Pologne : victoire des conservateurs eurosceptiques aux législatives

 |   |  375  mots
Dans ses premiers commentaires, Jaroslaw Kaczynski a souligné que c'était la première fois dans l'histoire de la Pologne depuis la chute du communisme qu'un seul parti allait gouverner ce pays de 38 millions d'habitants, membre de l'UE et de l'Otan et devenu un poids lourd économique en Europe orientale.
Dans ses premiers commentaires, Jaroslaw Kaczynski a souligné que c'était la première fois dans l'histoire de la Pologne depuis la chute du communisme qu'un seul parti allait gouverner ce pays de 38 millions d'habitants, membre de l'UE et de l'Otan et devenu un poids lourd économique en Europe orientale. (Crédits : Reuters Pawel Kopczynski)
Les conservateurs catholiques eurosceptiques, qui ont notamment promis une baisse des impôts et de l'âge de la retraite, ont remporté les élections législatives dimanche 25 octobre.

Les sondages leur donnaient entre 32 et 39,5% des voix. Le changement de majorité était donc prévisible. Dimanche 25 octobre, les conservateurs catholiques du parti eurosceptique Droit et Justice (PiS, opposition) de Jaroslaw Kaczynski et frère de l'ancien président Lech Kaczinsky, ont ainsi obtenu la majorité absolue aux élections législatives polonaises, selon des projections de trois chaînes de télévision publiées dimanche soir.

Les vainqueurs du scrutin, au pouvoir entre 2005 et 2007, ont notamment promis une baisse des impôts et de l'âge de la retraite, ainsi que l'augmentation substantielle des allocations familiales.

51,6% de participation

Ces pronostics devraient être officiellement confirmés mardi soir. Si la marge d'erreur de 2% peut encore influer sur le résultat final, elle ne remettra toutefois pas en cause la victoire du PiS. La participation au scrutin a quant à elle atteint 51,6 %.

Selon ces projections communes basées sur un sondage sortie des urnes, Droit et Justice obtient 39,1% des voix, ce qui lui donne 242 sièges de députés sur 460. Les libéraux centristes de la Plateforme civique (PO) de la Première ministre sortante Ewa Kopacz, aux commandes du pays depuis 2007, ont obtenu 23,4%, soit 133 sièges.

Les partis de gauche éliminés pour la première fois depuis 1989

Le mouvement antisystème du rockeur Paxal Kukiz arrive troisième avec 44 mandats, devant le parti Nowoczesna (Moderne) du néo-libéral Ryszard Petru (24) et le parti paysan PSL, allié des libéraux sortants (18).

Quant à la gauche, représentée par deux formations concurrentes, elle est éliminée, pour la première fois depuis la chute du régime communiste en 1989, du futur parlement, pour n'avoir pas atteint les seuils d'éligibilité.

Vers une remise en cause des acquis sociétaux ?

Les mises en garde des adversaires de Jaroslaw Kaczynski et de son parti n'auront pas produit l'effet escompté. Droit et Justice, au pouvoir entre 2005 et 2007, laisse le souvenir de rapports difficiles avec Bruxelles, l'Allemagne et la Russie, au nom de la défense des intérêts nationaux.

D'autres critiques craignent les positions du parti conservateur qui pourrait revoir les conditions d'accès à l'avortement en vigueur, la fécondation in vitro, ou encore le renforcement de la place du catéchisme dans l'éducation.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/10/2015 à 22:12 :
" Euro sceptiques " ? Allons donc ! L Europe vache à lait leur a si bien profité !
a écrit le 26/10/2015 à 18:09 :
L’avortement était légal en Pologne pendant la période soviétique. Il était alors accessible et gratuit dans les hôpitaux publics. Pendant cette période et avant la légalisation d’avortement en Suède, de nombreuses suédoises traversaient la mer Baltique pour avorter en Pologne. Au début des années 90, des groupes sociaux liés à l’église catholique lancent une campagne contre l’avortement. En 1992, une première loi est adoptée, qui limite fortement les avortements. A cette période, l’église catholique commence à avoir un poids et un pouvoir grandissant dans la société. La religion devient obligatoire à l’école et on y projette le film « silent cry » (un film qui montre le « vrai visage » des avortements) dans les salles de classe. Bien que les opposants aux lois anti-avortement collectent à cette période 1,5 millions de signatures, le gouvernement reste absolument silencieux. Et si les croyants respectaient aussi les non croyants, pourquoi imposer ses convictions aux autres Quel prétexte dogmatique de défendre une vie qui n’est pas encore crée alors que les filles vivantes meurent bien réellement c’est cela l amour du prochain !!! L’OMS confirme que là où l’avortement est légal, il est généralement sûr : le risque de décès par complications d’un avortement légal est inférieur à 1 pour 100 000 interventions. Alors que là où il est illégal, il est le plus souvent à risque : 47.000 femmes en meurent chaque année.( Des filles de Satan surement) l’avortement à risque est l’une des principales causes de mortalité maternelle (13% des décès).Tant que l’avortement légal et médicalisé ne sera pas accessible à toutes, de nombreuses femmes continueront de s’exposer aux risques d’avortements clandestins à l’aide de méthodes dangereuses pour leur santé et leur vie.
a écrit le 26/10/2015 à 13:15 :
Les promesses de baisse d'impôts sont l'outil universel pour gagner des voix :-) Les Polonais vivent depuis déjà quelques décennies avec l'argent de l'Europe. Pourront-ils continuer ou apporter leurs propres idées ? A suivre, mais je reste sceptique.
a écrit le 26/10/2015 à 12:12 :
Si j'ai bien compris leur programme (leurs promesses que j'ai lues dans le Figaro et le Monde) en gros, c'est la Pologne aux Polonais mais avec le fric de l'Europe dont ils ont profité un max et dont ils espèrent continuer à profiter et bien sur le parapluie US (et les commandes d'armes qui vont avec; c'est là qu'on voit qu'on aurait mieux fait d'honorer nos contrats avec les russes)
Plus quelques mesures économiques style FN.
Que du lourd, du bonheur et des lendemains qui chantent (ou plutôt déchantent). Tout ça pour la peur de quelques réfugiés qui de toute façon ne seraient pas allés en Pologne.
Réponse de le 26/10/2015 à 15:47 :
Il y en a de plus bêtes que d'autres et dans tout les domaines, on a le droit de tout faire pour garder sa souveraineté!
a écrit le 26/10/2015 à 11:14 :
La raison profonde de ce retour du PiS aux affaires (alors que leur premier passage aux affaires n'a pas, c'est le moins qu'on puisse dire, été brillant) c'est la campagne de peur des migrants qu'ils ont menée. Alors même que la Pologne est loin d'être une destination très recherchée par ceux-ci. Il est plus que temps de tarir le flot sinon c'est toute l'Europe qui va basculer aux mains des droites nationalistes.
a écrit le 26/10/2015 à 10:44 :
Religion au "Bac", avec quel coefficient ?
"promis" pour ceux qui y croient
"baisse de l'âge de la retraite" il est de combien en ce moment ? On n'aura plus de plombiers, tous à la retraite ? :-)
a écrit le 26/10/2015 à 9:43 :
On savait déjà que les Polonais étaient des libéraux forcenés, mais de là à dire que la Pologne est un poids lourd de l'économie en Europe il y a une marge, avec des salaires à 2 Euros de l'heure, ils les grands pourvoyeurs de main d’œuvre à bas salaire et des milliers d'hectares de terre rachetés par les Occidentaux Allemands et Français notamment pour une bouchée pain, ont peux se poser des questions pour l'avenir, plus dure sera la chute et n'oublions pas le gaz de schiste qu'ils produisent à grand renfort de solvants
a écrit le 26/10/2015 à 9:27 :
Mon ex est polonaise et a profité de l'Europe a plein en s'exilant au RU comme 1,5 millions de polonais ... Donc, l'Europe leur a permis d'émigrer et de se développer avec les tombeaux de milliards qu'ils ont reçu ! Je ne comprends pas pourquoi ils sont attirés vers les extrêmes ... Ils ont raison sur le contrôle des frontières , le contrôle des migrations en Europe ... Mais mince, pourquoi ils se referment comme ça alors qu'ils sont sortis en moins de 20 ans du sous développement ...
Réponse de le 26/10/2015 à 11:07 :
tombereaux plutôt que tombeaux, non ?
a écrit le 26/10/2015 à 8:58 :
Plutôt rassurant de savoir qu'il y a encore des pays en Europe qui croient plus en eux-mêmes que dans l'immigration pour leur avenir
Réponse de le 26/10/2015 à 9:25 :
Ah ca y est le mythe du plombier polonais est passé? A chaque époque son bouc-émissaire...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :