Royaume-Uni : les Conservateurs promettent plus de droits pour les travailleurs

Dans une tribune parue dans le Financial Times, la Première ministre Theresa May a insisté sur les mesures du programme des Conservateurs en faveur des droits des salariés.

2 mn

Nous sommes en train de préparer le plus grand projet d'extension des droits et des protection pour les employés jamais réalisé par un gouvernement conservateur, a souligné Theresa May dans le Financial Times.
"Nous sommes en train de préparer le plus grand projet d'extension des droits et des protection pour les employés jamais réalisé par un gouvernement conservateur", a souligné Theresa May dans le Financial Times. (Crédits : NEIL HALL)

A moins d'un mois des législatives au Royaume-Uni, la campagne électorale va monter d'un cran cette semaine avec la publication des programmes de chacun des partis. Les Conservateurs, emmenés par la Première ministre Theresa May, ont inclus dans leurs propositions des mesures pour améliorer la protection des travailleurs.

"Nous sommes en train de préparer le plus grand projet d'extension des droits et des protection pour les employés jamais réalisé par un gouvernement conservateur", a écrit Madame May dans une tribune sur le Financial Times.

Garantie des pensions contre les aléas du marché (dividendes ou rachat d'entreprise non viables), possibilité de quitter temporairement son poste pour une formation pour s'occuper d'un proche ou pour le décès d'un enfant... font partie des principales promesses de campagne des Conservateurs.

Le "contrat zéro heure" conservé

En montrant de l'intérêt aux conditions de travail des employés, les Conservateurs cherchent à empiéter sur le programme de leurs adversaires Travaillistes. Néanmoins, le parti de Jeremy Corbyn va naturellement plus loin sur ce sujet, notamment en proposant le retrait du fameux "contrat zéro heure" - ces contrats extrêmement flexibles sans garantie d'horaire ou de salaire minimal - ce que refusent les Conservateurs.

Ces derniers ne comptent pas non plus imposer la présence d'un représentant du personnel au sein des conseils d'administration des entreprises, alors qu'il s'agissait là d'une vieille promesse de Theresa May. En revanche, les salariés pourront désigner un directeur non-exécutif comme représentant ou créer un panel consultatif.

Enfin, sur la question du salaire minimum, les Travaillistes veulent le passer à 10 livres par heure d'ici 2020, soit une hausse de 10% par an pour les travailleurs à bas salaire. Les Conservateurs veulent lier la progression du salaire minimum à celui du salaire médian, aujourd'hui de 2% par an.

Outre-Manche, les élections législatives se dérouleront le 8 juin. Selon plusieurs sondages, les "Tories" du parti du Theresa May seraient largement en tête, avec près de 45% des suffrages, contre 30% pour leurs adversaires Travaillistes.

>Lire aussi : Royaume-Uni : face au "hard Brexit" de May, le Labour s'ancre (très) à gauche

2 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 15/05/2017 à 16:22
Signaler
Ce que la sociale démocratie anglaise n'a pas fait, au contraire avec blair même elle a anéanti les droits des travailleurs, ce sont les conservateurs britanniques qui vont l’appliquer. ALors même si c'est démago jamais nous n'entendrons ici les LR d...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.