Migrants : deux ministres allemands demandent un "codex européen de l'asile"

 |   |  348  mots
Les deux ministres souhaitent également que les personnes ne pouvant pas prétendre au droit d'asile retournent dans leurs pays d'origine, auxquels ils demandent une collaboration plus grande.
Les deux ministres souhaitent également que les personnes ne pouvant pas prétendre au droit d'asile "retournent dans leurs pays d'origine", auxquels ils demandent une collaboration plus grande. (Crédits : ALKIS KONSTANTINIDIS)
Parlant d'un "devoir de générations", Sigmar Gabriel et Frank-Walter Steinmeier estiment qu'"une juste répartition des réfugiés en Europe est nécessaire". L'Allemagne apparaît débordée par l'arrivée dans le pays d'un nombre sans précédent de réfugiés, avec des demandes d'asile prévues pour atteindre le niveau record de 800.000 en 2015.

La politique du droit d'asile dans l'Union européenne doit être unifiée et renforcée et les réfugiés répartis de manière juste entre les pays, a réclamé dimanche 23 août le vice-chancelier allemand Sigmar Gabriel, avec son collègue social-démocrate, le ministre des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, dans une tribune parue dans le quotidien Frankfurter Allgemeine Sonntagszeitung (FAS).

"La réaction qui a eu lieu jusqu'à présent n'est pas à la mesure des exigences que l'Europe doit avoir vis-à-vis d'elle-même", écrivent les deux hommes forts du parti SPD dans le gouvernement d'Angela Merkel.

"Une situation, dans laquelle, comme c'est le cas aujourd'hui, seuls quelques pays membres portent l'entière responsabilité est aussi peu gérable qu'un système, qui pèserait unilatéralement sur les pays, qui par hasard forment les frontières extérieures de l'Union européenne", ont insisté Sigmar Gabriel et Frank-Walter Steinmeier.

800.000 migrants attendus outre-Rhin en 2015

Parlant d'un "devoir de générations", les deux ministres estiment qu'"une juste répartition des réfugiés en Europe est nécessaire". Ils demandent la mise en place d'un "codex européen de l'asile", garantissant un même statut de l'asile dans toute l'Union européenne, et une politique européenne intégrée en la matière "nouvelle et plus ambitieuse". Ils souhaitent également que les personnes ne pouvant pas prétendre au droit d'asile "retournent dans leurs pays d'origine", auxquels ils demandent une collaboration plus grande.

L'Allemagne apparaît débordée par l'arrivée dans le pays d'un nombre sans précédent de réfugiés, avec des demandes d'asile prévues pour atteindre le niveau record de 800.000 en 2015.

     Lire Comment s'explique le nombre de 800.000 réfugiés attendus par l'Allemagne ?

Au moment où, mercredi, cette prévision record était dévoilée, Sigmar Gabriel avait déjà accusé l'UE d'"échouer lamentablement", tandis que le ministre allemand de l'Intérieur, Thomas de Maizière, appelait la Commission européenne à "agir contre les pays-membres qui n'assument pas leurs devoirs".

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/08/2015 à 10:39 :
Si l'Allemagne est attractive, c'est entre autres parce qu'elle fait du dumping social qui torpille les économies de pays comme la France ou l'Italie. Résolvons aussi ce problème avant de parler de répartir les immigrés de Syrie ou d'ailleurs dans les pays de l'Union. Ce serait une belle marque de solidarité.
S'ils ne veulent pas en discuter, qu'ils se dém... avec leur problème.
a écrit le 24/08/2015 à 21:46 :
"devoir de générations", j'aimerais des explications sur ce terme. Il y a donc "devoir de générations" pour les migrants, mais pas de "devoir de générations" pour la Grèce, le Portugal, l'Espagne, l'Italie ? Je m'interroge......
La Suisse prend sa part de migrants. Juste une histoire......... : j'ai une amie suisse qui a trouvé devant sa porte le bébé d'une mère kényane (migrante). Ce bébé est maintenant une adolescente, dont mon amie s'occupe toujours. Elle fait partie intégrante de sa famille de 4 enfants, ce qui lui en fait 5 (pas de droit d'adoption, la maman étant connue) ! Elle se démène au travail et arrive tout juste à nourrir tout ce petit monde avec son mari. La mère est toujours en Suisse, vit des aides et pose même SES conditions pour voir sa fille. Evidemment, la maman refuse même de payer son café.
Ce n'est qu'une histoire....... vraie !
L'Allemagne ne fait plus d'enfants et a besoin de main d'oeuvre, tout le monde le sait. Qu'elle prenne sa part et laisse les autres pays de l'Union décider de ce qu'ils peuvent faire !
a écrit le 24/08/2015 à 8:47 :
Un devoir de génération ... mais qu'est ce que cela peut bien vouloir clairement dire ? Les politiques allemands avancent aussi masqués que les nôtres décidément. L'importation des travailleurs à bas coûts au détriment des nationaux (qui ne sont pas forcément blancs n'en déplaisent aux soi disant anti racistes, qui montrent ainsi leurs véritables pensées) taxés pour l'occasion de fainéants (double détente pour faire baisser les aides sociales, seules remparts contre l'ouverture à tous vents des frontières qui ne profitent qu'aux classes supérieures) ne peut être dit directement. Alors ils inventent des concepts dont ils seraient bien incapables de développer la nature comme le devoir de génération ou l'apport de richesse pour le pays d'accueil qui est en fait une richesse pour les seules classes supérieures qui peuvent sous payés leurs employés... Quant à l'utilisation du terme "codex", l'ancêtre du livre, seul une analyse psychologique pourrait peut être conclure au regret de l'âge considéré comme d'or des chevaliers teutoniques...
a écrit le 24/08/2015 à 7:49 :
La finalité de tout cela, c'est bien de faire perdre l'identité des pays composant l'Europe. La prochaine étape sera la création d'une fédération d'Etats. La France, comme les autres pays d'Europe ne seront alors qu'un lointain souvenir.
a écrit le 24/08/2015 à 7:49 :
La finalité de tout cela, c'est bien de faire perdre l'identité des pays composant l'Europe. La prochaine étape sera la création d'une fédération d'Etats. La France, comme les autres pays d'Europe ne seront alors qu'un lointain souvenir.
a écrit le 24/08/2015 à 7:48 :
"agir contre les pays-membres qui n'assument pas leurs devoirs". Agir c'est les renvoyer chez eux, pas d'accueillir tout le monde et n'importe qui. Il faudrait que les deux ministres teutons arrêtent ce genre de propos.
A quand la révolte des peuples européens contre cette commission qui ne représente que les intérêts des technocrates de Bruxelle. L'Europe est un "machin sans âme". Telle qu'elle est elle doit être revue et surtout corrigée. Virer les Junkers et compagnie. Que les peuples retrouvent toute leur souveraineté. Marre d'être dirigé par des branques qui ne voient que leur porte feuilles.
a écrit le 24/08/2015 à 7:40 :
Et si on mettait en route les deux "Mistral" qui ne servent à rien, vous savez ceux qui ne coûteront pas un rond, pour aller les chercher, comme ça ils pourraient arriver directement à pied sec à Toulon, et sans risque et on pourrait les accueillir avec une fanfare et un collier de fleurs par exemple, comme à Tahiti, les loger, les nourrir avec l'argent des contribuables européens et puis les inscrire au chômage. On pourrait même organiser des rotation, tous les jours, comme pour les ferries normaux, non...
Bon, je sens que ma proposition n'a pas beaucoup de chance d'aboutir, bah ce n'était qu'une idée...
a écrit le 24/08/2015 à 7:37 :
L'Europe ne peut elle leur offrir une terre comme elle l'a fait par le passé avec Israël ? L'Europe n'a pas vocation à héberger tous les réfugier de la terre.
a écrit le 24/08/2015 à 7:30 :
quand les pays du sud de l'europe étaient débordés l'allemagne et ses alliés ne faisaient rien; aujourd'hui ils jouent les bons samariatains de l'europe
a écrit le 24/08/2015 à 7:03 :
Ce qui est surprenant c'est que Frontex prend le relai des passeurs sans que les Etats européens ne trouvent à redire.
Réponse de le 24/08/2015 à 7:56 :
La politique est une vaste organisation mafieuse. Tout le monde le sait.
a écrit le 24/08/2015 à 6:56 :
Que l'on explique aux français pourquoi l'on doit les accueillir en plus de les avoir sauvé alors qu'il est possible de le remettre aux pays de départ.
a écrit le 23/08/2015 à 21:08 :
En attendant ce graal nécessaire pour clarifier les choses et rectifier les déséquilibres dangereux qui commencent à s'installer dans certaines régions de notre belle Union, commençons par appliquer un autre code. ... Mettons plus de volonté, plus d'énergie et plus de moyens pour empêcher tous ces hommes, toutes ces femmes et tous ces enfants de se noyer !
Réponse de le 24/08/2015 à 3:52 :
Plus de moyens : on n'en a pas
plus de volonté : je n'en ai pas. Que ces gens vivent leurs vies là où Allah les a fait naître
a écrit le 23/08/2015 à 21:05 :
Puisqu'on les accueille systématiquement en Europe, ne serait ce pas plus humain d'aller directement les chercher plutôt qu'ils risquent leur vie.
Réponse de le 24/08/2015 à 5:08 :
Plus humain, pas vraiment compte tenu des conséquences catastrophiques de cet afflux sur nos sociétés à 20 ou 30 ans. Mais au moins votre proposition aurait le mérite de clarifier les intentions réelles de nos dirigeants vis-à-vis de la population autochtone. Ceci dit avec les sauvetages à quelques kilomètres des côtes libyennes, nous ne sommes déjà pas loin de votre suggestion.
a écrit le 23/08/2015 à 20:55 :
Un referendum sur la politique migratoire est indispensable. Que font nos députés ? Ils ne sont pas à l'écoute des Français ? Ils attendent qu'un drame se produise ? Des français sont dans la misère, ne trouvent pas de logement, se font taxer de tous les coter par ce gouvernement d'incapable. Qui nourrit ces "migrants" ; qui paient des impôts ? S'ils choisissent l'Italie ou la Grèce pour accoster, qu'ils y restent, ils n'ont pas à fuir plus loin.
a écrit le 23/08/2015 à 20:32 :
Que les allemands se débrouillent. Maintenant qu'ils sont confrontés au problème il réclament un partage... Avec eux c'est toujours la même histoire: ils se débarrassent des problèmes chez les autres.
a écrit le 23/08/2015 à 18:17 :
Cette histoire de quota est illusoire en maintenant la liberté de circulation et d'installation.
Celui qui veut aller en Allemagne cherchera toujours à s'y installer. Même si on lui file la nationalité italienne.
a écrit le 23/08/2015 à 18:17 :
Sous prétexte d'humanitaire, nos politiques ont ouvert une vanne qui n'est pas prête de se tarir. N'entendent ils pas les peuples gronder. Qui paie tout cela ? Ces migrants sont ils vraiment des réfugier ou des clandestins ? Pourquoi les politiques ne les accueillent ils pas chez eux ? Les associations prospèrent et profitent de la manne. Elles vivent sur le dos des contribuables. Ces malins ont créé leurs emplois et veulent que cela dure. Que de questions sans réponse.
a écrit le 23/08/2015 à 17:28 :
Plus de 4000 migrants récupérés en Méditerranée ce week-end. Ok pour les sauver. Il suffit pour cela de leur donner des gilets de sauvetage et de leur indiquer la bonne direction pour qu'ils retournent d'où ils viennent. Souvenez-vous quand Toto demandait à son père "dis, c'est encore loin l'Amérique ? Son père de lui répondre "tais toi et nage".
Réponse de le 23/08/2015 à 17:43 :
La méthode radicale, quoi! :))
Réponse de le 24/08/2015 à 5:11 :
Il faut effectivement distinguer deux choses qu'on essaye à toutes forces de mélanger alors qu'elles n'ont strictement aucun rapport: d'une part, sauver des personnes de la noyade et, d'autre part, les héberger et les nourrir eux et leurs descendants ad vitaem eneternam.
a écrit le 23/08/2015 à 15:33 :
Je vais me permettre quelques suggestions.
a) Frontières de l'EU surveillées par des gardes frontières européens et disposant des moyens idoines sur le modèle des USA et autres grand ensembles types fédérations canadienne ou australienne.
b) Finir avec l'EU mille feuille du" pick and choose".
c) Les états qui font partie du cœur ' euro et Schengen" partagent toutes les politiques communues. cela veut dire que l'Irlande adhère à Schengen et abolit le CTA qui la lit au RU.
d) Les états hors de l'EU ( Suisse, Norvège, Lichtenstein et Islande) sont mis en congé de Schengen car hors de l'EU.
e) Les états de Schengen qui ont encore leur monnaie disposent de 2 ou 3 années pour l'adopter.....
en met fin à cette Europe de l'incompréhension et la GB retrouve sa place hors de l'EU, place qu'elle voudrait avoir tout en restant dans l'EU....
f) On rétablit de vraies frontières entre les côtes du continent et la GB....
g) Les immigrés économiques sont renvoyés, basta!
Réponse de le 24/08/2015 à 5:15 :
Suggérer qu'il faut plus d'intégration européenne pour résoudre des problèmes créés par cette intégration européenne a quelque chose de paradoxal. Or, loin d'être un "dysfonctionnement" du système, cet afflux massif de populations venant des quatre coins du monde est partie intégrante de la politique de Bruxelles.
a écrit le 23/08/2015 à 14:39 :
Mais Sigmar prends le chez toi... Qu'est-ce que tu attends ? Ton salon ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :