Le milliardaire mexicain Carlos Slim achète 1% de Citigroup

 |   |  207  mots
Le groupe financier Inbursa du milliardaire mexicain Carlos Slim, considéré comme la troisième fortune mondiale, a acheté 1% de la banque américaine Citigroup. L'investissement serait de 150 millions de dollars.

Le groupe financier Inbursa du milliardaire mexicain Carlos Slim, considéré comme la troisième fortune mondiale, a acheté 1% de la banque américaine Citigroup, indique une source proche du dossier citée par l'Agence France Presse (AFP). "C'est un investissement de portefeuille de Grupo Financiero Inbursa", a déclaré à l'AFP un analyste proche de la transaction, sous couvert de l'anonymat. Le groupe de Carlos Slim "n'a pas de commentaires à propos de cette information", a déclaré pour sa part un de ses porte-parole.


La transaction porterait sur près de 26 millions d'actions, pour un montant proche de 150 millions de dollars, selon l'analyste, qui évoque "des investissements à haut risque". La fortune de Carlos Slim, dont les activités sont diverses, à commencer par Telmex, n°1 mexicain des télécommunications, est estimée à plus de 50 milliards de dollars. Carlos Slim n'aurait pas l'intention de participer au plan de sauvetage de Citigroup en rachetant sa filiale mexicaine Banamex, a ajouté l'analyste.

Les marchés boursiers mondiaux ont été dopés en début de semaine par l'annonce par le gouvernement américain d'une garantie de plus de 300 milliards de dollars sur les actifs de Citigroup, l'ex-numéro un mondial du secteur bancaire, contre une entrée dans son capital.


Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
150 millions dans un plan de sauvetage de 300 milliards, une goutte dans un océan, non ?
Pour quelqu'un qui pèse 50 milliards et qui n'est là que pour sauver SA filiale, c'est un non-événement, right ?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
- selon moi, je serais plutôt de la banque que l'assurance, cependant je verrais là et pour ma part en succédané plutôti le phénomène du " qui paye ses dettes, s'enrichit" - not right ? On ne sait pas tout.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :