Evasion fiscale : Bruxelles veut obliger banques, comptables et avocats à la transparence

 |   |  783  mots
Il y a des procédés qui sont insupportables, pour des raisons morales et pratiques, car les Etats membres ont besoin des recettes perdues à cause de l'évasion fiscale a déclaré Pierre Moscovici, qui a présenté la proposition de la Commissiin européenne.
"Il y a des procédés qui sont insupportables, pour des raisons morales et pratiques, car les Etats membres ont besoin des recettes perdues à cause de l'évasion fiscale" a déclaré Pierre Moscovici, qui a présenté la proposition de la Commissiin européenne. (Crédits : Heinz-Peter Bader)
Les intermédiaires devront déclarer tous les dispositifs transfrontières de "planification fiscale" pour les entreprises ou les particuliers, selon une proposition présentée par Pierre Moscovici. Une base de données centralisera les informations de tous les Etats membres pour détecter les montages abusifs.

[Article publié à 13h04 et mis à jour à 18h05]

Jusqu'où l'optimisation fiscale est-elle acceptable et quand les pratiques tombent-elles dans le registre de l'évasion fiscale ? Bruxelles veut aller plus loin dans la transparence sur les dispositifs de contournement des impôts, un an après les révélations des Panama Papers : Pierre Moscovici, le commissaire européen aux Affaires économiques et financières, à la Fiscalité et aux Douanes, a présenté ce mercredi une proposition instaurant de nouvelles règles pour les intermédiaires en matière de « planification fiscale. »

Sont concernés les banques, les avocats, les comptables, les conseillers fiscaux, pour les entreprises et les particuliers.

 « Aujourd'hui, nous nous concentrons sur les professionnels qui encouragent les pratiques fiscales abusives. Les administrations fiscales devraient disposer des informations dont elles ont besoin pour contrecarrer les dispositifs de planification fiscale à caractère agressif », a expliqué Pierre Moscovici.

« Notre proposition fournira une plus grande sécurité aux intermédiaires qui respectent l'esprit et la lettre de notre législation et rendra la vie très difficile à ceux qui ne le font pas.»

Les agents sportifs seront aussi concernés, a-t-il précisé lors d'une conférence de presse. Une allusion aux montages de certains footballeurs professionnels, comme Lionel Messi, condamné pour fraude fiscale par la justice espagnole pour avoir dissimulé les gains de ses droits à l'image dans un réseau de sociétés-écrans au Royaume-Uni, en Suisse, au Belize et en Uruguay. Ronaldo est convoqué fin juillet par la justice espagnole pour être mis en examen pour fraude fiscale dans le cadre d'un montage similaire, après des révélations des "Football Leaks".

Sanctions dissuasives

Concrètement, ces intermédiaires seront tenus de déclarer à leur autorité fiscale tout dispositif transfrontières ayant un certain nombre de caractéristiques (l'utilisation des pertes pour réduire la charge fiscale, le recours à des régimes fiscaux spéciaux favorables, le passage par des pays ne répondant pas aux standards internationaux de bonne gouvernance) dans les cinq jours suivant la mise en place du montage. Soit très en amont. Si l'intermédiaire est tenu au secret professionnel ou n'est pas établi dans l'Union, ou s'il s'agit d'un montage réalisé en interne, ce sera au particulier ou à l'entreprise bénéficiaire de le déclarer.

« Les Etats membres seront tenus d'appliquer des sanctions efficaces et dissuasives », écrit la Commission dans son communiqué.

Libre à eux cependant de décider du type de sanction.

Une base de données centralisée permettra aux Etats membres d'échanger automatiquement les informations qu'ils reçoivent. Un élément clé du fait de la complexité des montages, passant par plusieurs juridictions, comme le "double irlandais" et le "sandwich hollandais" dont sont friands les géants du Web. L'objectif est de « détecter suffisamment tôt les nouveaux risques d'évasion et de prendre les mesures pour neutraliser les dispositifs dommageables » : les Etats pourront cibler leurs audits et traiter les failles dans la législation. Le but est aussi dissuasif.

« Aujourd'hui, nous proposons de mettre devant leurs responsabilités les intermédiaires qui créent et vendent des dispositifs d'évasion fiscale. Au bout du compte, les recettes fiscales des États membres s'en trouveront accrues », fait valoir Valdis Dombrovskis, vice-président de la Commission européenne, en charge des services financiers.

La mort des intermédiaires ?

A ceux qui estiment que sa mesure va assassiner ces intermédiaires, l'ex-ministre de l'Economie a répondu :

« Nous n'attaquons pas une profession en particulier, nous demandons simplement à ces professionnels de travailler de façon transparente. »

Il faut selon lui « faire évoluer le modèle économique de ces activités les pratiques ». S'il n'y a pas de seuil spécifié sur les montants, la Commission précise que ce sont les situations à haut risque, et non les PME ou les particuliers sauf très fortunés qui sont concernés. « En pratique, l'obligation de déclaration n'affectera que les plus grandes entreprises contribuables et les très grandes fortunes », assure la Commission.

La Commission rappelle que l'évasion fiscale prive les budgets des Etats membres de 50 à 70 milliards d'euros de recettes par an, selon une étude du Parlement européen.

La proposition, qui prend la forme d'une modification de la directive sur la coopération administrative, sera soumise au Parlement européenne pour consultation et au Conseil pour adoption. Ces nouvelles obligations déclaratives devraient entrer en vigueur le 1er janvier 2019. Les Etats membres seraient alors tenus d'échanger automatiquement leurs informations tous les trois mois.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/06/2017 à 15:46 :
Oui, si cet argent est nécessaire pour relancer la croissance et aider les plus démunis.
Mais, au-delà, déjà faire appliquer les lois en cours, surtout envers ceux qui s'en jouent, parfois en se rapprochant sans vergogne des nouveaux politiques au pouvoir.
A cet égard et sauf erreur de ma part, une enquête sur le système d'évasion fiscale et de blanchiment d'argent, qui aurait été organisée par le CIC a été diligentée par le Parquet financier de Paris et depuis février 2015 .... aucunes nouvelles ?
Depuis, certains dirigeants de ce vénérable Groupe "mutualiste" ( crédit mutuel ) ont officiellement été remplacés aux postes visibles ...
D'où cette légitime question : ont-ils effectivement rendu des comptes ? Les administrateurs et les membres du COMEX actuels et anciens sont-ils complices au cas où ils ne se seraient pas portés partie civile ?
Au cas particulier, il y a lieu peut-être de se rafraîchir la mémoire, au besoin en re-visionnant le documentaire de Cash investigation, qui est pour le moins SIDERANT !
Cordialement
a écrit le 22/06/2017 à 17:07 :
j'ai toujours pensé que la France n'en a jamais assez, pour de nobles et bonnes raisons nous ne saurions les contester,, de la guerre fiscale, et qu'elle considère non seulement les redevables mais aussi maintes professions comme des clubs de délinquants. Avocats, juristes de tous bords, experts comptables, et autres docteur en droit fiscal. Quand on déclare la guerre, on nettoie d'abord devant sa porte, si évasion fiscale il y a , si montages fiscaux légaux il y a c'est d'abord et aussi pareceque celui qui déclare la guerre gère mal son affaire et autorise ses montages. Plus de montages et d'exonérations ? c'est facile, abrogez les lois décrets, options et exonérations, TOUTES SANS EXCEPTION, qu'il sagisse de montages en société néerlandaises du CAC 40, ou d'avantage fiscaux d'outre mer Français, et construisez des prisons pour y mettre les membres de professions de récalcitrants. Rassurons nous, le garde champêtre, ex braconnier en chef, n'est pas éternel même si contrairement à ses "amis" il a joué opportunément les délais.
a écrit le 22/06/2017 à 14:55 :
Une très mauvaise disposition , très mal concue et qui n'adresse pas le problème; en définitive un coup de com'. Il est juste de payer l'impôt et l'impôt doit être utile; mais faire croire au peuple qu'il est juste et bon de traquer l'ingénieux et celui qui gagne, et d'en faire le cadastre en encourageant la délation érigée au rang d'acte professionnel, alors qu'il ne s'agit que de nourrir les fastes de Versailles et un Etat dispendieux et peu efficace, n'est pas même de l'idéologie, mais de la manipulation sans vergogne d'un peuple crédule; laissons néanmoins au commissaire, qui n'est finalement q'un collecteur d'impôt stipendié, qui aujourd'hui donne des gages à ceux qui chantent l'air du temps, d'avoir eu la clairvoyance de s'exiler à temps pour se mettre à l'abri du dégagisme, auquel son sens aigu du bien commun ne lui aurait pas permis d'y échapper !
a écrit le 22/06/2017 à 10:51 :
Une bonne mesure qui comme on le voit fait grincer les dents des serviteurs des grandes fortunes maintenant on peut douter de l'efficacité de la mesure étant donné que le problème n'est pas d'engendrer une énième loi ou pas, le problème est de la faire respecter.

Or à la base l'évasion fisclae est interdite alors qu'en pratique couramment pratiquée. Si on a les lois mais qu'on a pas les hommes pour les faire respecter cela ne sert strictement à rien si ce n'est de faire semblant de s'occuper de ce fléau majeur.

ON se souvient parfaitement de sarkozy qui après avoir sorti une loi bidon a annoncé au monde entier:" Ca y est maintenant les paradis fiscaux c'est terminé !" Bien entendu il voulait seulement qu'on arrête d'en parler forcément.

Tant que des politiciens professionnels aux intérêts convergents avec les plus riches seront aux manettes des états on voit mal comment ils pourraient rétablir, si tant est qu'il y en ai eu à un moment ou à un autre, l'égalité de traitement entre les citoyens puisque payés en sous main pour établir l'inverse, principe de fonctionnement de base de notre économie d'ailleurs.
a écrit le 22/06/2017 à 10:04 :
L'optimistation fiscale serait interdite alors que ce sont les gouvernements qui les ont mis en place.
Bon si on prend beaucoup de recul et qu'on y réfléchit bien, pourquoi les ETATS veulent absolument récupérer ce manque à gagner (argent qui est d'ailleurs le fruit du travail des autres) ? tout simplement pour que ces élus (députés, maires, sénateurs, président de Région, Président conseil départemental ...) et leurs familles et copains en passant puissent se les mettre plein les poches.
La TVA seul devrait suffire à alimenter les caisses de chaque ETAT à condition que cet argent soit bien utilisé et géré.
a écrit le 21/06/2017 à 23:44 :
Le commissaire est un idéologue, une norme de droit ne s'appliquer pas à la lettre et à l'esprit, il y a ce que l'on appelle le principe qui est que tout ce qui n'est pas réglé par la loi est permis, il renverse la présomption en prenant la fiction que tout le monde est coupable et vous devez démontrer votre innocence, cela ne va pas. Il n'est pas compétent ce bonhomme un bon socialiste, remisé. En plus il confond les personnes morales et physiques, il confond l'évasion fiscale, la fraude fiscale et l'optimisation fiscale qui ne veut rien dire, il ne distingue pas la légalité et l'illégalité d'un procédé, pire il veut détruire la création en faisant croire aux gens sur l'immoralité d'un procédé, c'est aberrant mais en ligne avec l'époque le déclin. En plus de cela les avocats sont soumis au secret professionnel qui est absolu, les conseils. L'argument éculé de dire que les états ont besoin d'argent est malhonnête.
a écrit le 21/06/2017 à 22:32 :
La dilapidation de l'argent public est aussi insupportable !
a écrit le 21/06/2017 à 19:49 :
"Il y a des procédés qui sont insupportables, pour des raisons morales et pratiques" mais légaux donc on s en fou de la morale
a écrit le 21/06/2017 à 13:46 :
est ce que le président de la republique y sera aussi soumis ?????

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :