Fannie Mae demande une nouvelle aide du Trésor américain

 |   |  417  mots
L'organisme de financement hypothécaire a encore enregistré une très lourde perte au troisième trimestre. Il réclame une aide de 15 milliards de dollars.

Fannie Mae, organisme de refinancement hypothécaire et acteur majeur de la crise financière aux Etats-Unis a annoncé avoir subi au troisième trimestre une nouvelle perte de 18,9 milliards de dollars.

La perte sur ce trimestre a été réduite de 35% par rapport au même trimestre de l'exercice précédent, mais s'est aggravée par rapport au deuxième trimestre, où elle était de 14,8 milliards de dollars.

Son chiffre d'affaires s'est limité au troisième trimestre à 5,9 milliards de dollars, dont près des deux tiers en intérêts sur son activité de crédit, et près d'un tiers rémunérant sa garantie.

Fannie Mae enchaîne donc son neuvième trimestre de pertes consécutif et ne devrait pas revenir aux bénéfices dans un avenir prévisible: "Nous prévoyons que nos pertes de crédits et notre ratio de pertes de crédits continueront à croître pour le reste de 2009 et en 2010", a prévenu l'organisme.

Le groupe a attribué ce nouveau trou dans ses finances à 22 milliards de dollars de dépenses, "reflétant l'accumulation continue à la fois des provisions pour pertes et des dépréciations dues à l'ajustement comptable au prix le plus juste", explique le communiqué.

Des dépréciations attribuées au "nombre croissant de prêts qui ont été acquis auprès de détenteurs de titres adossés à des créances hypothécaires afin de poursuivre le programme de modification des termes de l'emprunt pour les propriétaires en difficulté ", a expliqué Fannie Mae.

L'organisme est en effet sollicité par les pouvoirs publics pour reprendre des titres adossés à des prêts immobiliers dont la valeur s'est effondrée, et soutenir de cette manière le marché immobilier. Le groupe demande donc une nouvelle aide du Trésor américain évaluée à 15 milliards de dollars.

La société bénéficie déjà d'une ligne de crédit de 100 milliards de dollars sur lesquelles elle doit puiser pour maintenir leur valeur d'actifs supérieure à leur passif.

D'après une étude publiée en octobre par la Banque de réserve fédérale de San Francisco, Fannie Mae, tout comme Freddie Mac et Ginnie Mae, garantissaient ou fournissaient à eux trois près de 95% des nouveaux prêts hypothécaires résidentiels.

Fannie Mae a plaidé pour une poursuite du soutien de la Fed, qui achète déjà sa dette à hauteur de 147 milliards de dollars à ce jour, en ajoutant celle de Freddie Mac.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/01/2010 à 20:57 :
L'aide apportée aux instirtutions telles FREDDIE et FANNIE est essentielle à la survie des banques et de l'économie de tous et de chacun. Encourageons une telle démarche.
a écrit le 06/11/2009 à 12:01 :
J'aime bien l'expression par Antonio. Evidement que les USA ne sont pas prêt de sortir de la crise et avec le dollars ils nous tiennent par les cou... . La solution semble un retour de l'industrie dans les pays et on le sent bien avec Warren buffet qui à racheter toute la "SNCF" Américaine. Par contre ce n'est pas pour demain, minimum 10 années pour éventuellement se remettre à produire localement.
a écrit le 06/11/2009 à 10:53 :
C' est le tonneau des Danaîdes...!!! L' argent public est siphonné en permanence pour maintenir en survie artificielle des établissements en banqueroute. La nation se ruine pour sauver les riches...!!!
Un jour, un politique français avait déclaré : Les banques je les ferme, les banquiers je les enferme...Formule à méditer par les temps présents...
a écrit le 06/11/2009 à 6:54 :
des dettes, des dettes, encore des dettes et des crédits qui ne seront jamais remboursés ... ne nous laissont pas bercer par Wall Street, les USA sont encore loin d'être sortis de la crise

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :