Découvrez les 10 banquiers les mieux payés d'Europe

 |   |  235  mots
La Tribune Infographie/BHEDOUIN
La Tribune Infographie/BHEDOUIN (Crédits : La Tribune Infographie/BHEDOUIN)
En pleine crise financière, la rémunération stratosphérique de certains dirigeants de grandes banques européennes a de quoi faire grincer quelques dents.

Coïncidence fâcheuse. C'est au moment où il n'est question que de recapitalisation des banques européennes que le cabinet Alphavalue publie une étude sur les dix banquiers les mieux payés d'Europe. Bob Diamond, le patron de la britannique Barclays, arrive en tête, avec une rémunération de 11,6 millions d'euros (dont un tiers en cash et le solde en stock-options) en 2010. Ses compatriotes Stuart Gulliver et Stephen Hester, respectivement aux commandes de HSBC et de RBS, figurent également dans ce "top 10", avec 7,2 millions d'euros pour le premier et 5,4 millions pour le second.

Les Suisses sont eux aussi bien classés

Si la finance "british" se taille la part du lion, les banquiers suisses figurent eux aussi en bonne place dans ce classement, dont la deuxième place est occupée par Brady Dougan : le patron de Credit Suisse a touché 9,2 millions d'euros l'an dernier. Quant à Boris Collardi, à la tête de la banque helvétique Julius Baer, sa rémunération s'est élevée à 5,8 millions d'euros l'an dernier, ce qui le place en septième position.

En revanche, aucun patron de banque française ne figure dans ce palmarès. Il est vrai que la rémunération annuelle moyenne des hauts dirigeants des banques de l'Hexagone est inférieure à un million d'euros par an, selon AlphaValue.

Cliquer ici pour accéder à la moyenne des rémunérations, pays par pays.

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/12/2011 à 15:47 :
Et les Rothschild ils sont ou dans cette liste, ceux qui finance les guerres depuis 200 ans
a écrit le 22/10/2011 à 0:24 :
Jean,

Quels sont donc ces pays ou les campagnes electorales sont financees par les "banquiers" (ou banques) pour beneficier de quelque clemence ? Les "banquiers" ne sont pas les propriétaires des banques, mais des salariés (statut particulier de mandataire social) et les politiques ne nomment pas les patrons des banques, nous ne sommes plus au temps des banques nationalisees ...Croyez vous qu'un patron de banque soit un potentat libre de faire ce qu'il veut ? Vous planez loin de la réalité mon pauvre ami.
Réponse de le 22/10/2011 à 12:01 :
Regardez les contributions des banques (et de leurs employés) aux campagnes aux USA, et vous verrez. Regardez la réalité en face vous-même plutôt que de croire que le monde est idéal et sans compromissions.
Réponse de le 22/10/2011 à 12:05 :
D'autre part si vous pensez vraiment que les actionnaires des banques US ont une influence sur les décisions des patrons des banques et de leurs employés influents (les traders, courtiers etc), vous êtes dans l'erreur. Regardez par exemple le rachat de Meryll Lynch par Bank of America; les chiffres réels (grosses pertes de ML) ont été cachés aux actionnaires pour qu'ils approuvent la décision; ils ont compris la tromperie trop tard. De plus la gouvernance est dévoyée, regardez la composition des conseils d'administration.
Réponse de le 24/10/2011 à 5:52 :
Ah, mais vous ne me parlez que des banques US...autre sujet, mais dont les patrons ne sont pas non plus nommes par les politiques. Amusnt de faire reference aux contributions des employes des banques US aux partis politiques (ce sont des citoyens comme tout le monde et ils ont les memes droits non ?) Vous avez des chiffres comparatifs sur leurs contributions versus celles de Mr John, citoyen lambda mais non employe de banque pour etayer votre curieuse affirmation ?
a écrit le 21/10/2011 à 17:15 :
Voici un article du monde qui donne le salaire des dirigeants des caisses locales de la caisse d'épargne. On n'est pas si loin du million d'euros annuel si on ajoute le fixe et le variable... "entre 435 000 euros et 245 000 euros en 2011... A cela s'ajoutent des rémunérations variables représentant plus de 50 % de la partie fixe". Et il ne s'agit que des dirigeants des caisses locales... Il y a du monde au-dessus d'eux... Il faudrait peut-être réactualiser cet article en fonction de cette information...
http://www.lemonde.fr/economie/article/2011/10/20/les-salaires-de-dirigeants-des-caisses-d-epargne-epingles_1590643_3234.html
a écrit le 21/10/2011 à 16:14 :
JC Destailleur: je ne sais pas où vous avez pêché cette info concernant l'écart entre "les pauvres et les riches" mais à mon humble avis elle est hélas complètement farfelue. Si ce facteur de 3,5 était réel, nous aurions effectivement mauvaise grâce de nous plaindre. La réalité est toute autre, et les écarts entre les plus aisés et les plus démunis ne cessent de s'accroître, ce qui est parfaitement intolérables, surtout en période de crise économique, comme celle que nous connaissons actuellement.
Réponse de le 21/10/2011 à 17:47 :
Il s'agit de l'écart entre les 10% les plus riches et les 10% les plus pauvres. Thomas Piketti a fait beaucoup de recherches sur ce sujet. C'est effectivement une réalité. Notre société est très égalitaire, et même si on en parle beaucoup, ces rémunérations probablement anormales ne concernent qu'un très petit nombre de personnes. Comme le salaire des footballeurs stars ne concerne qu'un tout petit nombre de footballeurs dans le monde. Mais bien évidemment c'est d'eux qu'on parle. Je pense qu'il faut faire la part des choses entre les chiffres réels et l'impression qu'on en a au travers de la presse. La presse parle surtout de ce qui fait vendre, c'est normal, mais il faut en être conscient.
Réponse de le 21/10/2011 à 20:46 :
@vilmouss : même un dirigeant de Citigroup affirme que les écarts de richesse se sont creusés, car la part du PIB dévolu aux salaires a baissé. Et de ce fait il affirme que l'apparition des indignés est tout à fait logique.
Réponse de le 22/10/2011 à 12:30 :
Il est vrai que c'est en France où les écarts de richesse constatés sont les moins importants par rapport au reste du monde et notamment aux USA où les inégalités ont explosées ces dernières années (le fameux 1% qui s'octroie 25% du revenu total national).
a écrit le 21/10/2011 à 12:38 :
Aucun patron de banque française ne figure dans ce palmarès :
Ceci est une excellente chose, tant pour des raisons sociales que morales !

Cela démontre aussi la différence entre perception et réalité :

C'est, en effet, en France que le sentiment d'injustice sociale est le plus élevé.
Or, la France est pourtant l'un des pays les plus égalitaires du monde ( l'écart entre les 10% les plus riches et les 10% les plus pauvres, représente en France, un facteur 3,5... Or chez nos voisins, c'est beaucoup, beaucoup plus).

a écrit le 21/10/2011 à 5:56 :
Au fait, RBS a bien été en partie nationalisée en 2008 par le RU, non? 5,39 millions par an pour son patron, ca fait pas un peu beaucoup pour un haut fonctionnaire?
C'est vrai qu'ils ne sont pas à un scandal près: déjà il y a 2 ans, son ancien patron Goodwin a recu une prime de départ de 700.000 livres par an (sympa, la retraite!)... après avoir mis sa banque en faillite.
Pour moi c'est clair: si beaucoup de choses doivent changer dans ce secteur, il y a avant tout un problème de gouvernance au RU.
Réponse de le 21/10/2011 à 10:07 :
oui,ça montre le sérieux du gouvernement conservateur britannique qu'on nous montre en exemple lorsqu'il s'agit de baisser les dépenses...
Réponse de le 21/10/2011 à 12:18 :
Cameron a pris des mesures drastiques pour rétablir les comptes du royaume uni, plongeant le pays dans une cure d'austérité sans pareil. Apparemment elles ne concernent pas les dirigeants de ses banques!!! comment dit on dans la langue de shakespeare "deux poids deux mesures" et subsidiairement "l'anglais moyen a une infinie patience"
a écrit le 21/10/2011 à 5:45 :
Quand on voit qu'une grande partie de leur rémunération est versée sous forme de stock options, on comprend que les patrons résistent à toute idée de recapitalisation...
a écrit le 20/10/2011 à 21:06 :
Par quel miracle les politiques ne font-ils rien pour mettre fin à ces scandales bancaires? Qu'ils gagnent de l'argent soit, mais il y a des limites quand on voit dans quel situation pourrie ils nous mettent! Les politiciens auraient-ils des raisons d'avoir peur des banquiers?
Réponse de le 21/10/2011 à 21:12 :
Disons plutôt que dans beaucoup de pays les campagnes électorales sont relativement bien financées par les banquiers, qui se montrent très généreux envers les politiques et espèrent de la clémence de leur part quand ils arrivent au pouvoir. Politiques pieds et poings liés...
a écrit le 20/10/2011 à 20:39 :
Avez vous volontairement oublié les traders, dont certains ont des rémunérations supérieures à celles de leurs patrons ? EN 2007, 4000 traders dépassaient 1 million de livres sterling de bonus sur l'année, tandis que le bonus moyen des 8200 traders français était de 242 000 euros par an. Il doit bien y avoir certains de ces financiers qui dépassent les sommes données ici, non ?
Réponse de le 21/10/2011 à 12:15 :
Au moins les traders sont payés au résultat. T'a un bon PnL tu gagnes, tu n'as pas de bon PnL tu gagnes pas.
Réponse de le 21/10/2011 à 15:11 :
tu as un PnL négatif, tu payes pas?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :