Vol MH370 : de nouvelles recherches sous-marines sont lancées

 |   |  189  mots
La première campagne de recherches sous-marines avait été menée dans une zone de 314 km2, où un signal avait été capté le 5 avril pendant 13 minutes. REUTERS.
La première campagne de recherches sous-marines avait été menée dans une zone de 314 km2, où un signal avait été capté le 5 avril pendant 13 minutes. REUTERS. (Crédits : reuters.com)
Le navire Ocean Shield a mis le cap sur une zone située à 1.600 km au nord-ouest de Perth, où un signal susceptible de provenir d'une des boîtes noires de l'avion avait été capté il y a un mois.

Un navire australien a appareillé samedi pour entamer, à l'aide du robot Buelfin-21, une deuxième campagne de recherches sous-marines de l'avion de Malaysia Airlines disparu le 8 mars.

L'Ocean Shield a mis le cap sur la zone située à 1.600 km au nord-ouest de Perth (Australie Occidentale), où le signal le plus long susceptible de provenir d'une des boîtes noires de l'appareil avait été capté il y a un peu plus d'un mois.

La première campagne de recherches sous-marines avait été menée dans une zone de 314 km2, où un signal avait été capté le 5 avril pendant 13 minutes. Un autre signal plus long avait été enregistré un peu plus tôt, le même jour, dans le secteur qui doit désormais être passé au crible.

Le vol MH370 effectuait la liaison entre Kuala Lumpur et Pékin avec 239 personnes à son bord, dont une majorité de passagers chinois.

Aucune trace de l'appareil n'a été découverte en dépit de recherches d'une ampleur sans précédent dans l'histoire de l'aviation civile. La Malaisie, la Chine et l'Australie, qui coordonne les recherches, se sont engagées lundi à les poursuivre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/05/2014 à 6:51 :
Et plus personnes et tous les états cherchent les victimes désintégrées !!!
a écrit le 11/05/2014 à 19:13 :
Suicide du pilote ayant entrainé les passagers et l'équipage .Un des deux pilotes a pu s'enfermer dans le cockpit , déconnecter le transpondeur , las ACARS ,les masques à oxygène , ensuite il monte manuellement la cabine à 35.000 ft . Il reste le seul survivant à bord avec de l'oxygène pour 30 minutes , il descend à basse altitude pour éviter les radars et survole la mer au Pilote automatique à 300 ft du sol : un seul cap sur l'immensité de l'océan indien jusqu'à la panne de carburant : impossible à retrouver .
a écrit le 10/05/2014 à 19:41 :
Il y a eu trop de "cafouillage" dans l'information sur ce drame . C'est à l'évidence qu'on veut cacher quelque chose . Quoi d'autre qu'une erreur de tire d'une armée ? US ( Diego Garcia ) ? Australienne ? Chinoise ? Plus vraisemblablement malaisienne .
Réponse de le 11/05/2014 à 6:42 :
L'idée n'est pas saugrenue, mais je pense que c'est pas la bonne "quelqu'un" aurait bien vu des débris à un moment ou à un autre flotter en surface (pêcheurs, cargos...)
a écrit le 10/05/2014 à 15:27 :
Pïng...Ping...Ping...Pïng....Ping...Ping...Pïng...Ping...Ping...Pïng....Ping...Ping...Pïng...Ping...Ping...Pïng....Ping...Ping...Pïng...Ping...Ping...Pïng....Ping...Ping...Pïng...Ping...Ping...Pïng....Ping...Ping...Pïng...Ping...Ping...Pïng....Ping...Ping...Pïng...Ping...Ping...Pïng....Ping...Ping...Pïng...Ping...Ping...Pïng....Ping...Ping...Pïng...Ping...Ping...Pïng....Ping...Ping...Pïng...Ping...Ping...Pïng....Ping...Ping...Pïng...Ping...Ping...Pïng....Ping...Ping...Pïng...Ping...Ping...Pïng....Ping...Ping...Pïng...Ping...Ping...Pïng....Ping...Ping...Pïng...Ping...Ping...Pïng....Ping...Ping...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :