La Maif dopée par des plus-values et l'assurance dommage

 |   |  255  mots
Cette performance remarquable dans un environnement très incertain témoigne de la pertinence des orientations stratégiques du groupe, a commenté le directeur général de la Maif, Pascal Demurger.
"Cette performance remarquable dans un environnement très incertain témoigne de la pertinence des orientations stratégiques du groupe", a commenté le directeur général de la Maif, Pascal Demurger. (Crédits : Reuters)
L'assureur mutualiste a réalisé un bénéfice net en hausse de 44% en 2017, grâce à des éléments exceptionnels tels que la vente de ses 15% dans BPCE Assurances. Le chiffre d'affaires a été tiré par l'assurance dommage, en progression de 2,5%.

"La seconde meilleure performance des dix dernières années" s'est félicité le groupe mutualiste Maif. L'assureur niortais a réalisé l'an dernier un bénéfice net de près de 184 millions d'euros, en hausse de 44%. Ce résultat a été essentiellement dopé par des éléments exceptionnels, des plus-values de cessions, notamment de sa participation de 15% dans BPCE Assurances à Natixis. Hors exceptionnels, la hausse est de 1,6%, à 130 millions d'euros.

"Cette performance remarquable dans un environnement très incertain témoigne de la pertinence des orientations stratégiques du groupe", a commenté le directeur général Pascal Demurger.

La Maif souligne "une sinistralité climatique particulièrement élevée [ouragans Irma et Maria] et une nouvelle année de modération tarifaire par rapport au marché."

Modération tarifaire

Le chiffre d'affaires du groupe mutualiste a augmenté de 2% à 3,5 milliards d'euros. L'activité d'assurance vie a progressé de 1% "dans contexte où la collecte nette du marché recule de 58%" fait valoir la Maif. Les revenus de l'assurance dommage (auto, habitation, personnes) sont en hausse de 2,5% à 2,8 milliards d'euros.

La Maif a terminé l'année avec des fonds propres de 2,7 milliards d'euros, en augmentation de 7,3%.

L'assureur se félicite d'avoir accueilli 36.000 nouveaux sociétaires, "malgré un contexte de concurrence renforcée depuis la mise en œuvre de la loi Hamon", ce qui le conduit à "relever avec certitude l'objectif de 140.000 nouveaux sociétaires inscrit dans son plan stratégique 2015-2018." En revanche, il espère tirer parti de la résiliation facilitée de l'assurance emprunteur des prêts immobiliers.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/05/2018 à 10:16 :
Pas étonnant avec les augmentations CONTINUELLES de cotisation !
Ils appellent ça "l'esprit" mutualiste !!!
Par contre des BAISSES "mutualistes" en cas de profit ...... jamais !....
et ça par contre ça s'appelle du libéralisme débridée !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :