Charles Ponzi, retour sur cette escroquerie éponyme

 |   |  325  mots
Charles Ponzi en 1920. / DR
Charles Ponzi en 1920. / DR (Crédits : DR)
[Replay] Grandeur et décadence de Charles Ponzi, l'inventeur de la première escroquerie financière moderne, qui inspira Bernard Madoff.

Rio de Janeiro, 1941. Un homme alité raconte sa destinée tumultueuse à un journaliste américain.

Au début du siècle, Carlo Ponzi, rebaptisé Charles, débarque aux États-Unis sans un sou en poche. 17 ans plus tard, établi à Boston et marié à la charmante Rose, elle-même issue d'une famille d'immigrés italiens, il se lance dans le commerce de coupons-réponse internationaux et fait fortune en garantissant des taux d'intérêt astronomiques.

Sa combine : rémunérer ses clients grâce aux investissements des nouveaux entrants. Les dollars pleuvent, jusqu'à ce que le pot aux roses soit découvert...

Spéculation sur la monnaie italienne déjà en 1919

L'immigrant italien inventa la chaîne de Ponzi, une pyramide décrite en 1986 par l'économiste Hyman Minsky. Ponzi s'était aperçu d'un décalage de prix entre l'Italie et les États-Unis sur les timbres-poste internationaux. Il achetait ces « coupons-réponses » en Italie, les échangeait contre des timbres américains, plus chers, puis les revendait contre du cash, réalisant 50 % de rendement sur 45 jours.

Rien d'illégal, en apparence, sauf quand il se mit à proposer ces rendements au public, via une société d'investissement, la Securities Exchange Company (SEC, rien à voir avec le gendarme de la Bourse américaine). Environ 20.000 personnes investirent 15 millions de dollars dans ce schéma, fondé sur l'arrivée régulière de nouveaux investisseurs. Lorsque le pot aux roses fut découvert, on s'aperçut que pour offrir les rendements promis, il aurait fallu 160 millions de coupons. Or, seulement 27.000 étaient en circulation. Ponzi fut condamné à cinq ans de prison, puis extradé en Italie.

______

>>> [VOD] Le système de Ponzi

Pour transposer la pièce de David Lescot à l'écran, Dante Desarthe a fait le pari d'inscrire ses comédiens sur des images d'archives de la première moitié du XXe siècle. Une superbe épopée en noir et blanc, où s'ébauche le capitalisme sauvage à venir.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/04/2018 à 10:27 :
En ce moment, il y a un nouveau Ponzi dans la vie et son nom est Philippe Ballesio, qui se consacre à la création et l'exécution d'escroqueries basées sur les systèmes de Ponzi, mais en ajoutant une touche technologique à tous ses méfaits
a écrit le 30/06/2014 à 13:29 :
Non,
L'assurance chômage, les retraites, le budget de l’état... ne sont pas des systèmes de Ponzi car les systèmes de Ponzy ne sont pas obligatoires.
Le rackets - lui - l'est ....

Pensez Bitcoins !
a écrit le 29/06/2014 à 21:23 :
La retraite est bien une chaîne de Ponzi puisqu’on rémunère les premiers entrés dans le système (retraités actuels) par les cotisations d’aujourd’hui en promettant aux cotisants que eux aussi toucheront une retraite équivalente…sauf que la machine qui va remplacer l’homme ne cotisera pas et que les produits de plus en plus nombreux importés à bas coût ne cotiseront pas non plus
Réponse de le 30/06/2014 à 12:30 :
La différence, c'est que Ponzi mentait à ses clients, ça change quand même pas mal de choses. Ceci étant, le système de retraite pompe une grosse partie des ressources; on s'aperçoit que 57% du PIB est "contribution obligatoire", et on accuse les fonctionnaires au lieu des retraités... On se trompe de cible...
a écrit le 29/06/2014 à 16:26 :
Toute l'economie de marche est elle meme base sur une gigantesque fraude. Les banques n'ont qu'un minimum de fond propre de 5%, c'est a dire sur 100 euros que vous deposez sur votre compte, seulement 5 euros est rellement detenu par la banque, donc si d'un coup enormement de personnes retirent leur argent des banques tout le systeme s'ecroule. Et l'etat garantissant un certain montant, ne pourrait pas couvrir toute les sommes si l'effondrement etait generalise. Donc toute notre societe est quand meme base sur un systeme qui certe, n'est pas celui de Ponzi, mais qui est tout de meme tres limite
a écrit le 29/06/2014 à 12:58 :
Le système par répartition n’a rien à voir avec Ponzi :
On a 100, on répartit 100 ; on a 120,on répartit 120.
Appliqué à la lettre ce système ne doit générer ni déficit, ni excédent ! Et peut fonctionner éternellement.
Là où Ponzi intervient, c’est dans le budget de l’Etat : quand on fixe un déficit de x milliards en anticipant une croissance de y%.
Le jour où la croissance n’est pas au rendez-vous, le système s’écroule !
Ce que nous vivons très exactement aujourd’hui !
Réponse de le 29/06/2014 à 15:47 :
La répartition c'est "on est 100, on payait hier pour 50 et demain ils seront 50 a payer, alors on touchera au mieux deux fois qu'on a paye" . comme avec Ponzi
Réponse de le 30/06/2014 à 10:11 :
avec une tel répartition: on a 100 on donne 100, vous allez mettre du monde dans les rues car pour l'instant c'est on a 100 on donne 120 grâce à de l'emprunt sur les générations futures.
a écrit le 29/06/2014 à 12:57 :
Le système par répartition n’a rien à voir avec Ponzi :
On a 100, on répartit 100 ; on a 120,on répartit 120.
Appliqué à la lettre ce système ne doit générer ni déficit, ni excédent ! Et peut fonctionner éternellement.
Là où Ponzi intervient, c’est dans le budget de l’Etat : quand on fixe un déficit de x milliards en anticipant une croissance de y%.
Le jour où la croissance n’est pas au rendez-vous, le système s’écroule !
Ce que nous vivons très exactement aujourd’hui !
Réponse de le 29/06/2014 à 18:46 :
"On a 100, on répartit 100 ; on a 120,on répartit 120." : C'est pas vraiment le cas puisque les pensions ne sont pas indexées sur les cotisations (donc les salaires), mais sur l'inflation (pyramide des ages oblige dans cette gérontocratie).
Réponse de le 30/06/2014 à 9:13 :
On n'a pas de système de répartition en France, on a un système à la Ponzi.
Parce que chez nous les retraites( rendement) sont garanties, et c'est cela qui fait toute la différence.
Imaginez un seul instant que comme au début de la création du système de retraite seul 5% du salaire l'abonde. Vous vous rendez compte du vrai niveau des retraites qu'il devrait y avoir alors ?
Si on fixait dans la loi que 5, 10,ou 20% du pib allait automatiquement aux retraites et rien de plus ( ou de moins), on aurait alors un système de répartition, qui par définition n'a pas de dette.
a écrit le 29/06/2014 à 12:45 :
en fait ponzi n'a été que l'initiateur de fraudes légales a la base , il c'est introduit sur une faille internationale pour pouvoir faire son affaire , de nos jours cela pullule en tout genre et les supprimes furent le ponpon d'un enieme ponzi , mais dans le fond rien n'empêchera les escrocs et usuriers de faire croire aux miracles et que les spéculateurs de tout poils y croient .. vieux comme le monde ..
Réponse de le 29/06/2014 à 13:12 :
Les supprimes n'ont rien a voir avec ponzi. Le système des supprime a consisté à tromper les banques, en leur revendant des prêts en minimisant très fortement leur risque.
a écrit le 29/06/2014 à 10:50 :
Célèbre ce Ponzi, est bel et bien amplement copié aujourd'hui, au travers d'écrans et d'enchères de n'importe quoi. La répartition est le même truc, tantôt par "collectivisation", tantôt par "mutualisation".
a écrit le 29/06/2014 à 8:32 :
Cet article a l'avantage de montrer que notre système par répartition doit être repensé. Il s'agit en fait de répartir l'ensemble des richesses et pas seulement les salaires.
Réponse de le 29/06/2014 à 13:19 :
Vous confondez répartition et redistribution.
a écrit le 29/06/2014 à 8:16 :
Il est instable parce que le chomage diminue le temps de travail ce qui entraine une augmentation du cout du travail, ce qui augmente le chomage, etc, etc.
a écrit le 29/06/2014 à 8:11 :
Effectivement, le système Ponzi correspond au financement des retraites et du chomage. Le système est instable et l'Etat doit trouver un autre financement que les seuls salaires, l'énergie par exemple
a écrit le 29/06/2014 à 0:49 :
Le systèm français qui consiste a arrosé la consommation avec des déficits est du même niveau

On rêve et un Jour boum !!!!
a écrit le 28/06/2014 à 21:15 :
"rémunérer ses clients grâce aux investissements des nouveaux entrants". C'est le système de retraite par répartition, officiel, légal et obligatoire en France. Bravo Ponzi.
"on s'aperçut que pour offrir les rendements promis, il aurait fallu" 40 millions de travailleurs cotisants.
Réponse de le 28/06/2014 à 22:05 :
Le système Ponzi c'est surtout le cancer propre au système capitalisme .... quel oubli regrettable dans votre parallèle bien hasardeux, mais surtout complètement faux ......
Réponse de le 28/06/2014 à 22:54 :
Ca fait des décennies que j'ai le même avis que vous :-) Et que je m'efforce de préparer ma retraite moi même et de ne cotiser à rien en rapport avec la répartition!
Réponse de le 30/06/2014 à 9:01 :
@Balkany : non Ponzi ce n'est pas le cancer propre au capitalisme.
C'est simplement l'oeuvre d'un homme qui a berné des milliers de personnes.
On appelle cela un abus de confiance.
a écrit le 28/06/2014 à 19:59 :
C'est ni plus ni moins que le système de retraite français, alors la nocivité de ce système dans toutes les bouches vertueuses a bonne mine. C'est comme le stationnement c'est illégal jusqu'au moment ou l'Etat décide que cela rapporte suffisamment d'argent pour que ce soit déclaré légal. Comme toujours c'est le dernier payant qui perd.
a écrit le 28/06/2014 à 15:39 :
Il a inventé plein de truc le ponzi :
Les caisses de retraite
L'assurance maladie
L'assurance chomage
La caf
Le budget de l'etat ... etc
Réponse de le 28/06/2014 à 18:57 :
+1
Réponse de le 28/06/2014 à 19:35 :
@pay,
Vous confondez système par répartition (retraites), système assurantiel de type bismarkien (assurance maladie, assurance chômage), et ponzi. Cela n'a rien a voir.
Quant à la caf et au budget de l'état, c'est encore plus différent.
Réponse de le 29/06/2014 à 8:20 :
Ce qui correspond à Ponzi, c'est d'appliquer la répartition uniquement aux salaires. Il faut répartir l'ensemble de la production de richesses.
Réponse de le 29/06/2014 à 11:40 :
Et quand il n'y a pas accroissement de richesse, Gépé?
Réponse de le 29/06/2014 à 11:40 :
Et quand il n'y a pas accroissement de richesse, Gépé?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :