Encore un mauvais trimestre pour les créations d'entreprise en France

 |   |  347  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Les créations d'entreprise reculent de 24% en France au troisième trimestre selon l'assureur Coface qui publie ses résultats ce jeudi. Les redressements et liquidations judiciaires diminuent également (de 7,7%).

Le repli des créations d'entreprise s'accuse en France. Leur nombre a reculé de 24% au troisième trimestre par rapport à la même période l'année dernière selon les chiffres de l?Observatoire des défaillances et créations de Coface.

Avec l'arrivée sur le marché de 94.917 nouvelles entreprises commerciales au troisième trimestre de cette année, soit 25% de moins que l'année précédente à la même période, cette catégorie est la première touchée. L'artisanat en souffre le plus, avec 46% de nouvelles entreprises créées sous ce statut. Les professions libérales ont quant à elle, créé 17% d'entreprise en moins.

Des faillites en recul, mais supérieures au niveaux d'avant 2008

Parallèlement, signe plus positif, les défaillances poursuivent, elles aussi, leur recul. Avec 11.800 redressements et liquidations judiciaires au 3e trimestre 2011, contre 12.785 l?an passé, leur repli, de 7,7%, bat un nouveau record.  Le coût total de ces procédures s'élève à 760 millions d'euros, soit 7,9% de moins qu'entre juillet et septembre 2010. Pour l'année, l'Observatoire de Coface table sur 60. 000 cas.

Toutefois, la santé des entreprises Française d'avant la crise n'est pas recouvrée. "La stagnation à un niveau équivalent à celui du 3e trimestre 2008, au tout début de la crise, pourrait persister, conséquence de la croissance molle ", signale l'organisme dans un communiqué.

Quelque 37.333 emplois seraient menacés par ces faillites d?entreprises. Coface attire l'attention sur celles des grandes entreprises qui engendrent davantage de pertes d'emplois et cite l'exemple d'Anovo, spécialiste des biens d'équipemement et de Moncigale (agroalimentaire).

Enfin dans le détail, les secteurs qui s'en sortent le mieux sont ceux des minéraux et de la chimie avec un tiers de défaillances en moins, les télécommunications (-23,4%) et les services collectifs (-20,9%). A l'inverse, les secteurs de l?énergie et de la pharmacie ont connu plus de redressements et de liquidations judiciaires qu'au troisième trimestre 2010. Les trois régions les plus affectées sont la Picardie avec 8% de défaillances supplémentaires, la Franche-Comté (5% d'augmentation) et l?Alsace (2,6%).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :