Les catastrophes naturelles font en moyenne 30.000 morts par an

 |   |  501  mots
Les inondations ont représenté à elles seules 47% des catastrophes climatiques (entre 1995 et 2015) et ont affecté 2,3 milliards de personnes, dont l'immense majorité (95%) en Asie.
Les inondations ont représenté à elles seules 47% des catastrophes climatiques (entre 1995 et 2015) et ont affecté 2,3 milliards de personnes, dont l'immense majorité (95%) en Asie. (Crédits : STRINGER/MALAYSIA)
En vingt ans, le nombre de morts dépasse les 600.000 personnes. La très grande majorité de ces décès (89%) ont été enregistrés dans des pays à faibles revenus et ont entraîné des pertes financières évaluées à 1,9 milliard de dollars (1,8 milliard d'euros), d'après un rapport de l'ONU.

Depuis 1995, "les catastrophes météorologiques ont pris 606.0000 vies, en moyenne 30.000 par an, avec en plus 4,1 milliards de personnes blessées, devenues sans-abri ou ayant eu besoin d'une aide d'urgence". Face à ces catastrophes naturelles, toujours plus fréquentes, l'ONU a souligné l'importance de trouver un accord lors de la conférence COP21 à Paris sur le changement climatique dans un rapport publié lundi 23 novembre.

Forte augmentation des inondations et tempêtes

D'après le rapport, qui se penche uniquement sur ces vingt dernières années, "les catastrophes climatiques sont de plus en plus fréquentes, du fait surtout de l'augmentation soutenue du nombre d'inondations et de tempêtes".

L'ONU prévient : cette progression devrait se poursuivre "dans les décennies à venir" bien que les scientifiques ne parviennent pas encore à déterminer dans quelle mesure l'augmentation de ces phénomènes est due au changement climatique.

     | Lire En France, des arbres pour lutter contre les inondations ?

Etats-Unis et Chine totalisent le plus grand nombre de catastrophes

Les inondations ont en effet représenté à elles seules 47% des catastrophes climatiques (entre 1995 et 2015) et ont affecté 2,3 milliards de personnes, dont l'immense majorité (95%) en Asie. Tout en étant moins fréquentes que les inondations, les tempêtes ont été les catastrophes climatiques les plus meurtrières avec 242.000 morts.

Au total, les Etats-Unis et la Chine ont enregistré le plus grand nombre de catastrophes climatiques depuis 1995 du fait notamment de l'étendue de leurs territoires. Mais c'est la Chine et l'Inde qui dominent le classement des pays les plus touchés en terme de population affectée. Viennent ensuite le Bangladesh, les Philippines, la Thaïlande.

En Amérique, le Brésil est le pays avec la population la plus affectée, en Afrique, c'est le Kenya et l'Ethiopie.

Près de 2 milliards de dollars de pertes financières

D'après le Bureau des Nations unies pour la réduction des risques de catastrophes (UNISDR), la très grande majorité de ces décès (89%) ont été enregistrés dans des pays à faibles revenus et ont entraîné des pertes financières évaluées à 1,9 milliard de dollars (1,8 milliard d'euros).

"Le changement climatique, la variabilité climatique et les phénomènes météorologiques constituent une menace à l'éradication de l'extrême pauvreté" dans le monde, a expliqué la directrice de l'UNISDR, Margareta Wahlstrom, dans la présentation du document, appelant les pays à, entre autres, réduire leurs émissions de gaz à effet de serre, améliorer l'urbanisation de leurs territoires et empêcher la dégradation de l'environnement.

     | Lire aussi Cop 21 : retour sur 20 ans de négociations pour le climat

La COP 21 doit se tenir au Bourget, au nord de Paris, du 30 novembre au 11 décembre, avec pour objectif de faire adopter à 195 pays, sous l'égide des Nations unies, un accord mondial visant à freiner le réchauffement climatique de la planète. Il s'agit de parvenir à des engagements des pays pour contenir la hausse des températures à 2 degrés Celsius par rapport à l'ère pré-industrielle.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/11/2015 à 16:02 :
LE DEBAT ENTRE PAYS PAUVRES ET PAYS RICHE ET DIFICILE? ON NE PEUT PAS EMPECHEZ LES PAYS PAUVRES DE SE DEVELOPEE? MAIS LES CHANGEMENT CLIMATIQUES VONT FAIRE DES MILLIARDS DE PAUVRES NOUVEAUX AUSSI? PAR LES EXODES CLIMATIQUES? QUI POURRAS RESOUDRE CE CRUEL DILEME DU AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUE? DOIT ON ENRICHIR LES PAYS PAUVRES A N IMPORTE QU EL PRIX ? DOIT LAISSE MOURIR OU FUIR LES PEUPLES PAUVRES ATTEINT PAR CES CHANGEMENTS CLIMATIQUE? NOS CHOIX NE SE RESOUDRONT PAS ECONOMIQUEMENT ET MATHEMIQUEMENT. MAIS HUMAINEMENT?NOUS DEVONT TOUS Y REFLECHIR ? CAR NOUS SOMME TOUS SUR LA MEME TERRE ? ET PERSOMMES NE SERAS EPARGNE???
a écrit le 23/11/2015 à 21:20 :
Le rapport :
http://www.unisdr.org/2015/docs/climatechange/COP21_WeatherDisastersReport_2015_FINAL.pdf
et les données sur lesquelles il repose :
http://www.emdat.be/disaster_list/index.html
L'essentiel de la mortalité est concentré dans un petit nombre d'événements très divers : un cyclone au Myanmar (2008)et un au Honduras(1998), une vague de chaleur en Europe de l'Ouest (2003) et une en Russie (2010), des inondations au Venezuela (1999) et une sécheresse en Somalie (2010). Déterminer des tendances statistiques avec un aussi petit nombre d'événements est un peu osé.
a écrit le 23/11/2015 à 21:08 :
Evidemment, on va mettre ça sur le dos de l'effet de serre... Il y a des siècles que des inondations se produisent partout dans le monde et en France, la crue de 1911 est encore inscrite sur les piliers du pont de l'Alma. Les inondations de la vallée du Pô, ou celles du delta du Gange ne sont pas nouvelles. Les tempêtes dans le triangle des Bermudes étaient bien connues des navigateurs. Les ouragans au Sud des Etats-Unis sont une vielle histoire.
Les victimes se comptaient aussi par milliers. Mais population mondiale qui était de 1.5 milliard en 1900 est de plus de 7 milliards aujourd'hui. Pendant cette période, la population du Bangla Desh, pays très pauvre qui subit les terribles débordements du Gange est passée de 30 millions à 160 millions ! Quant à celle des Etats-Unis, pays des tornades, elle a bondi de 70 à 320 millions !. Le nombre de victimes est donc automatiquement multiplié.
Mais aujourd'hui, l'ONU et les pseudo scientifiques du GIEC ne connaissent qu'une explication à l'augmentation du nombre de victimes: le "changement climatique".
a écrit le 23/11/2015 à 17:36 :
30000 victimes par an sur 7.5 milliards d'individus ça fait ''''0.0013%'''' !C'est important ça ,???? De plus eradiquer la pauvreté et parler d'écologie est une vrais escroquerie intellectuelle .Un riche c'est quelqu'un qui a de l'argent, et un pauvre c'est celui qui n'en a pas .Il faut donc leur en donner pour les sortir de la pauvreté .Si on donne de l'argent aux pauvres ils vont en faire quoi ,surrement pas le placer en banque ,ils vont consommer !Derriere chaque acte d'achat ,derriere chaque acte de consommation il y a
----Pression accrue sur les matiere premieres agricoles minieres énergetiques ,sur l'eau
----Deforestration accrue pour gagner des surfaces alimentaires
----Pollution de toutes sortes
----Augmentation des dechets
-----Production accrue de CO2 les riches en produisant plus que les pauvres ,ça signifie que si les pauvres s'enrichissent ils en produiront plus
..........la liste est longue !Quelle honte d'occulter sciemment le seul vrais et unique probleme la demographie humaine galopante !Et dire que le pape chef de l'église qui n'a de cesse de condamner tout moyens de contraception a dit publiquement haut et fort ''''il ne faut pas que les chretiens se reproduisent comme des lapins '''''.............
Réponse de le 24/11/2015 à 16:10 :
EXAT?BONNE ANALYSE? J AI DEJA DIT PLUSEURS FOIS SUR CE CITE DE LA TRIBUNE QUE L AVENIR DES TERRIENTS ETAIS DECROISSANCE ET DENATALITE???
a écrit le 23/11/2015 à 17:06 :
Un lien vers ce rapport serait bienvenu. Merci.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :