Sylvie Goulard nommée sous-gouverneure de la Banque de France

 |   |  399  mots
Sylvie Goulard avait écrit une tribune remarquée en septembre 2015 en soutien de François Villeroy de Galhau, dont la nomination par François Hollande à la Banque de France (après avoir dirigé BNP Paribas) faisait polémique.
Sylvie Goulard avait écrit une tribune remarquée en septembre 2015 en soutien de François Villeroy de Galhau, dont la nomination par François Hollande à la Banque de France (après avoir dirigé BNP Paribas) faisait polémique. (Crédits : Charles Platiau)
L'Élysée a annoncé la nomination de l'ancienne éphémère ministre des Armées du premier gouvernement Philippe au poste de seconde sous-gouverneure, ce qui n'a pas manqué de susciter des critiques. Sylvie Goulard suivra les questions européennes et internationales, les attributions d'Anne Le Lorier, dont le mandat arrivait à échéance. Denis Beau est promu premier sous-gouverneur.

L'éphémère ministre des Armées du premier gouvernement d'Édouard Philippe, Sylvie Goulard, a été nommée ce mercredi seconde sous-gouverneure de la Banque de France, "sur proposition du ministre de l'Économie et des Finances", lors du conseil des ministres, ont annoncé  l'Élysée et Matignon. L'ex-députée européenne avait quitté ses fonctions de ministre au bout d'un mois, le 20 juin dernier, en même temps que deux autres ministres issus du MoDem, François Bayrou (Justice) et Marielle de Sarnez (Affaires européennes), en raison de soupçons d'emplois fictifs pesant sur le parti centriste au Parlement européen.

Âgée de 53 ans, Sylvie Goulard est licenciée en droit, diplômée de Sciences Po et ancienne élève de l'ENA, promotion 1989 "Liberté Egalité Fraternité", celle aussi de Nicolas Dupont-Aignan, Pierre Louette (Orange) et Nicolas Théry, le patron du Crédit Mutuel. Elle fut notamment conseillère politique de Romano Prodi, le président de la Commission européenne, de 2001 à 2004. Au Parlement européen, elle fut membre de la commission parlementaire en charge des affaires économiques et monétaires, contribuant à l'élaboration des textes sur la législation sur la supervision financière et sur la surveillance de la discipline budgétaire.

Questions européennes

Bonne connaisseuse de ces sujets, Sylvie Goulard sera d'ailleurs chargée à la Banque de France des questions européennes et internationales, les attributions d'Anne Le Lorier, l'ancienne première sous-gouverneure dont le mandat était arrivé à son terme. Elle remplace cependant Denis Beau, nommé en juillet second sous-gouverneur au départ de Robert Ophèle parti diriger l'Autorité des marchés financiers (AMF), qui est promu premier sous-gouverneur (voir l'organigramme actuel). Elle accompagnera ou représentera le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, lors des réunions de la Banque centrale européenne (BCE) ou dans les institutions internationales comme le G7 ou le G20.

Cette nomination, révélée la veille par le Canard Enchaîné, est apparue comme un recasage, suscitant moult commentaires et interrogations sur les réseaux sociaux, sur l'indépendance, et non sur la compétence de l'ex-ministre. Sylvie Goulard avait écrit une tribune remarquée en soutien de François Villeroy de Galhau, dont la nomination par François Hollande à la Banque de France (après avoir dirigé BNP Paribas) faisait polémique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/01/2018 à 19:43 :
On peut ne pas être jugée digne d'être ministre pour cause de soupçon de détournement de fonds publics, mais se retrouver sous gouverneure de la BdF...

Drôles de critères de recrutement en Macronie.

Quand on pense que pour un vol de cacahuète on peut se retrouver interdit d'exercer 270 professions en France mais qu'on peut toujours être député.
a écrit le 18/01/2018 à 9:44 :
Elle vient faire du BDA (battle damage assessment) après la victoire des roumains sur la gaule maintes fois conquises...
a écrit le 17/01/2018 à 22:00 :
j'ai rencontré S Goulard lors de réunions publiques organisées par une association municipale il y a de nombreuses années . Elle était élue européenne . Loin d'être creuse elle possédait à fond les sujets qu'elle présentait . C'est une bosseuse intelligente et on aimerait en avoir un peu plus de sa trempe . Le penchant de notre peuple pour les footballeurs , les zadistes et les concurrents de téléréalité nous permet un rayonnement que personne ne nous envie !
a écrit le 17/01/2018 à 17:20 :
La Banque de France n'est plus qu'une instance administrative sans réelle utilité, autre que de caser des fonctionnaires en mal de poste, un machin qui coute cher et qui ne sert quasiment à rien, puisque la BCE assume maintenant les responsabilités de banque centrale. Voilà bien un faux sous gouverneur dans un faux poste, pour des responsabilités de pacotilles, mais avec un très bon salaire, car ce n'est pas une raison de se priver, c'est le con-tribuable qui paye. Macron bidon.
Réponse de le 17/01/2018 à 20:25 :
PHIDIAS commentaire bidon, savez vous au moins ses attributions ?
Réponse de le 18/01/2018 à 17:26 :
Cher Bertrand 13, je ne vois pas en quoi le commentaire de Phidias est "bidon";
Il me semble au contraire bien connaitre le role joué par la BDF aujourd'hui

Quant au salaire de cette dame, je pense qu'il ne vaut pas mieux le connaitre. (pour éviter un malaise ...)
Réponse de le 19/01/2018 à 8:36 :
Franchement avez-vous conscience de ce que vous dites : "La Banque de France n'est plus qu'une instance administrative sans réelle utilité, autre que de caser des fonctionnaires en mal de poste" . Vous devriez je pense approfondir les missions de la banque de France et son pouvoir sur l'économie Français et Européenne !
a écrit le 17/01/2018 à 16:35 :
Comme quoi cela mène à quelquechose de participer aux magouilles du Modem sur les emplois des assistants européens. Certains vont se retrouver devant les tribunaux d'autre avec un fromae de la République miam miam et bon appétit!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :