Les banquiers invitent Moscovici à déjeuner parce qu'ils ont du mal à avaler les taxes

 |   |  525  mots
Les taxes spécifiques au secteur bancaire français se montent désormais à 3 milliards d'euros par an. REUTERS.
Les taxes spécifiques au secteur bancaire français se montent désormais à 3 milliards d'euros par an. REUTERS. (Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
Le ministre de l’Economie a déjeuné mardi 8 octobre avec les patrons des grandes banques françaises. L’occasion, pour ces derniers, de prévenir le gouvernement que 3 milliards d’euros de taxes spécifiques pour le secteur bancaire, c’est 30 milliards d’euros de crédits en moins pour financer l’économie.

"Pour une fois, ce n'est pas nous qui avons été convoqués à Bercy, c'est le ministre de l'Economie qui est venu à nous", s'amuse un grand banquier français. De fait, mardi 8 octobre, Pierre Moscovici a fait le déplacement jusqu'au siège de la Fédération bancaire française (FBF), rue Lafayette, à Paris, afin de déjeuner avec les patrons des grandes banques françaises.

Lesquels l'attendaient de pied ferme, exaspérés qu'ils sont par les hausses d'impôts frappant le secteur bancaire. "Sur le plan fiscal, les années se suivent et se ressemblent", gronde ce même banquier, dénonçant "une espèce de surfiscalité méthodique et destructrice."

 Les taxes spécifiques au secteur ont augmenté de 1,6 à 1,7 milliard par rapport à 2012

 De fait, après la hausse de la taxe sur les salaires - qui frappe les sociétés non assujetties à la TVA et donc le secteur financier -, prévue par le projet de loi de financement de la Sécurité sociale 2013, le gouvernement envisage à présent de relever la taxe systémique acquittée par les banques françaises, afin d'abonder le fonds de soutien aux collectivités locales. Cette dernière initiative engendrera une surcharge de 50 millions d'euros par an pour le secteur bancaire, au cours des 15 prochaines années.

Au total, l'ensemble des taxes spécifiques aux banques françaises s'élève désormais à 3 milliards d'euros par an, calcule ce même banquier. Soit une hausse de 1,6 à 1,7 milliard d'euros par rapport à 2012, dont 1 milliard provient de l'augmentation de la taxe systémique, 400 à 500 millions du renchérissement de la taxe sur les salaires et 200 millions environ de la progression des contributions allouées par les banques à leurs autorités de tutelle, telle l'Autorité de contrôle prudentiel (ACP).

Conséquence, "la fiscalité commence à devenir une gêne pour le secteur bancaire, qui paie plus d'impôts que ne l'exige son poids dans l'économie", s'agace ce banquier.

 30 milliards d'euros de crédits en moins par an pour l'économie

 Cette gêne ne vaut pas seulement pour le secteur bancaire, poursuit le financier, mais également pour le financement de l'économie, car "chaque milliard d'euros de prélèvement supplémentaire, c'est 10 milliards d'euros de crédits en moins, du fait des ratios de solvabilité que nous devons respecter dans le cadre de la réglementation de Bâle III", affirme-t-il.

Sur la base de ce calcul, les trois milliards d'euros de taxes spécifiques que le secteur doit désormais acquitter priveront donc l'économie française de 30 milliards d'euros de crédits chaque année.

 Cet argument a-t-il fait mouche auprès de Pierre Moscovici, membre d'un gouvernement qui a fait du financement de l'économie réelle l'un de ses chevaux de bataille ? "Le ministre nous a écoutés, mais nous ne savons pas ce qu'il en retiendra… ", soupire un autre banquier.

Pierre Moscovici leur a en tout cas donné rendez-vous à l'occasion des Assises de la fiscalité des entreprises, qui devraient se tenir début 2014, un événement qui permettra à "chacun de faire valoir son point de vue." Et de les réconcilier ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/10/2013 à 15:20 :
Dejeuner ,c'est tout ce que les socialistes et lUmp savent faire.
a écrit le 10/10/2013 à 18:10 :
Les banquiers éternels assistés maintenant aussi rois du chantage à l'emploi !! Il faut nationaliser les banques puisqu'elles refusent de payer les taxes et continuent à entretenir l'opacité de leurs activités !!!
a écrit le 10/10/2013 à 15:23 :
L'ennemi sans visage a mis au pas HOLLANDE maintenant ils veulent nous faire voir comment mieux racketter les Français. La REPUBLIQUE généreuse de HOLLANDE s'y emploie sur notre échine.
a écrit le 10/10/2013 à 13:46 :
Encore du chantage.
a écrit le 10/10/2013 à 11:43 :
Ras le bol de ces réflexions permanentes sur les actionnaires !sans eux ,pas de developpement economique possible .Ce sont les premieres victimes de la crise car ils ont vu leur capital fondre ,quant aux dividendes ,en net ils dépassent à peine le livret avec une prise de risque reelle .Ce populisme est non seulement injuste mais économiquement suicidaire !
Réponse de le 13/10/2013 à 15:09 :
BABU Je vous rassure avant de sombrer dans la déprime la plus complète regardez les actifs des trois premières banques françaises.Ah ça y est ,on est tout de suite rasséréner non.
a écrit le 10/10/2013 à 10:06 :
"3 milliards d'euros de taxes spécifiques pour le secteur bancaire, c'est 30 milliards d'euros de crédits en moins pour financer l'économie. "
Les banques peuvent prêter 10 fois de l'argent qu'elles n'ont pas et empocher par contre les intérêts bien sonnants. Et on s'étonne que le système court à la catastrophe.
Au passage, c'est surtout 3 milliards qu'elles ne distribueront pas en bonus ou à leurs actionnaires.
Réponse de le 13/10/2013 à 18:33 :
Eh oui, la banque c'est ça: prêter 10 fois ses fonds propres (Bâle III), lesquels n'ont rien à voir avec les dépôts. Si elle a des dépôts supérieurs à 10 fois les fonds propres, elle les déposera à la BCE, et ne les transformera pas en prêts à l'économie. C'est aussi bête que ça. Ceci étant dit, 3 milliards de taxes ne veulent pas dire trois milliards de fonds propres en moins, le raccourci est un peu rapide.
a écrit le 09/10/2013 à 23:11 :
J'espère qu'ils lui ont fait payer la note
a écrit le 09/10/2013 à 22:35 :
Qui va avoir une indigestion ?
a écrit le 09/10/2013 à 21:35 :
mieux vaut avaler les taxes que des couleuvres
a écrit le 09/10/2013 à 20:17 :
quand une banque perd 5 milliards dans l'affaire Kerviel, la même année est fait encore des bénéfices alors que représente 3 milliards pour l"ensemble des banques, rien si ce n'est la soif d'argent des banquiers mais cela ne les empêchera pas de mourir un jour comme le plus pauvre d'entre nous
Réponse de le 09/10/2013 à 20:44 :
4.9 milliards auquel vous pouvez retrancher le cadeau de l'administration des finances de l'époque fait à la SG. Une déduction fiscale de 1,7 milliards d'euros en compensation de ''ses prétendues pertes''. Prétendues ? Apparemment car jusqu'à présent l'expertise des comptes du débouclage n'a toujours pas été entamé, du moins aux dernières nouvelles...Alors, dans quel camp sont ''les escrocs'' ? http://www.agencebretagnepresse.com/fetch.php?id=31594
Réponse de le 09/10/2013 à 21:22 :
Quelque soit réellement la crise on ne vois pas de banque, d'hypermarché ou de patrons de grand groupe ce faire viré, fermer ou faire faillite. seul les petites entreprise et les usines ferment ou sont délocalisées... Les banque tous comme les grand groupes ont de grandes marges.
Réponse de le 10/10/2013 à 3:45 :
Vous écrivez n'importe quoi. Les pertes de la SG (dûes à Kerviel ou non) ont mécaniquement réduit l'impôt sur les sociétés qu'elle paye. Il n'y a donc pas de "compensation" ni "cadeau". Quant à l'expertise, il s'agit de savoir quel montant des pertes sont issues des positions Kerviel (dans le seul but de savoir combien, lui, doit rembourser en théorie); mais le profit global annuel de la banque (Kerviel compris), lui, est certifié et connu, donc l'impôt aussi. Ce que prétend Kerviel, c'est qu'une partie des 4.9 n'est pas causé par ses positions à lui (donc qu'elles sont les pertes d'un autre département) - foutaise selon moi - et cela n'aura aucun impact fiscal. Si en revanche Kerviel gagne 4.9 au loto et rembourse la SG, l'Etat récupérera l'impôt dû sur cette somme. C'est pourtant simple !
Réponse de le 10/10/2013 à 6:42 :
Tiens ! Un employé de banque ...
Réponse de le 13/10/2013 à 18:44 :
C'est n'importe quoi: c'est le résultat contrôlé et certifié qui génère l'impôt. Si le résultat baisse pour quelque raison que ce soit, l'impôt baisse a due proportion: il n'y a ni passe droit, encore moins de chèque: c'est juste l'application des règles comptables et fiscales. Et je ne suis pas banquier. Arrêtons ce populisme d?extrême gauet maintenant d?extrême droite qui ne peut que nous conduire à l?abîme.
a écrit le 09/10/2013 à 19:52 :
France '' Les gouvernement ont capitulé devant les lobbys bancaires :...L'ancien banquier (AMF) ne cache ni son amertume ni son inquiétude face à la lâcheté des gouvernements, qui ont capitulé dans leur volonté de réforme face aux lobbys bancaires. Lui qui est proche du commissaire européen Michel Barnier les a vu à l'?uvre et a mesuré toute leur influence auprès de leurs gouvernements nationaux, qui se font ensuite leur porte-parole à Bruxelles (...) Il n'est d'ailleurs pas le seul ancien banquier à tirer la sonnette d'alarme. Son discours rejoint celui entonné par plusieurs "repentis de la finance". Ils sont d'autant plus virulents dans leur plaidoyer pour de vraies réformes qu'ils ont connu le système de l'intérieur et ne peuvent pas être trompés sur la réalité de son fonctionnement et de ses dangers (...)'' http://tempsreel.nouvelobs.com/economie/20131002.OBS9396/crise-financiere-un-banquier-repenti-balance.html



a écrit le 09/10/2013 à 19:44 :
...une cuillerée de bicarbonate dans un 1/2 verre d'eau les soulagera.......
a écrit le 09/10/2013 à 19:29 :
Il faut savoir chouchouter nos hommes politiques français. Les dictateurs de pays africains riches en matières premières (pétrole, uranium) n' hésitent pas à acheter les faveurs des hommes politiques UMPS. L' UMPS apprécie les cadeaux. La méthode est décrite dans le documentaire "Francafrique" de Patrick Benquet disponible pour 20? à la FNAC. Messieurs les banquiers, il faut investir ! Après, vous aurez la main !
Réponse de le 09/10/2013 à 20:01 :
Eeet... A la place de l'UMPS, vous proposez quoi..?? Car si Marine a des solutions qu'elle ne veut jamais expliquer, pour cause de confidentialité, un pays germanophone a déjà testé.
Réponse de le 09/10/2013 à 20:11 :
Lç, c'est vraiment n'importe quoi !
Réponse de le 09/10/2013 à 20:29 :
Tres cher Yvan. Regardez "Francafrique" de Patrick Benquet (dispo dans les bibliothèques, à la FNAC, sur internet...). Ce documentaire plébiscité par Le Nouvel Observateur (journal de gauche) va vous ouvrir les yeux. Vous y verrez (entre autres) Chirac, Mitterrand, Sarkozy et Fillon, ainsi que d' anciens patrons de la DGSE. On découvre beaucoup de choses et on se sent plus intelligent après l' avoir vu.
a écrit le 09/10/2013 à 19:09 :
et les milliards données par la BCE aux banques c'est combien en moins pour les contribuables ?????peut on savoir ou sont passés ces 1000 milliards que nous devons aujourd'hui rembourser!!!! car c'est bien ces 1000 milliards que les banques devraient rembourser !!!et ils pinaillent pour 1.6 ou 1.7 milliard!!!!
Réponse de le 09/10/2013 à 20:04 :
Mouinon. Vous oubliez que les PDG de banques ont leurs actionnaires qui leur réclament le max. Soit, il FAUT la rentabilité MAXIMALE. Comme pour les "fonds", d'ailleurs...
Réponse de le 09/10/2013 à 22:10 :
La BCE a prêté aux banques 1.000 Md à 1%.
De l'argent reprêté à 3-4% minimum, ou placé dans une bourse qui a retrouvé ses niveaux d'avant crise, donc +30-40%, soit un bénéfice ANNUEL d'une ou deux bonnes centaines de milliards!
Ils pourraient au moins dire Merci, au lieu de pleirnicher!
a écrit le 09/10/2013 à 19:03 :
ft regarder combien ont coute les bails out... et comparer avec les 3 milliards
a écrit le 09/10/2013 à 18:56 :
La solution, on sort de l'Europe, de l'euro, avantage retrouvé, on frappe notre monnaie et le système bancaire national et international prend ses pertes, aussi simple que cela.
Réponse de le 09/10/2013 à 19:58 :
Excellente idée. Ce que fait d'ailleurs le Japon qui est en train de couler direct. Voyez d'ailleurs la GB soutenue à bout de bras par l'oncle sam.
Réponse de le 09/10/2013 à 22:28 :
erreur le japon fait ce que font les états unis ce qui est différent du système décrit plus haut...
a écrit le 09/10/2013 à 18:34 :
S'il n'y avait que les banquiers qui ont de mal à avaler les taxes!, toute la classe moyenne étouffe sous les taxes,augmentations de taxes,nouvelles taxes et coût de la vie,mais pour aucune disposition de prise, trop riche % aux banquiers sans doute ou pas assez puissante!
Réponse de le 09/10/2013 à 19:05 :
Sauf que c'est NOUS que les banquiers prennent en otage en travaillant avec NOTRE argent et en restreignant le crédit, soit étouffer l'économie réelle. Et donc, les états, sous la pression des marchés, sont OBLIGES de nous taxer alors qu'il faudrait simplement nationaliser le secteur bancaire. Et comme elles sont toutes en faillite, cela ne nous coûterait rien.
Réponse de le 09/10/2013 à 20:59 :
@Lyonnais : Les taxes, ce n'est pas fini ; Source Le Figaro du 09/10 : "Les taux d'endettement public ont atteint de tels niveaux qu'il faudra trouver des solutions iconoclastes, indique le FMI dans son rapport sur les finances publiques. Le Fonds évoque un prélèvement "une fois pour toute" sur l'épargne privée, qui présente des risques considérables".
http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2013/10/09/20002-20131009ARTFIG00524-le-fmi-propose-une-supertaxe-sur-le-capital.php
a écrit le 09/10/2013 à 18:32 :
Qui a inventé cette taxe a priori stupide sur les salaires ? On voudrait inciter les banquiers à dégraisser les effectifs et délocaliser en Inde ou ailleurs, qu'on ne s'y prendrait pas autrement ! Je comprends en tout cas qu'ils ne se font pas prier pour réduire leurs structures et leur masse salariale. Bravos aux génies ayant pondu ces taxes.
a écrit le 09/10/2013 à 17:58 :
Apparemment les aides de l'Etat et de l'Europe (donc les euros des contribuables que nous sommes) lors de la crise, ont été bien plus facilement "digérées" par les banques.....
a écrit le 09/10/2013 à 17:58 :
Encore un déjeuner pour rien car ce gouvernement est le champion pour dire une chose et de faire l'opposé. Ces ministres sont incompétents.
Réponse de le 09/10/2013 à 19:47 :
IL y en a un à l'Assemblée hier qui a traité une ministre de "cocotte" avec les caquetages qui vont avec....il parait qu'il était un peu "émêché", car ils sortaient tous d'un très copieux repas....il y en a pour qui les frais de bouche ne représentent pas grand chose.......
Réponse de le 09/10/2013 à 20:12 :
Bien dit + UN
a écrit le 09/10/2013 à 17:23 :
Ils n'ont encore rien vu.
a écrit le 09/10/2013 à 15:38 :
Une bonne tape dans le dos et ça passera !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :