Pour l'instant, l'inflation en Europe ne menace pas la reprise

Le taux d'inflation en rythme annuel a grimpé à 2,2% en zone euro en juillet contre 1,9% conformément aux dernières estimations d'Eurostat. L'inflation est principalement tirée par la hausse du prix des matières premières.
Grégoire Normand

5 mn

L'énergie a été de loin le principal contributeur à l'augmentation générale des prix, avec une hausse de 14,3% en rythme annuel, contre +14,1% en première estimation. L'inflation dite de base, c'est-à-dire hors énergie et produits alimentaires non transformés, deux catégories souvent volatiles, reste toutefois contenue à 0,9% sur un an, comme le mois précédent.
L'énergie a été de loin le principal contributeur à l'augmentation générale des prix, avec une hausse de 14,3% en rythme annuel, contre +14,1% en première estimation. L'inflation dite de base, c'est-à-dire hors énergie et produits alimentaires non transformés, deux catégories souvent volatiles, reste toutefois contenue à 0,9% sur un an, comme le mois précédent. (Crédits : Reuters)

Alors que les Etats-Unis redoutent une hausse durable des prix à la consommation, les derniers chiffres dévoilés par Eurostat ce mercredi 18 août montrent que l'économie européenne est loin d'être en surchauffe. L'indice des prix à la consommation est passé de 1,9% en juin à 2,2% en juillet en zone euro dépassant légèrement l'objectif de la Banque centrale européenne (BCE) fixé à 2%. Le taux d'inflation annuel dans l'Union européenne est quant à lui passé de 2,2% en juin à 2,5% en juillet. En excluant les prix de l'énergie et de l'alimentation les plus volatils, les prix ont augmenté de seulement 0,7% en juillet contre 0,9% en juin en zone euro.

Lire aussi 7 mnEssence, gaz, électricité... Pourquoi les prix de l'énergie flambent

Outre-Atlantique, la hausse des prix a marqué le pas en juillet passant de 0,9% à 0,5% en un mois.  Le spectre d'une spirale inflationniste agitée comme un épouvantail en début d'année dans l'union monétaire semble s'éloigner de plus en plus. La plupart des économistes interrogés par La Tribune ces derniers mois n'avaient pour l'instant pas observé d'effet boucle "prix salaire" dans les pays ayant adopté la même monnaie.

Si les niveaux d'inflation demeurent à un niveau élevé et que les risques d'une hausse durable des prix ne peuvent être complètement écartés, les poussées inflationnistes liées notamment à la flambée des prix de l'énergie ne traduisent pas vraiment une tendance de fond.

Lire aussi 8 mnLe risque d'inflation est-il durable ?

La flambée des prix de l'énergie et des matières premières

Sans surprise, la hausse des prix de l'énergie et ceux des matières premières ont largement contribué à la hausse des prix à la consommation ces derniers mois. L'examen plus approfondi des tableaux d'Eurostat indique que l'énergie a largement gonflé l'indice des prix avec une contribution de 1,34 point de pourcentage, très loin devant l'alimentation (0,35 point). Sur un an, elle est en hausse de 14,3%, contre +14,1% en première estimation. Pendant le premier semestre, le prix de certaines énergies a flambé en raison notamment de la reprise économique musclée aux Etats-Unis et en Chine mais cette dynamique demeure fragile.

Lire aussi 3 mnL'économie chinoise est-elle en train de s'essouffler ?

Les prix du pétrole ont chuté lundi dernier, trahissant les inquiétudes sur la demande de pétrole en Chine alors que le Covid-19 et les restrictions qui l'accompagnent gagnent du terrain dans le pays et que les données économiques déçoivent. Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en octobre a reculé de 1,52% ou 1,08 dollar à Londres par rapport à la clôture de vendredi, à 69,51 dollars. Il a lâché presque 3% en séance. A New York, le baril américain de WTI pour le mois de septembre a perdu dans le même temps 1,68% ou 1,15 dollar à 67,29 dollars. A côté de cela, les tensions sur le commerce mondial liées aux difficultés d'approvisionnement ont provoqué des goulets d'étranglement dans certaines zones.

Lire aussi 2 mnLe commerce mondial et le transport maritime sous pression de la reprise

Une accélération attendue à l'été

Après un premier trimestre atone, la croissance a accéléré de 2% au second trimestre d'après les derniers chiffres de la Commission européenne rendus publics mardi 17 août. L'accélération de la vaccination et la levée des mesures de restriction ont permis à l'économie européenne de retrouver des couleurs au printemps. Et même si la saison estivale est en partie gâchée par le variant Delta, l'activité demeure relativement soutenue en zone euro du côté de la demande.

En revanche, les voyants ne sont pas au beau fixe du côté de l'offre. Certains Etats où l'industrie est forte comme en Allemagne, les entreprises ont parfois des difficultés à se fournir en composants. Des tensions existent également du côté de la main d'œuvre. "L'offre limite un peu l'élan économique [...] L'industrie allemande est handicapée par les problèmes d'approvisionnement. Dans d'autres pays qui comptent sur les services comme l'Italie ou l'Espagne, il y a moins de contraintes sur l'approvisionnement" a expliqué l'économiste d'ING Charlotte de Montpellier en charge du suivi de la zone euro interrogée par La Tribune. "L'Europe reste à des niveaux d'activité inférieurs à ceux d'avant-crise. Aux Etats-Unis, l'activité est en train de dépasser leur niveau pré-crise. Les annonces des plans de relance de Joe Biden ont boosté la demande et l'investissement " a-t-elle ajouté.

Lire aussi 5 mnZone euro : la croissance du PIB accélère de 2% au second trimestre

Grégoire Normand

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 19/08/2021 à 18:40
Signaler
En Europe tout va bien ,.La Chine elle ,elle coule . Les USA eux, Ils dépenses ?

à écrit le 19/08/2021 à 9:56
Signaler
A t'on vraiment envie d'une reprise? Reprendre les choses comme avant n'est nullement motivant, continuer dans la consommation a coup d'innovation tout en régressant n'est pas un avenir!

à écrit le 19/08/2021 à 8:11
Signaler
Pourtant, quand on va faire ses courses au supermarché, dès lors qu'on achète des produits de qualité (Produits bio, poisson, saucisson, viande non hachée), on peut vite se retrouver avec un panier dont le prix approche les cent euros. L'inflation su...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.