Merrill Lynch accuse de très lourdes pertes

 |   |  435  mots
La banque qui vient d'être reprise par Bank of America annonce une perte de 5,2 milliards de dollars bien au delà des attentes des analystes. Les dépréciations atteignent encore 5,7 milliards au troisième trimestre.

Les comptes du troisième trimestre de Merrill Lynch sont très mauvais. Ils font ressortir une perte nette de 5,2 milliards de dollars, contre une perte de 2,2 milliards de dollars au troisième trimestre de l'exercice précédent.


En ce qui concerne uniquement les actions poursuivies (autrement dit à périmètre comparable), la perte nette s'établit à 5,1 milliards de dollars, soit 5,56 dollars par actions, ce qui est plus important que la perte de 5,22 dollars attendue par les analystes.


Merrill Lynch, qui a déjà à son actif quelque 40 milliards de dollars de dépréciations sur les précédents trimestres en raison de sa grande exposition aux produits complexes adossés à des créances hypothécaires à risques ("subprime"), a dû provisionner 5,7 milliards de dollars au titre de la liquidation de ses engagements sur des dérivés de crédit. La banque a également passé une charge de 3,8 milliards dans ses comptes au titre de l'effondrement de la valeur de produits financiers associés à des créances immobilières. Près de 445 millions de dollars ont aussi été provisionnés pour les réductions prévues d'effectifs.
Si Merrill Lynch a notamment bénéficié de la vente de sa participation de 20% dans le groupe d'informations financières Bloomberg, pour 4,3 milliards, l'ensemble des dépréciations, ainsi que la liquidation d'actifs associés à de l'hypothécaire, pour 2,6 milliards, ont fait fondre ses revenus.
 

Les revenus sont par conséquent négatifs de 1,17 milliard de dollars. A périmètre comparable, c'est-à-dire ajusté des exceptionnels, les revenus seraient de l'ordre de 5,7 milliards de dollars, représentant une baisse de 31% sur un an. Merrill Lynch a souligné, dans un communiqué, "avoir fait des progrès significatifs" dans la diminution de son exposition à des créances à risques, en ayant réduit de 98% son portefeuille de produits structurés autour de créances hypothécaires. "Nous continuons de réduire notre exposition et d'assainir notre bilan avant la finalisation du rachat par Bank of America", a indiqué Merrill Lynch dans un communiqué.


La reprise de Merrill Lynch, l'une des enseignes les plus prestigieuses de la finance new-yorkaise, par Bank of America, transformée en géant du secteur grâce à des acquisitions déclenchées par la crise, avait été annoncée le 15 septembre. Le même jour, Lehman Brothers, un autre grand nom de Wall Street, était mise en faillite. JP Morgan Chase a racheté la banque d'investissement Bear Stearns au printemps dernier, via une opération pilotée par les pouvoirs publics et destinée à éviter une faillite à cette autre enseigne prestigieuse de Wall Street.


 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :