Espagne : Rajoy renversé, la revanche de Sanchez "le beau mec"

 |   |  887  mots
Pedro Sanchez (PSOE, socialiste) vient de faire chuter le gouvernement de Rajoy (PP, droite) ce vendredi 1er juin 2018, et remercie les 180 députés qui l'ont aidé.
Pedro Sanchez (PSOE, socialiste) vient de faire chuter le gouvernement de Rajoy (PP, droite) ce vendredi 1er juin 2018, et remercie les 180 députés qui l'ont aidé. (Crédits : Reuters)
Une semaine après la condamnation du PP dans le méga-procès pour corruption du Parti populaire (PP), le Parlement espagnol adopte une motion de censure contre Mariano Rajoy (PP, droite) qui est destitué. Pedro Sanchez (PSOE, socialiste) prend sa place, mais il ne lui sera pas facile de former un gouvernement avec la majorité hétéroclite qui l'a porté au pouvoir.

[ Article publié le vendredi 1er mai à 11:48, mis à jour à 15:10 avec El Pais]

Le socialiste Pedro Sanchez est devenu vendredi le nouveau président du gouvernement espagnol après l'adoption par le Parlement d'une motion de censure contre Mariano Rajoy (Parti populaire, droite), qui était le chef du gouvernement espagnol depuis décembre 2011.

Les députés du Congrès des députés, la chambre basse du Parlement, se sont prononcés par 180 voix pour, 169 voix contre et une abstention.

Le méga-procès de corruption "Gürtel" a coulé le PP de Rajoy

Mariano Rajoy, qui gouvernait depuis six ans jusqu'à la condamnation la semaine dernière de son parti (PP) dans un méga-procès de corruption baptisé Gürtel, a reconnu, avant même le vote, qu'une majorité des députés allait approuver la motion de censure déposée par le Parti socialiste (PSOE) de Pedro Sanchez et porter ce dernier à la tête du gouvernement :

"Nous pouvons présumer que la motion de censure sera adoptée. En conséquence, Pedro Sanchez va être le nouveau président du gouvernement", a-t-il déclaré.

Mariano Rajoy, PP, parlement espagnol,

[Cliquez sur l'image pour l'agrandir. Mariano Rajoy, renversé par la motion de censure, quitte le parlement espagnol sous les applaudissements de ses partisans, le 1er juin 2018. Crédit : Sergio Perez / Reuters]

Une page de l'histoire politique espagnole se tourne. Au pouvoir depuis décembre 2011, M. Rajoy, 63 ans, avait survécu à plusieurs crises majeures : de la récession, face à laquelle il a imposé une sévère cure d'austérité, jusqu'aux mois de blocage politique en 2016, en passant par la tentative de sécession de la Catalogne l'an dernier.

Lire aussi : Catalogne : la condamnation d'Artur Mas ou les limites de la stratégie de Madrid

Pedro Sanchez, qui a réussi à convaincre une majorité hétéroclite de renverser Mariano Rajoy, déclarait quant à lui :

"Aujourd'hui (vendredi), nous écrivons une nouvelle page de l'histoire de la démocratie dans notre pays."

La revanche du "beau mec"

A 46 ans, M. Sanchez, ancien professeur d'économie surnommé le "beau mec" en Espagne, semble tenir sa revanche, lui dont l'investiture à la tête du gouvernement avait été rejetée par les députés en mars 2016 avant qu'il ne réalise en juin de la même année le pire score de l'histoire du PSOE aux élections législatives.

Débarqué de sa formation à la suite de cette déroute électorale, il en a repris les rênes l'an dernier grâce au soutien de la base contre les barons du PSOE.

Monté au front contre Rajoy dès l'annonce, jeudi dernier, de la condamnation du PP dans le méga-procès pour corruption "Gürtel", il a tenté cette fois avec succès un coup de poker politique.

Sanchez au risque d'une majorité hétéroclite

Mais il a dû former autour des 84 députés socialistes une majorité hétéroclite allant de Podemos aux indépendantistes catalans et aux nationalistes basques, pesant au total 180 voix sur 350 députés.

"M. Sanchez veut être chef du gouvernement à n'importe quel prix" mais va "rentrer à la Moncloa (siège de la présidence du gouvernement) par la porte de derrière", a raillé Rafael Hernando, patron des députés du Parti Populaire (PP) de M. Rajoy.

[plus d'informations dans quelques minutes]

(Avec Reuters et AFP)

Pedro Sanchez (PSOE), motion de censure, Rajoy (PP), Espagne,

[Cliquez sur l'image pour l'agrandir. Pedro Sanchez le 1er juin 2018 applaudit les 180 députés qui ont permis la réussite de sa motion de censure contre le gouvernement Rajoy. Crédit : Sergio Perez / Reuters]

Catalogne : pas de droit à l'autodétermination, dixit Sanchez

Le site web du quotidien espagnol El Pais publie cet après-midi un article titré "Sánchez, el superviviente inesperado" ("Sanchez, le survivant inattendu") dans lequel il explique le parcours éclair et totalement surprenant d'un homme qui, en un an, reconquiert le parti socialiste espagnol et dans la foulée se retrouve à La Moncloa (L'Elysée espagnol).

Le quotidien précise que, Sanchez, qui sera le premier président de la démocratie à n'être pas en même temps député, a renversé Rajoy grâce au soutien de Podemos et des groupes nationalistes et indépendantistes. La même alliance qui a fait exploser le PSOE, lorsque, après les élections de juin, une partie des dirigeants du parti s'inquiétait de devoir former un gouvernement avec les sécessionnistes.

Volonté de fer

Si bien sûr, analyse El Pais, on peut croire que, désormais, c'est l'arithmétique des influences qui va décider, Sanchez prétend n'avoir rien négocié avec ces groupes politiques, affirmant que leur gouvernement se conformera et fera respecter la Constitution, et qu'il n'admet pas le droit à l'autodétermination pour la Catalogne. Malgré cela, les dirigeants historiques du parti sont préoccupés par les conditions dans lesquelles ils accèdent à la présidence.

Pour le quotidien espagnol, personne ne peut douter de la volonté de fer de Pedro Sánchez. La résistance et la persévérance sont deux des caractéristiques les plus pertinentes de son profil psychologique, qu'il a montrées face à des situations dans lesquelles il avait tout contre lui, explique notamment El Pais.

___

LIRE AUSSI

Lire aussi : Espagne : la crise politique est terminée, Mariano Rajoy est réélu

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/06/2018 à 9:11 :
Plus que la victoire de cet énième homme politique insipide (ça ne vous rappelle personne ?) c'est l'échec de Rajoy qui l'a coulé à cause de sa corruption affichée, il serait temps que les médias insistent sur ce point.

Les élections c'est par défaut et non par envie que l'on y vote.
a écrit le 02/06/2018 à 14:06 :
Aujourd’hui l’Espagne reste un pays très fragmenté. Sans nouvelles élections, grâce a une motion de censure, les espagnols sont passés d’un gouvernement de droite à un gouvernement de gauche. Contrairement à ce qui est écrit dans les journaux français, l’Espagne souffre d’un système de retraites à l’agonie, d’un ralentissement de création d’emplois et surtout de création d’emplois précaires. Sans parler de la corruption qui est généralisée avec l’emprisonnement d’un ancien ministre il y a encore moins d’une semaine.
Réponse de le 04/06/2018 à 10:48 :
"les espagnols sont passés d’un gouvernement de droite à un gouvernement de gauche"

:D

ET il a vu ça où ? :D

Déjà dire que Rajoy est de droite c'est insulter cette dernière mais il est vrai qu'ils osnt nombreux à l'insulter...

Trollage.
a écrit le 01/06/2018 à 19:57 :
Quel procès ?

Celui dont ce journal a tu l'existence jusqu'à aujourd'hui ? Faudrait pas faire un lien avec l'UE c'est ça ?
a écrit le 01/06/2018 à 16:26 :
Rajoy était une erreur de casting qui va couter cher à l'Espagne.

Non seulement son parti est totalement corrompu, mais en plus c'est le PP qui a provoqué la flambée indépendantiste en Catalogne.
Alors qu'un vote tout a fait légal au parlement espagnol en 2006 avait accordé un statut de large autonomie, le gouvernement de Rajoy en 2010 l'a fait annuler et a refusé toute évolution, ce qui a cristallisé le sentiment indépendantiste.
La gestion à la matraque de la crise née du réferendum "sauvage" de 2017 n'a fait qu'empirer les choses.

Il est plus que temps qu'il parte. Mais maintenant que les dégâts sont faits dans l'opinion, il restera difficile à son successeur de sauver l'Espagne en tant qu'états-unis.
Réponse de le 01/06/2018 à 18:19 :
Rajoy?? ses résultats ne sont dramatiques dette 98.3% comme la France, dépense publique 41% soit 15 points de moins que la France, balance commerciale même niveau que la France 18%, déficit public légèrement supérieur à notre pays....lorsque l'on voit ce pays revenir d'où il vient après la crise de 2008/2009 bennnnn pas mal, Rajoy, de plus sanchez un loser de première qui a échoué sur chaque élément qu'il a touché.... bon courage l'Espagne. Un socialisse généralement met peu de temps à couler ce que ses prédécesseurs ont mis longtemps pour arrier.
a écrit le 01/06/2018 à 16:03 :
Avec un "tel" succès, je ne serais guère étonné de voir Hollande se projeter dans l'avenir. Quant à Valls, il va devoir bien réfléchir quel parti espagnol il compte rejoindre. Nous verrons aussi si les catalans seront libérées des prisons !
Réponse de le 02/06/2018 à 18:24 :
Tout ceci est de bon augure pour Hollande(le beau mec),qui risque d'etre plébiscité en 2022,vu la médiocrité de Macron et Wauquiez
a écrit le 01/06/2018 à 14:56 :
Un gouvernement populiste qui veut rester sous domination de l' UE, c' est la définition de Syriza qui a porté Tsypras au pouvoir afin de "syriser" les grecs ..

Vincent Brousseau, ancien économiste à la BCE et responsable national de l' UPR en charge de l’euro et des questions monétaires :

"Si on veut sortir de l’euro, il faut non seulement gagner les élections, mais il faut les gagner en ayant explicitement dit que c’est cela que l’on ferait.
Quand les représentants des instances européennes ne savent plus, ils récitent le dogme "
https://francais.rt.com/opinions/51183-ancien-specialiste-questions-monetaires-bce-analyse-crise-italienne-rt
a écrit le 01/06/2018 à 14:16 :
cf. article Bloomberg de février dernier qui s'interrogeait sur la capacité de l'Espagne à maintenir son niveau de croissance au vu (1) de la baisse régulière du taux d'épargne des ménages depuis 2010 à un faible niveau de 6% aujourd'hui, (2) de la stagnation des salaires et (3) du ralentissement de la baisse du chômage :
https://www.bloomberg.com/news/articles/2018-02-04/forget-catalonia-spanish-shoppers-are-key-to-the-economy
a écrit le 01/06/2018 à 14:16 :
En Espagne la corruption est comme en France et en Italie,

la corruption est dans les rangs des pro-europe de bruxelles

la violation du NON des Français à l'Europe en 2015 était déjà une conséquence de la corruption aggravée de l'europe de bruxelle
a écrit le 01/06/2018 à 12:01 :
"Espagne : le Parti populaire au cœur d’un scandale financier" https://www.latribune.fr/actualites/economie/union-europeenne/20131219trib000801876/espagne-le-parti-populaire-au-coeur-d-un-scandale-financier.html#awaitingComment1886655

Tacho le poto à merkel et macron ! On ne le pleurera pas en fait on l'a déjà oublié...

L'Italie ne veut pas mourir sous la dictature financière européen et l'espagne non plus: "En Espagne, le changement par les villes ?" https://www.monde-diplomatique.fr/carnet/2015-12-19-Espagne

Mais ces deux pays n'arriveront pas à sortir l'europe des griffes de la finance espérons qu'ils iront jusqu'au bout de la logique de leurs peuples et qu'ils quitteront cette union européenne mortifère.

Encore ce matin à la radio encore un patron français en pleure à la radio parce que son concurrent s'est délocalisé en Pologne avec des ouvriers à 300 euros par mois, il est obligé de mettre la clé sous la porte et de virer tout ses employés.

Vite un frexit, cette europe là est à vomir.
Réponse de le 01/06/2018 à 13:38 :
On va directement aux législatives anticipées ; et c'est Ciudadanos (l'En marche local) qui risque fort de décrocher la jackpot.
Réponse de le 01/06/2018 à 14:49 :
"On va directement aux législatives anticipées ; et c'est Ciudadanos (l'En marche local) qui risque fort de décrocher la jackpot."

JE vous ai déjà répondu une fois alors que non seulement votre réponse n'a pas grand à voir avec le sujet que je développe mais qu'en plus elle ne dit rien il faudrait deviner au travers de votre pensée ce que vous voudriez exprimer.

Ciudadanos sera moins corrompue c'est évident que le parti populaire espagnole ou le psoe hein pas de jaloux surtout !

Maintenant il est évident que ce ne sont que de simples serviteurs des marchés financiers qui n'apporteront rien de bien, vaut il mieux un politicien un peu puissant corrompu ou bien un politicien serviteur et donc faible ? Pas facile mais quand même les magouilles qui détournent l'argent public ce serait bien d'essayer d'y mettre un terme ou du moins de les juguler.

Apprenez à écrire svp, merci.

ET merci aussi de diffuser cette réponse quand même hein...
Réponse de le 01/06/2018 à 14:49 :
"On va directement aux législatives anticipées ; et c'est Ciudadanos (l'En marche local) qui risque fort de décrocher la jackpot."

JE vous ai déjà répondu une fois alors que non seulement votre réponse n'a pas grand à voir avec le sujet que je développe mais qu'en plus elle ne dit rien il faudrait deviner au travers de votre pensée ce que vous voudriez exprimer.

Ciudadanos sera moins corrompue c'est évident que le parti populaire espagnole ou le psoe hein pas de jaloux surtout !

Maintenant il est évident que ce ne sont que de simples serviteurs des marchés financiers qui n'apporteront rien de bien, vaut il mieux un politicien un peu puissant corrompu ou bien un politicien serviteur et donc faible ? Pas facile mais quand même les magouilles qui détournent l'argent public ce serait bien d'essayer d'y mettre un terme ou du moins de les juguler.

Apprenez à écrire svp, merci.

ET merci aussi de diffuser cette réponse quand même hein...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :