Les exclus bancaires ne sont pas (forcément) ceux que l’on croit

 |   |  599  mots
Dans l'Union européenne, 58 millions de consommateurs de plus de 15 ans n'ont pas de compte bancaire, d'après la Commission européenne.
Dans l'Union européenne, 58 millions de consommateurs de plus de 15 ans n'ont pas de compte bancaire, d'après la Commission européenne. (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
L’Europe compte des millions de personnes n’ayant pas accès aux services bancaires de base, d’après une étude publiée ce mardi par MasterCard. Des exclus bancaires plus nombreux qu’on ne le croit à disposer d’un emploi et à avoir fait le choix de se passer des banques.

Quand on parle d'exclusion financière, on songe souvent à l'Afrique, un continent où moins du quart de la population est bancarisée, d'après la Banque africaine de développement. Ou encore à l'Indonésie, à l'Inde mais certainement pas à l'Europe. Et pourtant, sur le Vieux Continent, " des millions de personnes sont exclues du système bancaire", affirme Jennifer Rademaker, l'une des responsables de la division Europe du réseau de cartes de paiement MasterCard, qui publie ce mardi 17 septembre une étude sur l'exclusion financière en Europe.

 De fait, "dans l'Union européenne, environ 58 millions de consommateurs âgés de plus de 15 ans n'ont pas de compte bancaire", indiquait la Commission européenne, le 8 mai dernier, en publiant une proposition de directive sur l'accès à un compte de paiement de base. Et en France, si 99% des ménages disposent d'un compte en banque, grâce à l'instauration du droit au compte gratuit, en 1984, il n'en reste pas moins que 5 à 6 millions de personnes n'ont pas accès à l'ensemble des services bancaires (chéquier, carte de crédit, etc.), selon le Secours catholique.

L'âge moyen des exclus bancaires n'excède pas 40 ans, en Europe

 Autre idée reçue : les personnes au chômage ne forment pas le gros du bataillon de l'exclusion financière, loin de là. D'après l'enquête réalisée par Ipsos pour le compte de MasterCard, et conduite auprès de quelque 600 personnes en France, au Royaume-Uni, en Espagne, en Italie, en Pologne et en Russie, près de 30% des sondés ont un emploi.

Et l'exclusion financière ne touche pas non plus essentiellement des personnes immigrées, qui ne possèderaient pas de papiers d'identité leur permettant d'ouvrir un compte en banque : cette population ne représente que 2% des exclus bancaires, en Europe. Enfin, les personnes qui n'ont pas accès aux services bancaires de base sont tout sauf des retraités aux faibles ressources, leur âge moyen n'excédant pas 40 ans.

10% des personnes interrogées n'ont pas confiance dans les banques

 Plus étonnant encore, l'exclusion bancaire n'est pas forcément une situation subie, conséquence d'incidents de paiement ou de revenus insuffisants. En effet, près d'un quart des personnes interrogées assurent ne pas posséder de compte bancaire tout bonnement parce qu'elles ne le souhaitent pas ou estiment ne pas en avoir besoin. Et 10% des sondés n'en ont pas pour la simple raison qu'ils n'ont pas confiance dans les banques, soupçonnées de ne pas agir au mieux des intérêts de leurs clients.

 Un tiers des personnes font appel à leurs proches pour régler factures et loyer

 Ce choix de vie peut s'avérer lourd de conséquences. D'abord, garder son argent sous son matelas ou sur soi pose un problème évident de sécurité, que ne nient d'ailleurs pas les réfractaires au système bancaire interrogés par MasterCard. Ensuite, les personnes en question se placent dans une situation de forte dépendance vis-à-vis de leurs proches, un tiers d'entre elles devant faire appel à leur famille ou à leurs amis pour régler leur loyer et leurs factures énergétiques, des paiements qui s'effectuent rarement en cash.

 De la même façon, le temps est fini où les entreprises payaient leurs salariés en numéraire, à l'image des mineurs du Germinal de Zola. Autant d'arguments à brandir par MasterCard pour convaincre les personnes exclues du système financier d'adopter ses cartes prépayées, accessibles à tous, sans qu'il soit besoin de présenter une référence de compte-bancaire ou une pièce d'identité…

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/09/2013 à 14:35 :
Ah, Mastercard vous a payer combien pour faire cette promotion ?
a écrit le 17/09/2013 à 14:11 :
Le seul paiement LIBERATOIRE, en Europe (CEE) est le paiement avec des euros, monnaie émise par la BCE!!! et pourtant de nombreuses stations services n'acceptent que la carte bancaire!!
Tout à fait illégal de refuser des euros en Europe!
a écrit le 17/09/2013 à 10:27 :
Article peu pertinent en France : essayez de faire verser votre salaire officiel en liquide !
Réponse de le 17/09/2013 à 10:50 :
La mafia étatique n'a aucun intérêt à ce que cela reste possible.
Réponse de le 17/09/2013 à 11:14 :
à A1039 : c'est votre droit si votre salaire mensuel est inférieur à Eur 1.500,00 et votre employeur ne peut vous le refuser.
Réponse de le 17/09/2013 à 13:26 :
Référence: http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F10999.xhtml
Réponse de le 17/09/2013 à 13:35 :
Tout simplement, des que votre salaire est versé, retirer l'argent de votre compte en y conservant ce qui est éventuellement nécessaire aux prélèvements automatiques.
a écrit le 17/09/2013 à 10:26 :
Concernant votre dernière phrase, pour pleinement profiter d'une carte prépayée (et notamment la levée des plafonds de paiement très bas pour les cartes 'anonymes'), il faut présenter une pièce d'identité (meme pour un francais demandant une carte prépayée Mastercard Debit émise par un établissement bancaire émise par un autre pays de l'UE.
a écrit le 17/09/2013 à 8:34 :
MasterCard qui ne supporte pas que des gens censés sortent de son système autocrate, que tout le monde paie par l'argent électronique, manière de bien contrôler l'activité privée des gens et éventuellement a la moindre incartade de bloquer leur compte. Bien sûr que plus on a de liquide et d'or, plus on protège l'opacité de sa vie privée...
Réponse de le 17/09/2013 à 9:06 :
"Opacité"....votre mot est bien choisi, mais guère étonnant quand on lit votre discours d'un autre âge et totalement persécuté. Allez vivcre en corée du nord et vous verrez ce que c'est que de ne pas avoir de vie privée
Réponse de le 17/09/2013 à 10:48 :
@n'imp, ce n'est pas parce qu'ailleurs c'est pire que l'on doit s'assoir sur nos libertés fondamentales. Et pouvoir disposer du fruit de son travail comme on l'entend en est une que les dirigeants de ce monde nous restreint toujours plus. Quand on nous propose de choisir entre la peste et le choléra, il est préférable de tout faire pour éviter d'avoir à faire un tel choix.
Réponse de le 17/09/2013 à 11:17 :
Vraiment n'impORTE quoi votre commentaire.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :