Pour s’affranchir du gaz russe, l'Allemagne songe à prolonger ses centrales nucléaires

Le débat sur le maintien des dernières centrales nucléaires agite la classe politique et la coalition au pouvoir, qui s'inquiète de la précarité énergétique dans laquelle s'apprête à plonger le pays cet hiver. Même les écologistes semblent ouverts à cette possibilité dans une situation d'urgence. Un tel virage marquerait une rupture spectaculaire avec la décision d'Angela Merkel de sortir du nucléaire en 2011.
La ministre des Affaires étrangères Annalena Baerbock ouvre la porte à un prolongement des dernières centrales nucléaires en fonctionnement.
La ministre des Affaires étrangères Annalena Baerbock ouvre la porte à un prolongement des dernières centrales nucléaires en fonctionnement. (Crédits : ANNEGRET HILSE)

L'Allemagne s'apprête-t-elle à faire volte-face sur la question du nucléaire ? Un prolongement des dernières centrales en fonctionnement outre-Rhin est désormais ouvertement envisagé par le gouvernement. Un scénario qui aurait paru impossible avant le déclenchement de la guerre en Ukraine et la crise énergétique qui a débuté ces derniers mois.

En plein réflexion autour de cette question, le gouvernement allemand a indiqué lundi qu'il trancherait « dans les prochaines semaines » sur une possible prolongation des dernières centrales nucléaires, censées s'arrêter en fin d'année. Avant de trancher, Berlin dit attendre le résultat « d'un stress-test qui est en cours » pour connaître le niveau de sécurité actuel des centrales.

Lire aussiCrise du gaz : après le charbon, l'Allemagne doit "prolonger ses centrales nucléaires" (Thierry Breton)

Le retour au nucléaire constituerait un virage spectaculaire dans la politique énergétique allemande, construite depuis une décennie sur l'arrêt du nucléaire, le gaz et l'augmentation du renouvelable. Sous l'émotion de la catastrophe nucléaire de Fukushima en 2011, la précédent chancelière Angela Merkel avait décidé de sortir son pays de cette source d'énergie très peu carbonée.

Le débat occupe la classe politique allemande et la coalition

Ce choix d'Angela Merkel de 2011 a longtemps été plébiscité par les écologistes, membres de la coalition gouvernementale du chancelier social-démocrate Olaf Scholz, la lutte contre l'atome étant un pilier du programme des Verts allemands depuis la Guerre froide.

Mais la raréfaction des livraisons de gaz russe, et leur arrêt attendu dans les prochains mois dans un contexte de sanctions économiques vis-à-vis de la Russie, ont plongé le pays dans une situation de grande précarité énergétique à l'approche de l'hiver. Avant la guerre en Ukraine, l'Allemagne importait près de 55% de son gaz de Russie.

Le ministre de l'Economie Robert Habeck, issu des rangs écologistes, a tiré la sonnette d'alarme le mois dernier en reconnaissant que la situation énergétique du pays était d'une gravité inédite. « Nous sommes déjà dans une situation où l'Allemagne n'a jamais été. Rien que si les livraisons de gaz russe restent aussi faibles qu'elles le sont actuellement, nous courons à la pénurie de gaz », a-t-il expliqué en reconnaissant que son gouvernement s'apprêtait à faire des « choix de société très difficiles ».

A droite, la prolongation des centrales nucléaires est défendue par les conservateurs allemands. « Je peux déjà l'anticiper, vous verrez que les centrales nucléaires seront prolongées en fin d'année », a martelé ce week-end leur chef Friedrich Merz. Au sein même de la coalition gouvernementale, les Libéraux du FDP soutiennent aussi cette option. « La durée de vie des centrales nucléaires devrait être prolongée jusqu'au printemps 2024. C'est la période pendant laquelle nous risquons de manquer d'énergie », a lancé dans Bild mardi un poids lourd des libéraux, Michael Kruse.

Dimanche, la vice-présidente écologiste du Bundestag Katrin Göring-Eckardt a concédé qu'en cas de réelle situation d'urgence utiliser les dernières barres de combustible des centrales nucléaires encore en service, ce qui permettrait de prolonger leur durée d'exploitation, était une option possible. Même la ministre des Affaires étrangères, l'écologiste Annalena Baerbock, a admis que la « situation d'urgence » que connaît l'Allemagne obligeait à « réfléchir à toutes les solutions ».

Si l'Allemagne venait à maintenir ses dernières centrales nucléaires en fonctionnement, cela ne serait pas la première incohérence dans son ambition de réduire ses émissions carbone. Le pays a déjà annoncé qu'il aurait davantage recours au centrale à charbon pour réduire sa dépendance au gaz russe.

---------

Accord de principe entre la Belgique et Engie pour prolonger 2 réacteurs

Les deux réacteurs nucléaires belges dont la durée de vie doit être prolongée de dix ans pour renforcer l'indépendance énergétique seront exploités dans une coentreprise à créer entre l'Etat belge et le groupe français Engie, selon « un accord de principe » annoncé conjointement vendredi. Les deux parties négocient âprement les conditions de cette prolongation annoncée en mars, sur fond de limitation de la dépendance aux hydrocarbures russes consécutive à la guerre en Ukraine. Elles comptent aboutir « à un accord définitif d'ici à la fin de l'année et le soumettre à la Commission européenne », ont précisé vendredi dans un communiqué le Premier ministre Alexander De Croo et la ministre de l'Énergie Tinne Van der Straeten.

(avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 24
à écrit le 27/07/2022 à 11:51
Signaler
La réaction de Merkel à la catastrophe de Fukushima était idiote cette catastrophe nucléaire, la plus grande de l'histoire de l'humanité n'a été due qu'à la privatisation des centrales nucléaires japonaises qui a entrainé la suppression de sécurités ...

à écrit le 27/07/2022 à 11:46
Signaler
Si la fourniture de gaz russe et si importante pour l’Allemagne et indirectement pour l’ Europe c’ est que le raisonnement des énergies propres et renouvelables comme l’éolien ou le solaire ne seront jamais capables de fournir ni l’ intégralité de l’...

à écrit le 26/07/2022 à 17:56
Signaler
L'Europe et l'Allemagne en particulier ont construit leur dépendance énergétique sur la croyance a l'échange enrichissant et durable pour les deux parties alors que la théorie de l'échange des actuels dirigeants Russes se limite a l'echange inégal : ...

à écrit le 26/07/2022 à 14:46
Signaler
Il y a maintenant consensus chez les experts : Les dirigeants politiques européens sont des lapins crétins et nous n'avons aucun moyen de les arrêter . Je me pose une question vu que les décisions de l'europe vont creer deux blocs ,deux systèmes in...

à écrit le 26/07/2022 à 13:28
Signaler
Et dire que tous les Kollabos n'avaient d'yeux que pour l'Allemagne.

à écrit le 26/07/2022 à 13:21
Signaler
Prolonger, pour dépanner, pallier un manque d'énergie à venir, c'est pensable pour des installations pas encore arrêtées. Fessenheim a franchi une étape qui rend le retour en arrière impossible (impossible n'est pas français ? :-) ). Les suédois avec...

à écrit le 26/07/2022 à 13:13
Signaler
"Pour s’affranchir du gaz russe" Et dans l'autre article : Les réductions de livraisons de gaz russe sont "politiquement motivées", dit l'UE Faut savoir les gars , vous ne voulez plus du gaz russe et en même temps si je puis dire ,vous critiqu...

à écrit le 26/07/2022 à 13:09
Signaler
welldone

à écrit le 26/07/2022 à 12:05
Signaler
Faudrait arrêter de "songer à" et acter le plus rapidement possible. Choisir de sortir du nucléaire unilatéralement et soudainement, avec en parallèle, pour compenser, des augmentations de d'achats de charbon, pétrole et gaz russes, est la plus gros...

le 26/07/2022 à 20:00
Signaler
Heureusement que la France n'a pas décroché du nucléaire, ceci étant est dépend beaucoup de l'économie allemande, notamment dans l'automobile: sous traitants, licences Catia et autres, puces et MEMS, STMicro et autres, et les équipementiers, Valeo, F...

à écrit le 26/07/2022 à 10:53
Signaler
"Si l'Allemagne venait à maintenir ses dernières centrales nucléaires en fonctionnement, cela ne serait pas la première incohérence dans son ambition de réduire ses émissions carbone." Je ne vois pas en quoi il s'agit d'une incohérence pour réduir...

à écrit le 26/07/2022 à 10:39
Signaler
Avoir un gros fournisseur, c'est comme avoir un seul gros client. Les 2 vous tiennent et quand ils serrent, ça fait mal. Les Allemands ont péché par excès de confiance envers la Russie et sans doute aussi vis à vis de la Chine. A l'heure des comptes...

à écrit le 26/07/2022 à 10:25
Signaler
Au moins les verts allemands sont capables de s adapter à la différence de ceux en France …. L Allemagne par son choix égoïste et unilatéral a construit un marché électrique européen à son seul profit immédiat .. quelques années plus tard avec les ...

à écrit le 26/07/2022 à 10:07
Signaler
Les allemands doivent de nouveau miser sur le nucléaire mais aussi sur la géothermie. Les panneaux solaires viennent de Chine ce qui rend cette technologie polluante en raison du transport. L'UE devrait financer cette filière solaire massivement. Con...

le 26/07/2022 à 10:47
Signaler
@BA...Euh...la dessalinisation de l'eau ça coûte un bras et pas top ecologiquement. On pourrait commencer à éviter de cultiver des plantes gourmandes en eau comme le mais et arreter les subventions au matériels d'irrigation pour cette plante.

le 26/07/2022 à 10:49
Signaler
desole mais ce qui du phorovoltaique il y avait deux pays en avance l'allemagne et la france mais nos idiots (car il n'y a pas d'autre definition) de politiciens ont livrer la technologie a la chine pour faire des economies idem avec airbus et g...

le 26/07/2022 à 11:57
Signaler
Avant de se lancer dans la désalinisation, technique sophistiquée et énergivore, il parait plus simple de construire des barrages, technique très ancienne et bien maitrisée. Il existe encore beaucoup de sites possibles , en Allemagne et encore plus e...

à écrit le 26/07/2022 à 9:48
Signaler
Prochaine étape du gouvernement allemand: lancer la construction de plusieurs centrales neuves et remettre sur pied un industrie nucléaire allemande performante, à la suite de quoi Bruno le Maire viendra nous expliquer qu'il est impératif de bazarder...

le 26/07/2022 à 12:22
Signaler
les francais vont payer tres cher pour les incompetences de m hollande et m macron et la fermeture d'une central nucleaire pour satisfaire les ecolos ceci est la preuve voulu de la deconstruction du pays

à écrit le 26/07/2022 à 8:43
Signaler
Les verts agissent et réfléchissent...après!

à écrit le 26/07/2022 à 8:40
Signaler
La réaction de Merkel à la catastrophe de Fukushima était idiote cette catastrophe nucléaire, la plus grande de l'histoire de l'humanité n'a été due qu'à la privatisation des centrales nucléaires japonaises qui a entrainé la suppression de sécurités ...

le 26/07/2022 à 14:18
Signaler
la reaction de Merckel , en pronant la sortie du nuc, a , au contraire, ete salvatrice. Elle a accelere l investissement dans les energies renouvelables. A l epoque, l eolien etait peu significatif. On ne sait construire des eoliennes offshores de 15...

le 27/07/2022 à 8:41
Signaler
C'est un raisonnement totalement improductif, pourquoi faut donc il penser une source d'énergie contre une autre tandis que le monde en a besoin urgemment ? Bref à part bosser pour un des lobbys du secteur je ne vois pas vraiment là hein... S'ils son...

le 27/07/2022 à 15:51
Signaler
Réponse à Michel:'La réaction de Merckel , en prônant la sortie du nuc, a , au contraire, été salvatrice. Elle a accélère l investissement dans les énergies renouvelables'. Effectivement on voit le résultat aujourd'hui de cette accélération dans les...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.