Le japonais Aiful dans la tourmente

 |   |  226  mots
Face à ses difficultés financières, Aiful, le géant japonais du crédit à la consommation, veut rééchelonner sa dette.

Face aux difficultés dans lesquelles la crise mondiale et la rigueur de la réglementation japonaise l'ont plongé, Aiful, demande le rééchelonnement de sa dette.

"Nous pourrions requérir le soutien financier et la coopération de certaines de nos institutions financières créancières pour modifier les délais de maturité et de paiement du principal de nos emprunts", a précisé ce spécialiste du crédit à la consommation.

 

Il ne demande toutefois pas l'annulation de sa dette qui s'élevait, fin juin, à 6,3 milliards d'euros ? dont la moitié, redevable avant un an, selon les résultats trimestriels publiés le 7 août dernier par le groupe.

 

Les difficultés d'Aiful sont dues, outre la crise financière mondiale, à la sanction de 25 jours de fermeture en 2006, imposés par les autorités japonaises -sanction infligée pour contrer les pratiques de recouvrement musclées du groupe-, ainsi qu'à l'entrée en vigueur, cette même année, de la loi encadrant le crédit à la consommation.

 

Depuis 2006, le taux d'intérêt maximal autorisé pour les crédits à la consommation est fixé à 18.25%, contre? 29% auparavant. Dès lors, les débiteurs ont pu réclamer le remboursement des intérêts supérieurs au nouveau plafond. Et ce, avec effet rétroactif depuis 10 ans, ce qui a lourdement pesé sur les compte d'Aiful.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :