il constaté mercredi. "Elle va probablement avoir un impact négatif sur la croissance européenne, à travers les répercussions sur les marchés financiers, la pression accentuée sur les prix de l'énergie, des perturbations prolongées sur les chaînes d'approvisionnement et les effets sur la confiance" des consommateurs et des investisseurs, a-t-il précisé.

Pour l'instant, la commission estime que le conflit militaire en Ukraine "ne va pas faire dérailler l'expansion en cours, mais va l'affaiblir", a souligné Paolo Gentiloni.

Bruxelles a publié mercredi ses orientations budgétaires pour les Etats membres de la zone euro en 2023. La commission insiste sur le besoin "d'assurer la soutenabilité de la dette grâce à un ajustement budgétaire progressif" et souligne le besoin de différenciation des politiques budgétaires selon les pays. Les plus endettés doivent donner priorité à une réduction graduelle de leur dette, tandis que les moins endettés doivent insister sur les investissements, a expliqué Valdis Dombrovskis.

Le ministre français de l'Economie Bruno Le Maire a par ailleurs annoncé que les Etats membres travaillaient avec la Commission sur des aides aux entreprises subissant les conséquences du conflit en Ukraine. "Elles doivent cibler en priorité les entreprises les plus fragiles, les plus exposées au prix du gaz et les plus exposées à la concurrence internationale", a-t-il dit, en précisant qu'elles pourraient notamment prendre la forme d'aides d'Etat ou de prêts.

"Décider un nouveau modèle économique" pour l'UE

Emmanuel Macron a par ailleurs annoncé un sommet européen informel qui se tiendra les 10 et 11 mars à Versailles. Il "aura à décider" sur "le nouveau modèle économique" de l'UE rendu nécessaire par l'invasion russe de l'Ukraine.

"A ce retour brutal du tragique dans l'Histoire, nous nous devons de répondre par des décisions historiques", a déclaré le chef de l'Etat dans une allocution télévisée.

"D'ores et déjà notre Europe a montré unité et détermination. Elle est entrée dans une nouvelle ère", a-t-il ajouté.

Le sommet informel de l'UE, organisé au château de Versailles, dans le cadre de la présidence tournante française, aura donc à prendre des décisions sur "une stratégie d'indépendance énergétique européenne" et sur "la défense européenne", selon lui.

A l'origine, ce sommet devait porter "sur le modèle européen de croissance et d'investissement pour 2030", à la suite du vaste plan de relance engagé par l'UE en pleine crise du Covid-19. L'Europe "doit désormais accepter de payer le prix de la paix, de la liberté, de la démocratie. Elle doit investir davantage pour moins dépendre des autres continents et pouvoir décider pour elle-même, en d'autres termes devenir une puissance plus indépendante, plus souveraine", a déclaré Emmanuel Macron.

"Puissance de paix, nous ne pouvons pas dépendre des autres pour nous défendre, que ce soit sur terre, sur mer, sous la mer, dans les airs, dans l'espace ou le cyberespace (...). Notre défense européenne doit franchir une nouvelle étape", a-t-il ajouté.

"Nous ne pouvons plus dépendre des autres, et notamment du gaz russe, pour nous déplacer, nous chauffer, faire fonctionner nos usines. Voilà pourquoi, après avoir décidé, pour la France, le développement des énergies renouvelables et la construction de nouveaux réacteurs nucléaires, je défendrai une stratégie d'indépendance énergétique européenne", a poursuivi le président français.

------------------------

LA FRANCE PRENDRA SA PART POUR ACCUEILLIR LES RÉFUGIÉS

Emmanuel Macron a affirmé que Vladimir Poutine était "seul" à avoir choisi la guerre contre l'Ukraine et a réclamé "des décisions historiques" pour rendre la France et l'Europe "plus indépendantes", en particulier pour assurer leur défense. La France "prendra sa part"  pour accueillir les réfugiés ukrainien, a-t-il promis, notamment "en accueillant les enfants forcés à l'exil, séparés de leur père resté combattre". Pour lui, C'est "bien seul et de manière délibérée que reniant un à un les engagements pris devant la communauté des nations, le président Poutine a choisi la guerre". "La Russie n'est pas agressée, elle est l'agresseur", "cette guerre n'est pas un conflit entre l'Otan et la Russie" et "encore moins une lutte contre le nazisme, c'est un mensonge", a-t-il estime.

Mais "nous ne sommes pas en guerre contre la Russie", a-t-il lancé, se disant "aux côtés de tous les Russes qui refusent qu'une guerre indigne soit menée en leur nom". Il s'est aussi redit prêt au dialogue avec le président russe. "J'ai choisi de rester en contact, autant que je le peux et autant que c'est nécessaire, avec le président Poutine pour chercher sans relâche à le convaincre de renoncer aux armes".

"La guerre en Europe n'appartient plus à nos livres d'histoire ou nos livres d'école elle est là, sous nos yeux", a-t-il conclu.

(Avec AFP)

9 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 34
à écrit le 12/03/2022 à 17:12
Signaler
Mais oh ! C'est le moment Macron là ! C'est pas ce petit président Zelenski qui va lui voler la vedette quand même !

à écrit le 04/03/2022 à 11:10
Signaler
Poutine et la Russie a profité de la naïveté de l'Union Européenne en particulier des commissaires européens. De même avec la Chine avec Xi Jinping qui n'est qu'un copier-coller de Poutine après l'épisode de L'Ukraine la Chine va profité de faire l...

à écrit le 04/03/2022 à 9:24
Signaler
" ..... si par hasard , sur'lpont des ARTS , tu croises Macron le vent Macron , français prend garde a ton pognon ........."

à écrit le 04/03/2022 à 9:24
Signaler
" ..... si par hasard , sur'lpont des ARTS , tu croises Macron le vent Macron , français prend garde a ton pognon ........."

à écrit le 04/03/2022 à 9:17
Signaler
Juste quelques interrogations, qui va payer ces 2 jours de réunion ? ou est l'empreinte carbone ? quid des gènes occasionnées dans la commune ? n'existe t'il pas les visio-conférences pour ces personnes ? et ou est "parti" le COVID ?

à écrit le 03/03/2022 à 20:15
Signaler
“indépendance énergétique européenne” <p> D’ou vient l’uranium pour les centrales nucléaires? Niger, près de la frontière avec le Mali. Et qui est en train de s’emparer du Mali, la France étante en train de se retirer? La Russie. Ha ha ha.

à écrit le 03/03/2022 à 19:43
Signaler
Bref, le "candidat" Macron fera campagne en petit comité avec les grands de ce monde, sans être contredit, faisant les unes des médias!

à écrit le 03/03/2022 à 17:14
Signaler
Il était temps que l'europe se réveille, j'espère que ces discours seront suivi d'action et que l'europe quittera L'OTAN, car c'est de cela qu'il s'agit bien plus que de répondre à la menace russe. Le changement de politique Française et surtout All...

à écrit le 03/03/2022 à 16:57
Signaler
A lire la plupart des commentaires, on voit bien l'image du Français, celui qui pleure la bouche pleine. On ne serait pas dans le pays où la redistribution des richesses est la plus élevée au monde, ça ferait juste sourire. Un pays où même si on ne f...

le 04/03/2022 à 6:50
Signaler
Vue que cette "richesse" nous ne la devons pas a Macron, qui ne se permet que d'en jouir en se moquant des producteurs, il a l'art de confondre les causes et les conséquences, comme le but et les moyens employés!

à écrit le 03/03/2022 à 12:43
Signaler
Nous devrions défendre l'Ukraine, qui a participé au ravage en Irak ( avec Pologne & Usa ), nous n'étions pas dans le coup ( pour une fois ), qui a créer de fait le terrorisme internationnal islamique dont nous avons nous, payer le prix, pas les Usa...

à écrit le 03/03/2022 à 12:13
Signaler
Il faut consulter les Français dans leur ensemble par référenum , on ne peut pas diriger le peuple Français à la Poutine , on est absolument contre une mise sous tutelle des citoyens pas apte à comprendre soit disant .

à écrit le 03/03/2022 à 10:49
Signaler
Il est dommage avec le recul doit-il penser, d'avoir fait du "quoi qu'il en coute" pour une soi disant guerre, maintenant plus de "quoi qu'il en coute" même pour une vraie guerre ? Le trou est trop profond ?

le 03/03/2022 à 15:32
Signaler
hé oui ! en essuyant maintenant des affronts diplomatiques. hélas

à écrit le 03/03/2022 à 10:29
Signaler
Il serait bon de rappeler que l'Europe est gouvernée par des Gens NON ELUS et tres proches, des Financiers.Par ailleurs , le Parlement Europeen n' a aucun pouvoir, a part faires des commentaires sur les decisions de la Commission.ILn'y a jamais eu de...

à écrit le 03/03/2022 à 9:28
Signaler
Résumons: l'Ukraine qui a participé à la destruction de l'Irak reçoit l'appui des Usa pour dans un jeu de billard à 3 bandes entrer de force dans l'UE. Nous allons donc payer la mise à niveau des infrastructures voir la reconstruction de ce pays. Ens...

à écrit le 03/03/2022 à 8:07
Signaler
Quand on se projette au delà de l'élection, sans concertation avec ses concurrents, c'est que l'on est en "campagne" sinon la gestion au jour le jour aurait été amplement suffisant!

le 03/03/2022 à 8:52
Signaler
Vous mélangez les sujets pour vous satisfaire .. ici le sujet c est là avenir de l Europe …. Votre, notre avenir !! Un peu de projection ça fait pas de mal!

le 03/03/2022 à 12:48
Signaler
L'avenir de l'Union Européenne ne pas confondre s'il vous plaît. L'Ukraine ne fait pas partie de l'Union Européenne voyez vous.

à écrit le 03/03/2022 à 8:03
Signaler
C'est incompréhensible et il y a rien de nouveaux par rapports aux promesses habituelles européistes qui ont trente ans cette année depuis Maastricht et est-ce que cela intéresse les gens qui passent 8h par jour derrière leur télé et qui vont ensuite...

le 03/03/2022 à 8:55
Signaler
Vous soulignez avec justesse l inadaptation et l absence de curiosité des français centrés sur leur nombril.. quand je lis ou regarde la presse étrangère je mesure l écart avec la notre plus versé sur les rubriques «  chat écrasé » que ce qui se pas...

le 03/03/2022 à 9:11
Signaler
Les français doivent se coltiner des salaires au rabais, l'explosion des prix de l'essence tandis que les propriétaires des outils de production ont toujours plus éloigné les lieux de travail des habitations des salariés, doivent se coltiner encore d...

à écrit le 03/03/2022 à 6:33
Signaler
il "aura à décider" sur "le nouveau modèle économique" de l'UE. Mazette il se prend pas pour rien le gamin. J'espère que ses petits camarades chefs d'état lui obéiront bien. Comme je le disais hier, changeons de paradigme au lieu de faire de la résil...

le 03/03/2022 à 8:11
Signaler
Je ne dirais que deux mots: Pas mieux!

à écrit le 03/03/2022 à 5:53
Signaler
Macron a l'art de se décharger de toutes responsabilités . Chaque jour une nouvelle saignée pour nos portefeuilles, mais cette fois on va payer combien nos énergies ? Ca fait des 10ene d'année qu'on paye cher les carburants, edf gdf a des prix sans...

le 03/03/2022 à 10:45
Signaler
Avec le nucléaire nous payons l'électricité beaucoup moins cher que chez nos voisins.

à écrit le 02/03/2022 à 23:45
Signaler
L'europe n'y résistera pas L'Allemagne va avoir elle aussi des difficultés et entretenir les cigales comme la France ne fera pas partie de ses priorités .Le chacun pour soi va être de rigueur . Devons nous maintenir les jeux olympique de 2024 dans un...

à écrit le 02/03/2022 à 23:15
Signaler
Je ne comprends pas Bruno Lemaire a dit que la Russie c'est peanuts même pas 1% de nos échanges alors j'aimerais bien savoir qui raconte des salades ? Je note que les poches sont sans fond. Finalement les crises çà a du bon.. concernant le réarme...

le 03/03/2022 à 9:03
Signaler
Quel est le rapport avec le sujet ?

le 03/03/2022 à 9:06
Signaler
Quel est le rapport avec le sujet ? Selon vous on devrait laisser la Russie annexée l Ukraine pour que vous conserviez votre petit confort rive gauche… si on fait ça tous les pécho vont tomber comme des dominos et on se retrouvera avec des chars rus...

le 03/03/2022 à 9:08
Signaler
Quel est le rapport avec le sujet ? Lemaire ´ a pas dit que le commerce russe représentait moins de1% mais 3-4%… après il s’agit de répartition tant de % par secteurs : vins spiritueux + 10%, aéronautique 17% etc… Selon vous on devrait laisser la...

le 03/03/2022 à 12:17
Signaler
Arrêtez de vous faire des films. Nous ne sommes pas en guerre et la Russie ne nous menace pas. Nous n'en dirons pas autant pour l'inverse.

à écrit le 02/03/2022 à 22:29
Signaler
De mème que pour le COVID on a dans ce pays toute une flopée d'oiseaux de malheur qui prédisent le pire et dont fait partie Macron ! Comme si le globe allait s'arrèter de tourner parce qu'on a moins de gaz ou de vodka ! Ca ...

le 03/03/2022 à 5:35
Signaler
Vous ne comprenez rien a l economie, et a l impact du prix de l energie: ca ne concerne pas seulement le chauffage et les transports, tous les biens de consommation seront impactes. On en reparle dans qques annees et on pourra comparer par rapport ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.