Guillaume Sarkozy débarqué de Malakoff Médéric

 |   |  307  mots
Guillaume Sarkozy, délégué général de Malakoff Médéric, vient d'être débarqué
Guillaume Sarkozy, délégué général de Malakoff Médéric, vient d'être débarqué (Crédits : Reuters)
Le délégué général du groupe de protection sociale Malakoff-Médéric a été démis par les organes dirigeants. La fusion de son groupe avec la Mutuelle générale l'a mis en difficulté

Les restructurations à marche forcée dans le monde des mutuelles et des Groupes de protection sociale font des victimes dans le top management. Comme l'a révélé La Lettre de l'assurance, Guillaume Sarkozy -l'un des frères de l'ex Président de la République- , a été débarqué de la direction du groupe Malakoff-Médéric.

Ce groupe de protection sociale, spécialiste de la prévoyance et de l'assurance complémentaire santé collective,  est en pleine phase de fusion avec la Mutuelle Générale, ex-mutuelle des PT, qui assure notamment les salariés-fonctionnaires d'Orange et vend de l'assurance via la Banque Postale.

 Le bureau de l'association sommitale Malakoff Médéric (le conseil d'administration) a pris cette décision en raison des désaccords croissants entre Guillaume Sarkozy et Patrick Sagon, qui dirigeait la Mutuelle Générale. Ce dernier l'a donc emporté, même si la Mutuelle Générale apparaît classée loin derrière en volume d'activité, au 12ème rang des mutuelles s'agissant d'assurance santé, alors que Malakoff-Médéric se situe au cinquième rang.

Le contexte de l'ANI

Cette fusion n'est pas sans lien avec le contexte de l'ANI, cet accord interprofessionnel de 2013 qui impose à toutes les entreprises, même les plus petites, de financer au moins pour moitié une "mutuelle" pour tous leurs salariés. Le conseil constitutionnel a cassé le texte de loi d'origine gouvernementale qui prévoyait d'accorder la priorité aux Institutions de prévoyance, comme Malakoff-Médéric, via de incitations fiscales.

De fait, la concurrence est très rude sur le marché des PME-TPE, ce qui pousse les acteurs à se rapprocher. Les membres de l'organe dirigeant de Malakoff-Médéric ont donc préféré la poursuite de la fusion Malakoff-Médéric -Mutuelle Générale, au maintien de Guillaume Sarkozy.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/12/2015 à 16:18 :
Ca va couter: prime de licenciement plus le reste et plus ce qui est caché.
Il est aisé de comprendre qu'un parachute doré est prévu
Probablement une place dans un conseil avec jeton de présence, voir un poste de dirigeant dans un autre organisme Assurance Institution de Prévoyance ou Mutuelle.
Voir au Medef;
Ne pleurez pas il sera plus à l'aise que le licencié d'air France.
a écrit le 02/12/2015 à 13:03 :
merci à ce grand journaliste de citer la décision du Conseil Constitutionnel remettant en cause "ce texte de loi"..... quelle loi ?
a écrit le 30/11/2015 à 15:11 :
Une idée pour un futur "moi" Président, ou, une future "moi" Présidente : je mettrais fin au régime des mutuelles obligatoires, qui est un pont d'or qui leur est fait.
Ce financement pourrait être orienté vers la Sécu après qu'un audit sévère ait été effectué sur la gestion de cet organisme.
a écrit le 30/11/2015 à 15:05 :
Quel dommage M. SARKOZY. Enfin un gros bonnet qui paie la politique qu'il a mis en place via ses réseaux. S'il pouvait pointer au chomage, j'en serai ravi.
a écrit le 30/11/2015 à 9:36 :
L'escroquerie fiscale continue avec ces mutuelles. Tout d'abord, les complémentaires obligatoires d'entreprises furent déduites des revenus, car obligatoires... Puis on les a refiscalisées en loucedé en décembre 2013, sans pour autant supprimer cette obligation de prendre celle de l'entreprise.. Maintenant, tout le monde a droit au suppositoire unisexe... Donc, la conclusion est que maintenant, ces mutuelles sont obligatoires, comptabilisées dans nos revenus, mais qu'on n'a pas le droit de prendre celle de son choix... l'Union Soviétique 2.0 est en marche... Nos représentants syndicaux ont-ils vu quelque a y redire ? que nenni... tant qu'ils encaissent...
Réponse de le 30/11/2015 à 12:59 :
La mutelle obligatoire qui comprends la prévoyance, si elle est fiscalisée en entrée, aura l'avantage de procurer des revenus de prevoyance non fiscalisé.

Aujjourd'hui, si vous avez une prevoyance en cas d'invalidité, vous payé des impots dessus.....
Réponse de le 03/12/2015 à 16:15 :
Quelle justesse d'anal lise ! .
a écrit le 28/11/2015 à 18:17 :
C'est quoi une mutuelle?
C'est quoi par exemple AXA? Une mutuelle ???
Je suis de NIORT capitale des mutuelles parait il, les fondateurs font le ventilateur dans leur tombe.
N'empêche, NIORT,aussi insignifiante que les journalistes parisiens le disent est la 4ème place financière de FRANCE.
Chauvin? Pas du tout, même notre maire ne le sait pas.
Réponse de le 29/11/2015 à 16:57 :
Cool mais hors sujet. Merci au revoir.
a écrit le 28/11/2015 à 10:35 :
Enfin une bonne nouvelle!
a écrit le 27/11/2015 à 17:27 :
Et si vous enquêtiez sérieusement sur l origine de l'obligation de la mutuelle pour chaque salarié?
Des petits voyages offerts aux "partenaires sociaux" et hop le tour est joué
a écrit le 27/11/2015 à 17:14 :
Les employés du Groupe vont le regretter, c'était un patron humain et surtout sympa...
Réponse de le 27/11/2015 à 23:54 :
C'est bien mal connaitre le groupe et ses employes !!!
Réponse de le 29/11/2015 à 15:50 :
Il traîne la réputation de s'assoir sans vergogne sur le code du travail !
a écrit le 27/11/2015 à 16:51 :
Il devrait postuler chez "Los Republicanos"....Il parait qu'il a un contact bien placé..
Réponse de le 27/11/2015 à 17:30 :
Votre commentaire m'a bien fait rire... Et d'ailleurs, ce "contact bien placé" l'a dit lui même : "La République c'est d'abord un système qui protège les Républicains. Voilà ce que nous devrons rétablir une fois revenus". (Sarkozy, 30 mai 2015, devant Copé, Woerth, Pasqua, Guéant et Balkany). :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :