Citigroup sous pression, l'action s'effondre encore

 |   |  556  mots
Le titre de l'ex-numéro un mondial des services financiers avait dégringolé de 50% en deux jours. Ses dirigeants excluent un démantèlement pourtant évoqué par certains. Ce vendredi, après une ouverture en légère hausse, le titre est repassé dans le rouge. Il plonge même de près de 20%.

L'heure des choix a sonné pour l'ex-numéro un mondial des services financiers Citigroup dont le cours de Bourse a chuté de moitié en deux jours.  Jeudi, l'action Citigroup s'est encore effondrée avec un plongeon de 26,41% à 4,71 dollars, touchant en séance son plus bas niveau depuis 15 ans. Mercredi, le titre avait dévissé de plus de 23%. 

Citigroup fait notamment les frais de rumeurs de marchés persistantes sur ses résultats. De nombreux analystes anticipent de nouvelles pertes pour la banque au quatrième trimestre et pour l'année prochaine. A l'image de Deutsche Bank qui estime que Citi devrait afficher une perte de 30 cents par action en 2009 malgré la suppression annoncée lundi de 52.000 emplois l'an prochain pour revenir à 300.000 salariés.

Dans son édition de jeud soir, le Wall Street Journal (WSJ) indiquait que les dirigeants de Citi ont mis à l'étude divers scénarios du pire, prévoyant la cession de pans entiers de la banque. Voire sa vente pure et simple. Ces discussions seraient encore à un stade très préliminaire et ne signifieraient pas que la banque new-yorkaise a fait une croix sur sa stratégie d'indépendance, ajoute le journal économique, citant des personnes proches du dossier.

Le conseil d'administration de Citigroup s'est réuni ce vendredi pour discuter des options à sa disposition.La direction a fait savoir qu'elle maintenait sa stratégie d'indépendance et étudiait diverses mesures d'économies et de cessions ciblées. Mais elle a exclu un démantèlement du groupe. Le Trésor américain a indiqué qu'il suivait de très près le dossier.

La capitalisation boursière de Citigroup est désormais inférieure à l'aide de 25 milliards que vient de lui octroyer le Trésor dans le cadre du plan de soutien au système financier. L'ancien numéro un mondial de la finance pèse moins en Bourse que la banque régionale US Bancorp, aux actifs neuf fois moins importants.

"Citigroup a semé beaucoup de doutes chez les investisseurs en quelques jours", souligne Gregori Volokhine, analyste chez Meeschaert New York, en rappelant les annonces en rafale de la banque depuis lundi: suppression de 50.000 emplois, rapatriement de 18 milliards de dollars d'actifs toxiques dans ses comptes, renforcement au capital du prince al-Walid ( qui a vu sa participation passer de moins de 4% à plus de 5%). 

Parmi ses actifs qui pourraient être vendus figurent la filiale Smith Barney, spécialisée dans la vente de titres boursiers aux particuliers - mais la direction n'y serait pas favorable, selon certaines sources -, l'activité "cartes de crédit" ou l'activité de services aux entreprises financières, l'une des plus dynamiques du groupe, selon le journal. Une autre possibilité serait de vendre ou de fusionner le groupe, par exemple avec la banque d'affaires Goldman Sachs ou sa concurrente Morgan Stanley, selon des spéculations d'analystes rapportées par le WSJ. Selon des informations de presse, Citigroup et Morgan Stanley --dont l'actuel directeur général de Citi,Vikram Pandit, est issu-- avaient brièvement envisagé à l'automne un tel rapprochement.

Dans l'attente de nouvelles plus concrètes, le titre Citi a d'abord retrouvé un peu de couleurs à Wall Street à l'ouverture, avant de reprendre le chemin de la baisse et même de la chute libre avec un recul de 19,96% à 3,77 dollars. Soit une chute en trois jours de quelque 70% !

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
si la citi se fait racheter toutes les autres banques vont se faire racheter et qui saura acheter qui?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
J'ai lu, puis je n'ai plus retrouvé l'information : Beaucoup de cadres de CITI auraient racheté des actions ces derniers jours.
Quelqu'un pourrait-il infirmer ou confirmer cette info ?
Merci et à bientôt de vous lire, j'espère.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Ce serait plutot le moment d'investir :)
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
c'est bel et bien la fin de ce système financier prédateur.
la bête n'est plus qu'un cadavre qu'il serait pure folie de tenter de ranimer !! passons enfin à autre chose de plus lucide, à un VRAI NOUVEAU BRETTON WOODS PAR EXEMPLE !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
vive la démocratie!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
bravo pour la censure!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :