Société Générale exposée pour 13 milliards aux pays à risque de la zone euro

 |   |  408  mots
La banque rouge et noire, présente en Grèce via sa filiale Geniki, a indiqué lors de la publication de ses solides résultats trimestriels être exposée à hauteur de 3 milliards d'euros à la dette d'Athènes. Elle indique ce soir que son exposition à la dette des "Piigs" reste inchangée depuis la fin 2009 à 13 milliards d'euros.

C'est dans un contexte tendu sur les marchés, notamment pour le secteur financier, que la Société Générale publie ce mercredi ses résultats du premier trimestre. La banque rouge et noire annonce un bénéfice net de 1,063 milliard d'euros sur la période, contre une perte de 278 millions d'euros un an plus tôt.

Cette performance est bien supérieure aux attentes puisque le consensus des analystes prévoyait un résultat net de 614 millions d'euros. Elle a été obtenue notamment grâce à une moindre dépréciation de son portefeuille d'actifs à risque et des résultats meilleurs qu'attendu dans la banque de financement et d'investissement.

La deuxième banque française par la capitalisation boursière, derrière BNP Paribas qui publiera pour sa part ses résultats jeudi, a vu son produit net bancaire (équivalent du chiffre d'affaires) progresser de 34% à 6,581 milliards d'euros sur les trois premiers mois de l'année tandis que ses provisions pour pertes sur le crédit ont reculé de 16,4%.

Le résultat brut d'exploitation atteint 2,58 milliards d'euros contre 1,13 milliard réalisé un an plus tôt et 2,35 milliards d'euros attendus par les analystes.

"Société Générale est confiante dans la réalisation de ses objectifs pour 2010", souligne la banque dans son communiqué, ajoutant "anticiper un rebond durable des résultats financiers".

Exposition de 3 milliards d'euros à la Grèce

Mais si les résultats de la banque sont supérieurs aux attentes, l'enthousiame des analystes pourrait être douché par les annonces de la Société Générale sur la Grèce où le groupe est présent via sa filiale Geniki. La banque indique ainsi être exposée à hauteur de 3 milliards d'euros à la dette de l'Etat grec, soit beaucoup plus que ses concurrentes Crédit Agricole (exposition de 850 millions d'euros) et BNP Paribas (exposition "négligeable").

"Au-delà de sa participation de 54% dans Geniki Bank, l'exposition du groupe à la Grèce sur l'ensemble de ses filiales bancaires et d'assurance représente à fin avril de l'ordre de trois milliards d'euros sur le souverain grec", a indiqué la banque. Elle précise en outre que le "montant est négligeable sur les contreparties bancaires et corporate".

Elle indique ce mercredi soir que son exposition totale à la dette des pays à risque de la zone euro, les "Piigs" (Portugal, Irlande Italie, Grèce et Espagne avec le S de Spain) atteint 13 milliards d'euros, un chiffre inchangé par rapport à la fin 2009.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/05/2010 à 10:35 :
je suis d'accord à 100% avec TABOUY
a écrit le 05/05/2010 à 17:40 :
expo "negligeable " pour BNP en Grèce??..c'est une sainte ,cette banque là!Pas impliquée-ou si peu- dans les subprimes...pas d'opérations sur les produits dérivés,( cod's et autres) ...pas d'engagement sur la Grèce et /ou autres pays "à risque"...avec quoi fit-elle ses profits dans les années 90?...Ouvrez les yeux,Français,on est en rain de vous monter un bateau énorme...
a écrit le 05/05/2010 à 15:57 :
La société générale doit aussi ajouter ses risques dans les pays comme la Russie, un peu comme Renault d'ailleurs ....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :