Vice-présidence de la BCE : qui pour remplacer Vitor Constâncio ?

 |   |  335  mots
D'ici fin 2019, les deux tiers du directoire de la Banque centrale européenne (BCE) seront renouvelés. Premier sur la liste: le poste de vice-président de l'institution, aujourd'hui occupé par le Portugais Vitor Constâncio.
D'ici fin 2019, les deux tiers du directoire de la Banque centrale européenne (BCE) seront renouvelés. Premier sur la liste: le poste de vice-président de l'institution, aujourd'hui occupé par le Portugais Vitor Constâncio. (Crédits : Reuters)
L'Eurogroupe doit lancer ce lundi la procédure de présélection des candidats pour remplacer le Portugais, qui quittera le directoire de la BCE en mai prochain.

Chamboule-tout à Francfort ! D'ici à la fin 2019, les deux tiers du directoire de la Banque centrale européenne (BCE) seront renouvelés. Premier sur la liste: le poste de vice-président de l'institution, aujourd'hui occupé par le Portugais Vitor Constâncio. Celui-ci devra céder sa place en mai prochain.

Réuni à Bruxelles ce lundi, l'Eurogroupe, qui rassemble les ministres des Finances des 19 pays de la zone euro, doit déclencher le processus de présélection des candidats. Peu avant la réunion, le ministre espagnol des Finances, Luis de Guindos, a déclaré que Madrid comptait présenter une candidature dans les prochains jours. Selon la presse économique, ce candidat espagnol serait très probablement Luis de Guindos lui-même.

L'Eurogroupe doit fixer le calendrier de cette présélection ce lundi. La date-butoir de dépôt des candidatures devrait être quelques jours avant la prochaine réunion des ministres des Finances de la zone euro, prévue le 19 février. Une fois les candidats connus, ils doivent passer des auditions devant le Parlement européen, avant que l'heureux élu soit nommé officiellement par le Conseil européen (composé des chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union).

"Je suis convaincu que l'Espagne obtiendra ce poste", a prédit M. De Guindos.

Quid du successeur de Mario Draghi ?

Troisième sur la liste des départs, le président de la BCE, l'Italien Mario Draghi, est en poste jusqu'en octobre 2019, date de la fin de son mandat. Le choix du vice-président, et surtout de sa nationalité, aura forcément une répercussion sur celui du président. Par exemple, en cas de victoire d'un candidat espagnol, représentant un pays du Sud, les Européens pourrait décider de nommer un représentant d'un pays du Nord à la tête de la BCE.

Actuellement, l'Allemand Jens Weidmann, patron de la Bundesbank et ancien conseiller de la chancelière Angela Merkel, apparaît comme l'un des candidats potentiels à la succession de M. Draghi.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :