Et si le CAC 40 était déjà surévalué ?

 |   |  612  mots
L'indice CAC 40 et l'indice PMI France
L'indice CAC 40 et l'indice PMI France
C'est la question que pose la banque JP Morgan. Les entreprises du CAC 40 sont certes très internationalisées, mais leurs bénéfices sont corrélés avec la conjoncture française, très mauvaise, soulignent les analystes

Le CAC 40 n'est pas l'indice européen qui a le plus grimpé, depuis le « trou » de mars 2009. Loin de là. Le CAC a certes gagné 48%, mais c'est moins que les actions allemandes (+112%), celle des Pays Bas (+74%) ou de Belgique (+66%). La France se situe en dessous de l'indice MSCI Eurozone, qui a progressé de 56%.
Le CAC 40 va-t-il donc rattraper son retard ? Et progresser fortement dans les mois à venir, après de maigres performances depuis le début de l'année ? Les analystes de JP Morgan Cazenove ne le croient pas. Et ils soulignent un fait original, la forte corrélation entre l'indice phare de la Bourse de Paris et la conjoncture française. Celle-ci étant particulièrement mauvaise, le CAC en serait impacté.

Les groupes du CAC 40 ne réalisent que 32% de leur activité en France
Un tel lien peut sembler très curieux : les groupes du CAC 40 ne sont-ils pas largement internationalisés ? Et donc de moins en moins dépendants de la conjoncture française ? Total ne réalise que 23% de son chiffre d'affaires en France, Axa 21%, LVMH 11%... Selon les analystes, les groupes du CAC 40 considérés globalement affichent un chiffre d'affaires hexagonal limité à 32% de leur activité. En outre, seuls 20% des groupes figurant dans l'indice sont fortement dépendants de la France, y réalisant plus de la moitié de leur chiffre d'affaires. Il s'agit de groupes comme Bouygues, Vinci, Crédit Agricole, EDF, Unibail, France Télécom. En revanche, le marché français est marginal, ou presque (moins de 12% du chiffre d'affaires), pour EADS, Michelin, Danone, PPR Sanofi, Lafarge, Technip, Vallourec, Essilor, Gemalto....

Une corrélation entre le CAC et l'indice PMI
Bref, très peu de lien, apparemment, avec les soubresauts de l'économie française. Or, en réalité, il existe une connexion très nette entre le CAC 40 et la situation économique hexagonale. Ou plutôt, il existait jusqu'à ces derniers mois. Les analystes de JP Morgan montrent bien à quel point le CAC 40 était corrélé avec l'indice PMI des directeurs d'achats, qui reflète parfaitement l'évolution à venir du PIB. Or, depuis ces derniers mois, cet indice s'effondre, l'économie française étant proche de la récession (l'écart entre le PMI français et la moyenne des pays de la zone euro n'a du reste jamais été aussi élevé, en défaveur de la France), tandis que le CAC 40 a progressé de 17% sur un an (cf graphique).

Un décalage qui va évoluer
Même phénomène entre le bénéfice par action (des titres du CAC 40) et l'indice PMI. En dépit d'une internationalisation croissante, les bénéfices des grands groupes français restent étroitement liés à la croissance du PIB de l'hexagone. La corrélation était évidente... jusqu'à ces derniers mois.
Comment ce décalage inattendu entre la Bourse et l'économie réelle va-t-il évoluer ?
Alors que la France est le seul pays de la zone euro où l'effort budgétaire imposé serait plus élevé en 2013 qu'en 2012, la consommation, dernier soutien de la conjoncture française, risque de flancher, estiment les analystes. Comme cela a eu lieu partout ailleurs en Europe. Du coup, le PIB français serait plutôt orienté à la baisse. Et les prévisions affichées par certains analystes d'une hausse de 15% des bénéfices par action (sur les exercices 2013 et 2014) pour les groupes du CAC 40 apparaissent en conséquence très exagérées, aux yeux des experts de JP Morgan.
Du coup, sans afficher une prévision à la baisse pour le CAC 40, ils laissent entendre qu'il risque fort de chuter dans les mois à venir.

L'indice CAC 40 et l'indice PMI France

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/04/2013 à 18:04 :
l economie ne ce fait pas a la boursse elle se fait dans les entrprisses c est en inventant est en fabricant que l economie repartira ont s en fout du cac
a écrit le 12/04/2013 à 16:37 :
Qu'est-ce que c'est que cette page à la noix qui annonce :
" Le secteur bancaire porte le CAC au contact des 3830 points
Le CAC retrouve son zénith de juin 2011
Le CAC au contact des 3 800 points avec la BCE
Nouveau pic annuel pour le CAC qui s'installe au dessus des 3800 points" etc.
et ceci le 12.04.2013 à 16:35 alors que l'indice à la même heure , le même jour est à 3730.71 en baisse de 1.19 %
a écrit le 12/04/2013 à 14:17 :
que dire du dow jones qui n'arrête pas de monter , alors que la croissance est bien timide aux states, le déficit énorme ...?
a écrit le 12/04/2013 à 12:16 :
Irma Sachs a été censurée ce matin? Pourquoi?
Réponse de le 12/04/2013 à 12:58 :
s'il y a eu un loupé dans la transmission du message, note qu' Irma Sachs a dit ceci, tant que les budget publics seront déséquilibrés du fait d'une mauvaise gestion (en fait de l'absence de réformes structurelles et de gaspillages et d'abus multiples), tant qu'il y aura une insuffisance d'investissements publics ou privés dans les secteurs clefs (recherche fondamentale, formation des doctorants, énergie, environnement...), tant que la croissance ne sera pas équilibrée c'est à dire qu'elle intègrera les couts réel sur l'environnement, tant que l'évasion fiscale et la fraude fiscale n'auront pas été éradiquées donc que les recettes des Etats ne seront pas reconstituées du fait notamment du comportement et des pratiques des multinationale et des enrichis, tant que les politiques dites quantitatives des Banques Centrales n'auront pas cessé, nous serons vulnérables et la confiance ne sera pas retrouvée au niveau des masses, croire qu'en permettant aux riches de truster chaque fois davantage de richesse on obtient de la croissance grâce à l'industrie du luxe est une grave erreur., croire qu'en ruinant les épargnants avec des taux d'intérêts négatifs est également une grave erreur d'appréciation d'autant que la question de l'emploi ou des retraites (ce qui va avec) est loin d'être réglée, en France notamment mais pas seulement. Pour l'instant on fabrique de bulles financières rien d'autre, de la politique à court vue rien d'autre.
Réponse de le 12/04/2013 à 13:13 :
lire:... croire qu'en ruinant les épargnants avec des taux d'intérêts négatifs on les fera consommer comme des mules...
a écrit le 12/04/2013 à 11:26 :
Hypothèse, la guerre au Mali n'aurait pas donné le retour de la confiance de l'argent des républicains US ?
a écrit le 12/04/2013 à 9:57 :
Comment peut-on faire une erreur de raisonnement pareil et confondre "causalité" et "corrélation" ?
Ce que démontre ce graphique, c'est que depuis un an, la France sombre et s'écarte du reste du monde. En conséquence, les actions des PMI françaises chutent alors que celles des grands groupes -mondialement implantés - s'en sortent plutôt bien....pour l'instant.
Ceci n'empêche pas qu'il y aura une correction du CAC mais l'indice PMI sera aussi concerné
Réponse de le 12/04/2013 à 12:32 :
PMI c'est pas Petites et Moyennes Industries, c'est un "indice avancé" sur les intentions d'achat (des entreprises), qui est valables pour le CAC40 mais aussi pour les autres entreprises. Ce graphique ne montre pas que la France sombre et s'écarte du reste du monde. Mais votre commentaire, au-delà de votre incompréhension, montre votre état d'esprit.
a écrit le 12/04/2013 à 9:51 :
Vous avez le même décrochage au même moment et avec une intensité comparable entre le SP500 et le BDI. Cela m'incite à penser que comme pour le SP 500 le cac40 monte par afflux de liquidités
Réponse de le 12/04/2013 à 13:26 :
C'est visible ici : http://investmenttools.com/images/wfut/crb/bdi_sp_log.gif

a écrit le 12/04/2013 à 9:18 :
Ne serait-il pas préférable de comparer des choses comparables cad l'indice PMI avec les SBF250 ?
a écrit le 12/04/2013 à 9:12 :
La corrélation PMI/CAC par le passé n'est pas surprenante, ainsi que sa décorrélation actuelle. Par le passé les groupes français internationaux étaient traitées plus ou moins comme les groupes moins internationalisés. Aujourd'hui ce n'est plus le cas, les analystes font cette distinction aujourd'hui dans leur prévisions avec des coefficient de pondérations très différents. L'analyse de la forte poussé du CAC des ses 9 derniers mois le montre bien. Ce sont les groupe internationaux et le secteurs financier (hélas) qui tire vers le haut. Hormis le secteur financier cela devrai continuer sur cette tendance haussière. Pour les autres il ne serai pas étonnant de voir des corrections.
C'est donc dans l'étude des valeurs que nous comprenons mieux les évolutions actuelles et futures. C'est pourquoi le CAC ne devrait ni décoller ni s?effondrer, mais plutôt osciller entre 3600 et 3900, les fortes progressions étant compensées par les régressions. C'est dans le stock picking que se trouve les vrai plus-values sont à faire.
Réponse de le 12/04/2013 à 9:40 :
"Le secteur financier (hélas)" oui c'est vrai que se payant 40% de ses fonds propres en moyenne le secteur financier français est cher... La progression à venir "hors secteur financier" vous me faites rire. Un corridor 3600-3900 quel scoop..!
a écrit le 12/04/2013 à 8:55 :
Sell in may and go away... Rien de nouveau sous le soleil. Mais si JPM veut nous inciter à vendre, je me méfie et j'achète même un peu ...
a écrit le 12/04/2013 à 7:36 :
Si Helicopter Ben ne deversait pas mensuellement & gratuitement un tombereau (85 Mds d'USD) de Dollars, Wall street et les autres casinos ne survivraient pas.

Les caisnos que sont les bourses n'ont plus aucun sens commun, plus aucun rapport avec l'économie réelle.
a écrit le 12/04/2013 à 0:29 :
Les analyses fondamentales de JP Morgan s'avèrent assez souvent justes. Le P/E du marché français est de 15,8 au 11 avril quand la Chine par exemple est à 7,8 ! et les résultats à venir sont un peu surévalués. C'est difficilement tenable longtemps d'autant que l'euro est plutôt cher par rapport au dollar actuellement et pourrait corriger. On a notamment bénéficié de capitaux japonais avec la baisse du yen. JP Morgan a raison d'être un peu prudent.
a écrit le 11/04/2013 à 22:07 :
La corrélation mise en évidence est due au fait qu'il y avait une corrélation entre ce PMI et la conjoncture française par le passé; il est possible que cette corrélation ait disparu. Se baser sur une simple corrélation pour faire de telles analyse est de l'amateurisme. Venant de la banque de la baleine de Londres, ce n'est pas surprenant.
a écrit le 11/04/2013 à 21:35 :
Une action ne vaut qu'une valeur artificielle, psychologique.
Et l'économie réelle dans tout ça ?
Réponse de le 11/04/2013 à 22:07 :
On s'en fout de l'économie réelle. Les plus forts, les plus malins s'en sortiront toujours et tant pis pour les plus faibles, ça s?appelle la sélection naturelle.
Réponse de le 11/04/2013 à 22:35 :
non cela s'appelle du banditisme et cela n'a rien de "naturel" ..c'est simplement malsain comme vos commentaires
a écrit le 11/04/2013 à 19:32 :
se contenter de regarder les per, c'est un peu juste; de brillants analystes arrivent a multiplier la valeur d'une entreprise par 10 en 2 ans, puis a la divider par 20 les deux annees qui viennent...
a écrit le 11/04/2013 à 19:23 :
Si c'est JP MORGAN qui le dit alors je suis rassuré sur le devenir du CAC 40.
a écrit le 11/04/2013 à 19:15 :
Bullshit sur bullshit. Corrélation entre PMI et CAC40 mesurée sur une période. Oui et alors ? Est-ce une preuve que ? Non. Est-ce un régime "normal" ? On en sait strictement rien.
Enfin une prédiction ne se fait pas sur une mesure historique de corrélation. Il existe des modèles mathématiques spécifiques à la prédiction (et ça vaut ce que ça vaut, c'est-à-dire pas grand chôse). Arrêtons de vouloir deviner le futur ! Comme s'il n'y avait déjà pas assez de chôse à dire/étudier/écrire sur le présent...
Réponse de le 12/04/2013 à 10:45 :
surtout que l'évolution de certains indices boursiers est à l'heure actuelle pour partie due.... à des option de réallocations par de grand opérateurs, réallocation ayant asse peu de rapport avec l'économie réelle mais bien plus avec des stratégies de relativement court terme..... et très fluctuantes......en fonction d'évènements planétaire ou "politiques" laissant penser à une espérance de gain rapide.......

ceci étant... le découplage PMI CAC est logique..... l'interrogation est le poids du secteur financier français dans le CAC......
Réponse de le 23/12/2015 à 19:43 :
Nous sommes sur la bonne voie pour diminuer le chômage le problème urgent et le versement des pensions supérieures à 900 euros (cnav) un bilan des avoirs mobilers et immobiliers des retraités et en cours pour nous permettent décréter un maximum de 900 euros pour 165437euros de biens immobiliers et mobiliers,les baby boum avec carrière complète un problème pour le gouvernement
Réponse de le 24/12/2015 à 11:00 :
Quand les journalistes comprendront-ils qu'une inversion de courbe ne veut rien dire! Il suffit qu'un politique dise quelque chose d'idiot pour que les journalistes emboîtent le pas! Pauvre pays que la France
Réponse de le 24/12/2015 à 11:16 :
Vous avez raison mais vous avez oublié une règle essentielle! Je suis aussi patron et comme tout patron qui veut se faire respecter je dois être clean. Bien évidemment c'est aussi ce que nous devons attendre des "patrons" de l'État français et quand on voit que leur chef fait une fausse déclaration d'ISF sans aucune réactions des structures de l'État et des journalistes on peut alors penser que notre démocratie ainsi que notre pays soient en vrai danger.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :