Espagne : Podemos recherche activement une coalition avec le PSOE

 |   |  1758  mots
L'Espagne aura-t-elle après le 26 juin un gouvernement de gauche avec Sanchez (PSOE) et Iglesias (Podemos) ?
L'Espagne aura-t-elle après le 26 juin un gouvernement de gauche avec Sanchez (PSOE) et Iglesias (Podemos) ? (Crédits : Reuters)
Les Espagnols ne voteront que le 26 juin, mais déjà, les grandes manœuvres en vue de la formation d'une coalition gouvernementale ont commencé à gauche. Podemos propose des compromis aux Socialistes sur la question catalane. Mais elles demeurent insuffisantes pour un PSOE sans vrai projet.

Les nouvelles élections générales espagnoles, rendues nécessaires par l'incapacité de former un gouvernement avec le Congrès des députés élu le 20 décembre, aura lieu dimanche 26 juin. Mais, déjà, les grandes manœuvres pour former un gouvernement ont commencé. L'alliance Unidos Podemos qui regroupe le parti issu du mouvement des indignés, les Communistes et les Ecologistes, ainsi que plusieurs mouvements autonomistes régionaux, cherche désormais clairement à former un gouvernement de gauche avec les Socialistes du PSOE.

Nouvelle donne

Cette option était pratiquement impossible après le 20 décembre dans la mesure où l'addition des deux principaux partis de gauche comptait moins de députés que les deux partis de droite, Ciudadanos et le Parti populaire du président du gouvernement sortant Mariano Rajoy (159 contre 163). Le secrétaire général du PSOE, Pedro Sánchez, avait alors tenté de réaliser une alliance contre le PP en signant un pacte avec Ciudadanos et en cherchant l'appui de Podemos. Cette manœuvre avait échoué. Mais en élargissant sa base par le regroupement avec la Gauche Unie, Pablo Iglesias, le leader de Podemos, est désormais en mesure - mathématiquement du moins - de proposer un gouvernement de gauche, ce qu'il appelle une « coalition à la valencienne », s'inspirant de la majorité régionale construite à Valence entre le PSOE, Podemos et les régionalistes de Compromís.

Selon les sondages, Unidos Podemos devrait réussir le sorpasso, le dépassement du PSOE pour la première fois depuis 1933, en sièges comme en voix. Il serait donc en position de force pour négocier. Mais surtout, la loi électorale espagnole donnant une prime de fait aux grands partis, Unidos Podemos devrait compter entre 80 et 90 sièges, contre 69 le 20 décembre. Une poussée qui pourrait assurer, malgré l'effritement du PSOE, une majorité relative à la gauche face à la droite, sinon même une majorité absolue comme l'affirmait quelques enquêtes d'opinion. La constitution d'un gouvernement d'alternance dirigé par Podemos serait donc à portée de main. Et c'est bien pourquoi Pablo Iglesias commence à préparer le terrain.

Le dilemme de Podemos

L'écueil principal de cette alliance « à la valencienne » demeure un point essentiel : le référendum d'autodétermination en Catalogne. Podemos et ses alliés catalans en défendent l'idée non pour assurer l'indépendance catalane, mais pour clore les espoirs des indépendantistes et bâtir une autonomie renforcée de la Catalogne. Électoralement, c'est un élément essentiel qui permet à la liste catalane de Unidos Podemos, En Comú Podem, de capter une partie du vote indépendantiste aux élections générales pour permettre l'organisation du référendum. Le 20 décembre 2015, cette liste avait ainsi obtenu 24,7 % des voix en Catalogne contre 8,94 % lors des élections catalanes du 27 septembre précédent. Un bond de plus de 550.000 voix qui s'explique par cette stratégie.

Podemos doit donc continuer à défendre l'idée du référendum. Le problème, c'est que le PSOE refuse absolument un vote qui pourrait mettre en péril l'unité de l'Espagne. Pedro Sánchez ne peut d'autant pas accepter ce référendum qu'il doit compter avec son opposition interne dirigée par la présidente andalouse, Susana Díaz, qui tient une ligne dure contre l'indépendantisme catalan. Les Andalous sont en effet inquiets du risque de sécession catalan et d'appauvrissement du reste de l'Espagne qui suivrait. Or, Susana Díaz a l'appui des caciques du PSOE, les « barons » qui détestent Pedro Sánchez.

L'équation est donc délicate pour Pablo Iglesias : ou il abandonne le référendum catalan et il s'expose à perdre des voix en Catalogne et à voir ses alliés régionalistes le lâcher, ou il le maintient et son rêve d'une alliance « à la valencienne » avec le PSOE s'évapore. Sur la corde raide, il tente donc une manœuvre pour contenter tout le monde. Lundi 13 juin, lors du débat à quatre à la télévision, il a expliqué que « dans les négociations gouvernementales, il n'y a pas de lignes rouges », laissant entendre que le référendum catalan était susceptible de passer par pertes et profits afin de bâtir un compromis avec le PSOE. Ses propos ont déclenché une panique en Catalogne où Xavier Domènech, le dirigeant d'En Comú Podem, a dû assurer que l'objectif du référendum n'était pas abandonné.

La proposition d'une réforme de l'Etat

Pablo Iglesias a alors tenté de clarifier la situation avec une proposition de programme gouvernemental dévoilé le 20 juin. Dans ce texte de 92 pages, Unidos Podemos propose une évolution constitutionnelle vers la reconnaissance d'un Etat « plurinational ». Il s'agit d'abord de renforcer et clarifier les compétences des communautés autonomes (régions), de réformer le Sénat pour en faire une chambre représentative de ces communautés, un peu sur le modèle du Bundesrat allemand, et de renforcer la voix des régions sur les questions européennes. Le projet considère ensuite qu'il conviendra de faire le distinguo entre « nations » et « communautés » au sein de l'Etat espagnol. Les « nations », qui pourraient être basque, catalane et galicienne, pourrait alors passer des accords, notamment fiscaux, avec l'Etat.

Ce projet est cependant progressif. Comme souvent dans la pensée de Podemos, l'idée est d'imposer les faits progressivement, par la préparation de l'opinion. Xavier Domènech, qui a présenté le texte à Barcelone, a indiqué que l'on avancerait « pas à pas ». La première étape sera la « reconnaissance des nations » et la création d'un « ministère de la plurinationalité » chargé de mener le processus. Et le référendum catalan ? Il est jugé « indispensable », mais il pourrait n'intervenir qu'à l'issue de l'évolution de la structure de l'État et des négociations avec le nouveau ministère.

La stratégie de Podemos

Ce projet a plusieurs fonctions : maintenir l'exigence du référendum, tout en mettant en place une nouvelle structure d'Etat destinée à convaincre les Catalans de demeurer en Espagne. La « fédéralisation asymétrique » que propose Unidos Podemos n'est finalement pas si éloigné de la proposition que faisait fin mai Pedro Sánchez d'un nouveau statut catalan reconnaissant l'existence d'une « singularité catalane ». Il permettrait donc de conserver la confiance des défenseurs catalans du « droit à décider », tout en s'alignant en partie sur les projets socialistes. Le tout avec un atout : celui du temps, au cours duquel beaucoup de choses peuvent changer. Les divisions au sein du camp indépendantiste catalan peuvent amener de nouvelles élections. Après le rejet de son budget, le président de la Generalitat, le gouvernement catalan, Carles Puigdemont, posera en septembre une question de confiance au parlement. Si elle est rejetée, de nouvelles élections seront inévitables et une défaite des indépendantistes sera possible. L'urgence d'un référendum pourrait être alors moins vive pour le nouveau gouvernement espagnol.

Fin de non-recevoir

Mais le PSOE acceptera-t-il un tel compromis ? Rien n'est moins sûr. La reconnaissance de « nations » suppose la reconnaissance de leur droit à l'autodétermination. Le référendum catalan sera donc une conséquence logique et les Basques eux-mêmes pourraient être tentés. Le PSOE, marqué par la lutte contre l'indépendantisme basque, ne veut pas en entendre parler. En réalité, l'attachement à l'unité espagnole des Socialistes rend impossible l'acceptation du projet « dynamique » de Podemos. C'est pourquoi le projet de fin mai évitait le terme de « nation » et proposait un accord proche du statut de 2006 avec des garanties. Pedro Sánchez l'a donc réaffirmé lundi 20 juin : « Pablo Iglesias ne sera pas président du gouvernement car il ne remplit pas les conditions pour l'être ». Pour deux raisons : sa politique sociale trop généreuse et son engagement en faveur d'un référendum catalan.

Retour à la case départ

On est donc revenu à la case départ. Certes, Pedro Sánchez refuse de considérer le sorpasso comme acquis et entend se battre pour maintenir l'avance du PSOE, au moins en sièges. Il ne peut donc publiquement accepter les conditions de Podemos. Mais le problème est plus profond. Le PSOE rechigne essentiellement à une alliance des gauches. Après sa défaite annoncée le 26 juin, il va cependant devoir faire un choix. La situation risque d'être inversée par rapport au printemps dernier. Alors, Pedro Sánchez pouvait accuser Podemos de préférer maintenir Mariano Rajoy au pouvoir plutôt que de le soutenir. Désormais, le PSOE devra choisir entre un soutien (actif ou passif) au PP ou un gouvernement sur sa gauche. Dans les deux cas, il sera menacé de marginalisation et de réduction à ses bastions du sud du pays, en Estrémadure et en Andalousie.

Le 26 juin sera sans doute suivi d'une lutte interne intense au sein du PSOE. Susana Díaz l'a déjà entamé. Menacée de voir le PSOE andalou dépassé par le PP local, elle a lancé une campagne fortement anti-catalane qui gêne même les Socialistes catalans. Elle a notamment refusé que les « votes des Andalous servent à payer les privilèges d'Ada Colau », la maire de Barcelone qui soutient En Comú Podem. C'est donc un refus absolu de toute alliance avec Podemos. Susana Díaz sait que si elle parvient à limiter la casse en Andalousie, elle pourrait détrôner, avec l'appui des « barons », un Pedro Sánchez qui aura bien du mal à conserver la direction du parti après le 26 juin.

Sombre avenir pour le PSOE

Dans ce cas, le scénario « à la valencienne » deviendrait improbable. Du reste, on voit mal, compte tenu de l'importance des troupes « sudistes » au sein du PSOE, comment une alliance avec Podemos pourrait être acceptée par la base. Car tout projet d'alliance sera sans doute soumis aux militants et tout nouveau secrétaire général devra s'appuyer sur cette base. Certes, Pablo Iglesias, qui a fait récemment un éloge appuyé de José Luís Zapatero, le dernier président du gouvernement socialiste, tente de flatter les militants du PSOE. Mais il n'est pas certain que ce soit suffisant. Le problème, c'est que l'avenir du PSOE hors d'une alliance avec Podemos s'annonce très sombre. Réduit à un positionnement nécessairement centriste, il risque de se trouver à l'étroit entre Ciudadanos et Podemos et d'être réduit à la fonction de force de soutien du PP. Le dilemme des Socialistes après le 26 juin s'annonce donc insolvable.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/06/2016 à 9:54 :
Parti socialiste, Socialisme parti."Voilà ce qui arrive quand on écoute pas sa maman". Sans la matière noire nous serions invisibles peut-être que le Parti socialiste européen a perdu sa matière noire?
a écrit le 21/06/2016 à 20:50 :
Le représentant de Barack Obama à Madrid a également signalé qu’il aiderait Pablo Iglesias à rencontrer des membres du Congrès des États-Unis lors de son prochain voyage à Washington.

Ces manifestations d’amitié, et même de complicité, nous rappellent que le nom du parti espagnol « Podemos » signifie « Nous pouvons » ; et que cela fait irrésistiblement penser au slogan de campagne électorale de Barack Obama « Yes we can », qui se traduit par « Oui, nous pouvons ».

Avec un pareil « opposant au système », on comprend pourquoi Podemos passe en boucle sur tous les grands médias nationaux espagnols, comme Syriza passait en boucle sur tous les grands médias nationaux grecs, et comme le FN passe en boucle sur tous les grands médias nationaux français.

Etonnant, non ...?!

http://www.upr.fr/actualite/europe/le-parti-espagnol-podemos-est-un-leurre-du-meme-acabit-que-le-parti-grec-syriza
a écrit le 21/06/2016 à 17:57 :
Les articles de Romaric Godin sur l'Espagne sont toujours excellents. Une lueur d'intelligence et de compétence dans cette vallée de larmes médiatique que je connais bien. Un détail, confrère : le dilemme évoqué en chute est il "insolvable" ou insoluble ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :