Deutsche Bank tranche 25% des effectifs dans le trading actions

 |   |  432  mots
Dans une des salles des marchés de la banque allemande.
Dans une des salles des marchés de la banque allemande. (Crédits : Deutsche Bank)
La banque allemande annonce ce jeudi 24 mai la suppression d'au moins 7.000 emplois supplémentaires. Les métiers de vente d'actions sur les marchés seront les plus touchés, avec une réduction de 25% des postes. Deutsche Bank veut ainsi diminuer son exposition aux activités les plus risquées.

Envolé, le rêve de devenir un géant de Wall Street. En difficulté, peinant à retrouver la rentabilité, le géant bancaire allemand Deutsche Bank va tailler de façon drastique dans ses effectifs travaillant sur les marchés financiers. Ce jeudi 24 mai, alors qu'elle tient son assemblée générale annuelle d'actionnaires, la première banque allemande a annoncé avoir achevé le passage en revue de ces activités. Objectif : réduction de coûts, montée en puissance du digital, recentrage et diminution de l'exposition aux risques.

"Deutsche Bank restructurera de manière significative ses activités de vente et de négociation d'actions. Globalement, la banque vise à réduire les effectifs dans ce domaine d'environ 25%. Dans celui des "Cash Equities" [les actions, par opposition aux dérivés, ndlr], elle se concentrera sur les solutions électroniques et ses clients les plus importants au niveau mondial", annonce ce jeudi l'établissement dans un communiqué.

Et d'ajouter :

"Dans la "Prime Finance" [services aux hedge funds, ndlr], la banque réduira son exposition au levier d'un quart, soit une diminution d'environ 50 milliards d'euros."

L'ensemble de ces coupes devraient réduire d'ici à la fin de l'année l'exposition de sa branche de banque de financement et d'investissement (CIB) au levier financier "de plus de 100 milliards d'euros", de l'ordre de 10% de son exposition actuelle qui dépassait les 1.000 milliards d'euros à fin mars.

"Nous restons investis dans notre banque de financement et d'investissement, et notre présence à l'international. Nous y croyons dur comme fer", a assuré le nouveau directeur général Christian Sewing, venu lui-même de la banque de détail. "Nous sommes l'alternative européenne sur le marché international des financements et des marchés de capitaux. Cependant, nous devons nous concentrer sur ce que nous faisons réellement bien", a-t-il justifié.

Au moins 7.000 postes supprimés

La banque allemande ne va pas aussi loin que les rumeurs de la veille le laissaient penser : Deutsche Bank annonce non pas 10.000 suppressions de postes mais une baisse d'au moins 7.000 équivalents temps plein, passant d'effectifs mondiaux "d'un peu plus de 97.000 à bien en-dessous de 90.000". Les suppressions d'emplois sont déjà en cours: elle aurait déjà licencié 600 banquiers d'affaires au cours des sept dernières semaines. Avec ce plan, la banque compte accélérer ses réductions de coûts cette année et la suivante.

Cette restructuration devrait avoir un coût de 800 millions d'euros dans les comptes cette année.

L'action Deutsche Bank est en léger retrait ce jeudi matin à la Bourse de Francfort. Elle a perdu plus de 35% depuis janvier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/05/2018 à 11:11 :
C'est l'avantage des bons dossiers du journalisme sérieux et argumenté c'est qu'il fini bien souvent par avoir raison:

"L’Allemagne, puissance sans désir" https://www.monde-diplomatique.fr/2015/05/A/52957

La banque la plus puissante d'allemagne alors que le pays prospère sur le dos de l'UE licencie ses salariés.

A quoi sert donc cette union européenne svp ?

Vite un frexit.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :