Le deuxième plus gros fonds souverain du monde est en perte pour la deuxième fois de son histoire

 |   |  282  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Le fonds souverain norvégien, créé en 1996, a perdu 37 milliards d'euros, au troisième trimestre. Du jamais vu depuis les trois derniers mois de 2008, dans le sillage de la faillite de Lehman.

Les fonds souverains se vantent d'investir à long terme, et surtout pas dans une logique spéculative. Une intention louable, mais qui implique des incidents de parcours. Le fonds souverain de Norvège, le plus gros au monde après celui d'Abou Dhabi, avec 570 milliards de dollars d'actifs, a perdu 284 milliards de couronnes norvégiennes (37 milliards d'euros), au troisième trimestre. Depuis sa création en 1996, le fonds n'avait jamais été en perte au cours d'un trimestre, à l'exception des trois derniers mois de 2008, dans le sillage de la faillite de la banque Lehman Brothers.

Le fonds norvégien est le premier investisseur sur les Bourses européennes

C'est justement un air de "revenez-y" de l'automne 2008 qui a acculé le fonds à cette nouvelle perte. La chute de la Bourse, cet été, sur fond de crise de la dette dans la zone euro et de craintes d'une récession économique mondiale, a porté un rude coup aux investissements du fonds, aujourd'hui placés à hauteur de 55,6% dans des actions, contre 40% seulement en 2007. Au passage, cette évolution fait du fonds souverain norvégien le principal investisseur sur les marchés actions européens, avec 2% du total des titres.

Il détient moins de 1% des titres émis par le FESF

Egalement très présent sur le marché des obligations, qui pèsent 44,1% dans son portefeuille, le fonds norvégien détient moins de 100 millions d'euros d'obligations émises par le Fonds européen de stabilité financière (FESF). Soit moins de 1% des titres émis par le FESF pour aider les pays en difficultés. Le fonds fera-t-il un geste supplémentaire? Seulement sur la base de critères financiers, rétorque-t-il, refusant de céder à un chantage politique.

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/11/2011 à 1:17 :
570 milliards de dollars, 284 milliards de couronnes, 37 milliards d'euros....et en patates douces du Guatnmala, ca donne combien.....????
a écrit le 31/10/2011 à 18:42 :
Ils se sont pas couverts en put warrants sur leurs actions? C'est quand même basique pour réduire les pertes potentielles. Ceci dit, la valeur globale de leur portefeuille a dû baisser, mais s'ils conservent leurs titres, il peuvent s'en sortir l'année prochaine avec un bénéfice s'ils ne vendent pas maintenant. Vu le prix invraisemblablement bas des actions il y a quelques semaines, il auraient même pu en racheter un peu.
Réponse de le 01/12/2011 à 15:17 :
vous ne seriez pas à la SG ? dans une salle de marché ?
a écrit le 30/10/2011 à 10:31 :
On peut encore toucher les abysses... faut garder l'espoir. Le problème de toute la Région européenne et Marches liées est qu'il y a plus de projet, et le fait de ne pas passer sur une Europe-Nation, par peur de pouvoir locaux (nations d'aujourd'hui), n'améliore pas l'image. Mais j'aimerai que l'on redéfinisse la Mondialisation heureuse que nous vivons enfin... Si on lui changeait le nom : Émergence = le moment transitoire où les pays industrialisé ont perdu la main pour les nouveaux dirigeants financiers, où le système capitaliste du nord a perdu sa place pour un nouveau système financier encore non défini issu de nouveaux dirigeants de l'océan pacifique et même parfois du moyen orient.
a écrit le 29/10/2011 à 11:14 :
Et qui peut dire s'ils ont touché le fond tant les pertes boursiéres mondiales semblent abyssales? Il faudrait qu'ils créent un fonds abyssal souverain sans doute plus proche de la réalité économique! Comme quoi pas besoin d'être dans la zone euro pour faire n'importe quoi!!
Réponse de le 01/12/2011 à 15:19 :
boff, 6% de perte sur actif brut c'est pas la mer du nord à boire, non ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :