Banque de France : bénéfice en baisse à cause de la surtaxe

 |   |  434  mots
« Comme chaque année, l'essentiel du résultat de la Banque de France est reversé à l'Etat et donc à la collectivité souligne la banque centrale.
"« Comme chaque année, l'essentiel du résultat de la Banque de France est reversé à l'Etat et donc à la collectivité" souligne la banque centrale.
La banque centrale a payé la « contribution exceptionnelle » remplaçant la taxe sur les dividendes, comme de grands groupes du CAC 40. En incluant impôts et dividende, la Banque de France a reversé en tout 5 milliards d’euros à l’État au titre de l’exercice 2017. Elle est engagée dans un plan de réduction des coûts et des effectifs.

La surtaxe, imposée en fin d'année pour compenser en partie l'annulation de la taxe sur les dividendes par le Conseil constitutionnel, n'a pas touché que le CAC 40. Une institution telle que la Banque de France, en tant qu'entreprise réalisant plus d'un milliard d'euros de chiffre d'affaires, a dû payer cette « contribution exceptionnelle » et une contribution « additionnelle » (pour celles de plus de 3 milliards d'euros), pour un montant total de 621 millions d'euros, portant à 2,69 milliards la totalité de ses impôts. Ce qui a pesé sur son bénéfice net, en repli de 5,5% en 2017 par rapport à l'année précédente, à 3,32 milliards d'euros. Au total, le retour pour l'État actionnaire s'affiche cependant en hausse.

« Comme chaque année, l'essentiel du résultat de la Banque de France est reversé à l'Etat et donc à la collectivité, sous forme d'impôt sur les bénéfices et de dividende, soit un montant total de 5,0 milliards d'euros au titre de l'exercice 2017 » souligne l'institution monétaire dans son communiqué.

Ce total s'élevait à 4,4 milliards l'année précédente. Le résultat ordinaire avant impôts a progressé de 8%, à 6 milliards d'euros, détaille la Banque de France dans son rapport d'activité publié ce lundi.

Banque de France résultats 2017

[Compte de résultat de l'exercice 2017 de la Banque de France]

Baisse des dépenses et des effectifs

La Banque de France indique que le produit net de ses activités a augmenté de 5,7% à 8,2 milliards d'euros, du fait de l'accroissement de 25% des encours au bilan, lié aux rachats de dettes effectués pour le compte de la Banque centrale européenne, et « dans une moindre mesure, de la croissance de la circulation fiduciaire », de 4%. Le conseil des gouverneurs de la BCE devrait infléchir sa politique de rachat d'actifs dans l'année. Considérant qu'il s'agit « d'actifs de première qualité, principalement des titres souverains français », la Banque de France n'estime pas nécessaire de renforcer ses fonds pour risques généraux.

L'institution fait valoir qu'elle a maîtrisé ses dépenses nettes, en recul de 2% à 1,0 milliard d'euros. La Banque de France est engagée depuis 2016 dans un plan baptisé « Ambitions 2020 » qui prévoit la baisse de 20% des effectifs par rapport à 2015, en les diminuant à 9.800 équivalents agents temps plein. Ils étaient de 11.021 à fin 2017, « en baisse de 5,7% par rapport à 2016 » indique-t-elle. À l'automne, lors de la présentation d'une nouvelle version du plan de sauvegarde de l'emploi (PSE), l'intersyndicale de la Banque de France (CFDT,  CFE-CGC, CFTC, CGT, FO et SNABF-Solidaires) avait dénoncé un « quatrième plan social en quinze ans » et une « modernisation à marche forcée » et des « plans massifs de fermeture d'agences. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/03/2018 à 13:19 :
Je me trompe peut être, mais de toute façon :

- que ce soit sous forme de taxe
- que ce soit sous forme de dividendes

dans les deux cas c'est l'état ?
a écrit le 12/03/2018 à 22:37 :
LA SUISSE PRELEVE UNE TAXE DE 0.2% A 0.4% SUR LES TRANSACTIONS FINANCIERES CE QUI SUPRIME LES IMPOTS SUR LES REVENUEs ET LES SOCIETES EN FRANCE ON PRELEVE 1.7% A TOUS LE MONDE? C EST BIEN LE MONDE OUVRIER ET LES RETRAITES QUI TRINQUENT AVEC MACRON???
Réponse de le 13/03/2018 à 10:43 :
L'augmentation de fiscalité des carburants 2018 est là pour compenser le manque à gagner suite aux baisses de charges sur les salaires, des vases communicants. Salaires moins taxés, carburants plus chers. Un changement de répartition des assiettes de collecte fiscale.
Les assurances-vie sont prélevées de 18,2% au lieu de 15,5% chaque début d'année sur les gains de la partie "garantie", ouvrier ou PDG, pareil.
(définitivement bloqué en majuscule votre clavier ?)
a écrit le 12/03/2018 à 21:59 :
Une pure horreur!😎
a écrit le 12/03/2018 à 19:04 :
Bref, même quand il dit qu'il prend aux privés il ne peut s'empêcher de nous faire les poches en même temps le mac. Parce que mettre la banque de france au niveau du CAC 40 c'est plus qu'aberrant hein, totalement subjectif même.

Bah ça a du rassurer ses patrons on suppose que les français payent encore et toujours, il ne faudrait pas que nous perdions l'habitude et le rythme !

Pas facile de dissimuler les réflexes...
Réponse de le 13/03/2018 à 10:47 :
Question de CA, pas d'affiliation. Une année parait que le Gvt avait réclamé à Orange des dividendes supérieurs aux bénéfices, Orange a dû emprunter pour verser l'argent demandé. Augmenter la redevances d'occupation du domaine public aux sociétés concessionnaires d'autoroutes y a qq années, c'est aussi pour encaisser plus [Etat dans le besoin perpétuel].
Quand la SNCF fera des bénéfices importants, elle contribuera aussi. :-)
Réponse de le 13/03/2018 à 11:31 :
L'inverse aurait été étonnant...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :