Catastrophes naturelles : un coût en forte baisse depuis le début de l'année

 |   |  375  mots
Quelque 4.400 personnes ont perdu la vie ou ont disparu dans ces catastrophes et désastres, contre 4.800 un an plus tôt, a indiqué Swiss Re.
Quelque 4.400 personnes ont perdu la vie ou ont disparu dans ces catastrophes et désastres, contre 4.800 un an plus tôt, a indiqué Swiss Re. (Crédits : Fish and Wildlife Service/Mark Davis/Handout via REUTERS.)
Les pertes économiques totales dues à ces catastrophes ont chuté à 44 milliards de dollars contre 117 milliards au premier semestre 2016 car il y a eu moins de sinistres et d'intensité moins grande, selon le baromètre Swiss Re.

Une baisse de plus de 60%. Le coût des catastrophes naturelles et désastres s'est inscrit en nette baisse au premier semestre, a annoncé jeudi le réassureur suisse Swiss Re, qui estime les pertes économiques à 44 milliards de dollars (37,4 milliards d'euros) contre 117 milliards sur la première moitié de l'année 2016.

Sur le premier semestre, les catastrophes naturelles ont représenté 41 millions de pertes économiques, tandis que les dégâts engendrés par l'homme, tels que les incendies ou les accidents industriels, se sont eux élevés à 3 milliards, a détaillé Swiss Re.

Ce chiffre se situe également bien en-dessous de la moyenne sur les dix dernières années, qui se monte à 120 milliards de dollars pour le premier semestre, a pointé le groupe suisse dans un communiqué.

La moitié des dégâts couverts par les assurances

Les plus fortes pertes ont été engendrées par la série d'orages aux États-Unis entre février et mai, en particulier la tempête de 4 jours accompagnée de grêle qui s'est abattue sur le Colorado, qui a engendré à elle seule 2,2 milliards de dégâts, dont 1,9 milliard pris en charge par les assureurs. Hors des États-Unis, le cyclone Debbie qui avait touché l'Australie fin mars, est le second événement le plus coûteux, avec 1,3 milliard de dégâts couverts par les assurances.

Sur les 44 milliards de dollars de pertes économiques, 23 milliards de dollars de dégâts étaient couverts par les compagnies d'assurance, a chiffré Swiss Re qui procède tous les six mois à un bilan. La diminution des dédommagements pour ce type d'événements a provoqué une baisse des demandes de souscription, ce qui a eu des conséquences sur les primes. Les tarifs ont baissé pour le 17ème trimestre d'affilée, suivant les données du deuxième trimestre publiées mardi par le courtier Marsh.

Quelque 4.400 personnes ont perdu la vie ou ont disparu dans ces catastrophes et désastres, contre 4.800 un an plus tôt, a indiqué Swiss Re. Le nombre de victimes est toutefois susceptible d'augmenter lorsque les décès liés à la canicule en Europe durant le mois de juin seront intégrés à ces premières estimations.

(avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/08/2017 à 11:06 :
C'est le genre d'information faite pour déplaire profondément aux rechauffistes et catastrophistes de tous poils !!! Sans doute un jour interdite....
a écrit le 17/08/2017 à 14:00 :
La valeur d'une forêt millénaire qui part en fumée est elle estimable ?

Ah la la cette maladie de vouloir tout monétiser, c'est ridicule.

"Tout ce qui a son prix n'a que peu de valeur ! Voila ce que je cracherais aux esprits mercantiles." Nietzsche

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :