La MAE attaque Carrefour pour la deuxième fois

 |   |  352  mots
La mutuelle d'assurance attaque pour concurrence déloyale le groupe d'hypermarchés qui diffuse gratuitement de l'assurance scolaire.

La Mutuelle d'assurance de l'éducation (MAE) attaque Carrefour devant le tribunal de grande instance d'Evry pour pratiques commerciales abusives et concurrence déloyale, indique son président national Edgard Mathias. Le groupe d'hypermarchés propose en effet l'assurance scolaire gratuite aux porteurs de la carte Carrefour, elle-même gratuite.

Contrairement à l'an dernier, la MAE n'a pas choisi d'intenter une action d'urgence en référé. Elle avait en effet été déboutée l'an dernier. Carrefour proposait alors à grand renfort de publicité une assurance scolaire gratuite en échange d'un ticket de caisse quel que soit son montant. "Le tribunal avait reconnu l'an dernier que la pratique était abusive, mais observé que le préjudice n'avait pas pu être évalué", explique Edgard Mathias.

Cette année, la mutuelle s'est servie de l'objectif de souscription de contrats fixé en 2009 par carrefour soit 25 000 pour évaluer son préjudice à 350.000 euros. "Le préjudice économique existe, nous l'avons chiffré", affirme le président de la MAE qui souscrit chaque année 3,3 millions d'assurances scolaires sur la dizaine de millions d'enfants scolarisés en france. Un autre groupe d'hypermarchés s'est cette année lancé dans l'assurance scolaire gratuite mais selon une modalité différente.

"L'assurance gratuite accrédite l'idée que c'est une assurance qui ne vaut rien puisqu'il est même possible de l'offrir", déplore Edgard Mathias rappelant que la mutuelle a traité plus de 200.000 dossiers de sinistres dont 30.000 dossiers graves et 3.000 enfants gardant une invalidité. De son côté Carrefour estime "répondre aux attentes de ses clients" dans la mesure où "le pouvoir d'achat est au c?ur des préoccupations des familles".

La MAE a choisi cette année de ne pas augmenter ses tarifs mais d'augmenter le montant de ses garanties. "Nous avons augmenté les plafonds des garanties les plus sollicitées", explique le président. Les remboursements de lunettes passent de 300 à 600 euros ; le montant de remboursement journalier de la garde d'enfant à domicile a été multiplié par deux et le remboursement pour vol de cartable passe de 80 à 200 euros. Il n'ya toujours pas de franchise, les remboursements sont au premier euro.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :