Jérôme Kerviel contre Société Générale, acte II

 |   |  316  mots
Copyright AFP
Copyright AFP (Crédits : Kerviel)
L'ex-trader porte plainte contre son ancien employeur pour "faux et usage de faux". Près de deux ans après avoir été condamné en première instance pour avoir fait perdre 4,9 milliards d'euros à la Société Générale, Jérôme Kerviel revient à l'assaut avant l'ouverture de son procès en appel.

Il assure n'avoir "jamais, jamais détourné ni volé le moindre centime". Au cours de sa conférence de presse, ce vendredi, Jérôme Kerviel a fait plus que défendre sa cause avant l'ouverture de son procès en appel le 4 juin, il a annoncé avoir déposé une nouvelle plainte contre son ancien employeur, la Société Générale, pour "faux et usage de faux". La semaine dernière, une première plainte avait été déposée contre la banque, cette fois, pour "escroquerie au jugement".

Par la voix de son avocat, Me David Koubbi, l'ancien trader indique avoir fait l'objet d'"enregistrements sauvages" qui auraient été coupés et trafiqués.  Convoqué dans les bureaux de la direction les 19 et 20 janvier 2008, l'ancien employé de la Société Générale aurait été enregistré à son insu, affirme son avocat. Mis sous scellés, ces enregistrements auraientt été transmis à la défense qui dit les avoir fait analyser par des experts. 

Kerviel laisse entendre qu'il n'était pas le seul responsable

"Selon leurs conclusions, ces bandes ont été trafiquées", a déclaré Me Koubbi. "Le discrédit de cette pièce a eu pour conséquence la manipulation de la justice lorsqu'elle a condamné" a ajouté Jérôme Kerviel. Ce dernier précise que lorsque ces enregistrements ont eu lieu, il a interpellé un de ses supérieurs en lui rappelant qu'il était au courant de ses agissements.

Jérôme Kerviel avait été jugé seul responsable de la perte de 4,9 milliards d'euros subie par l'établissement financier. Condamné en 2010 à cinq ans de prison dont trois ferme, il espère voir sa peine réformée en appel lors d'un nouveau procès qui doit se tenir du 4 au 28 juin.

En vidéo, un extrait de la conférence de presse de Jérôme Kerviel et de son avocat

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/04/2012 à 23:13 :
Durant la commission d'enquête parlementaire, et le jugement, ont été révélés les faits suivants : ces opérations abusives ont duré plus de 2 ans avec la volonté d'enrichir cet établissement, qui en a quand même profité en incluant les résultats bénéficiaires ( + 1 milliard quand le résultat était positif), et donc le prévenu n'a pas tiré d'enrichissement personnel de ces opérations frauduleuses. Logiquement, les torts sont partagés et un arrangement amiable aurait du être trouvé à l'époque, mais se pose alors la question de la responsabilité de l'accusé, de sa hiérarchie, des services de contrôle de la banque et extérieurs à celle - ci, avec l'autre question fatale : quel degré de confiance puis - je accorder à un établissement qui a laissé perdurer ces pratiques aussi longtemps ? Pour un particulier c'est gênant, mais quand des sommes colossales sont en jeu, la dimension est toute autre.
Réponse de le 29/04/2012 à 14:55 :
Une aberration dans votre compte rendu (ou compréhension ?) : KERVIEL a bénéficié durant la période de sa fraude de bonus conséquents (que l'on diraient indécents dans la période actuelle de crise). Je n'ai pas connaissance du reversement de ses gains à une association caritative (ou similaire) amenant à un gain net nul. Je rappelle que l'on ne peut condamner à la place du voleur quelqu'un(e) de s'être fait cambriolé parce qu'il n'a pas fermé la porte de sa maison. Même si la négligence de l'un(e) est évidente, le voleur demeure le seul coupable voulant bénéficier de sa malveillance. SLM
Réponse de le 29/04/2012 à 15:32 :
Faux archi faux Kerviel s'est fait avoir jusqu'à la moelle épinière, M; Angello revoyez vos sources vous êtes mal informé.
Réponse de le 30/04/2012 à 10:21 :
Angelo > Un voleur employé par le volé ? Un voleur qui n'a pas pris le magot ? c'est quoi cette comparaison pourrie ?
Réponse de le 30/04/2012 à 16:27 :
a angelo : mon intention n'est pas de refaire le procès, mais certaines constatations sont indéniables : la durée de ces pratiques frauduleuses en toute impunité, l'absence de contrôle ou ses défaillances, la complaisance de sa hiérarchie quand les résultats était très positifs.
Autre point important : qui a décidé de déboucler les positions prises par ce trader alors que le marché était à la baisse ? Ce n'est pas lui, mais un comité directorial de la SG avec pour résultat une perte de 4,9 milliards, c'est donc le décideur le responsable.
a écrit le 28/04/2012 à 16:49 :
Il n' a pas eu enrichissement personnel, ni même versement de bonus nauséabonds à JK, rien le pauvre JK a été lamentablement exploité car il ne sortait pas de Polytech, de l'ENA ou d'HEC, ces "mafias" qui règnent à la Soc Gen.On peut donc légitimement croire que c'est à la fois le système de laisser faire, laisser aller dans la recherche du profit maximum sans justification économique donc la spéculation qui régnait à la Soc Gen,, et en même temps la discrimination dont a souffert JK qui l'on amené en utilisant des procédés détournés à affirmer son existence et son mérite dans une institution qu'il vénérait ou en tout cas qu'il voulait vénérer à tort ou à raison.
Réponse de le 28/04/2012 à 18:27 :
La Société Générale fait la une des faits divers de façon récurrente depuis le milieu des années 1995. Nous comprenons les clients qui s'éloignent de cette banque qui in finé aurait peut être du être traitée comme Leinman Brothers. Il est assez incompréhensible que l'Etat Français ai pu aider cette bad banque... qu'elle peut en être la raison, ça !!!
a écrit le 28/04/2012 à 8:21 :
Enfin merde ! y a quand même plus de 5 milliards d'euros de perte quand il a tradé , ve mec là. Alors qu'est ce qu'il veut encore qu'on le remercie ...?
Réponse de le 28/04/2012 à 9:10 :
en fait c etait 50 milliards de pertes mais ils ont réussit à ramener ca a 5 en 2 jours ce qui est quand bien joué
Réponse de le 28/04/2012 à 12:05 :
C'est 50 milliards de positions correspondant donc au risque pris sur des contrats de dérivés et sur des titres, la perte est bien par contre de 5 milliards environ. Celle ci a été générée par le débouclage de toutes les positions (prises par JK) en un temps record car la Soc Gen devait clôturer ses comptes 2007 avant fin janvier 2008. La Soc Gen aurait pu ne dénouer qu'une partie des positions qui plus est en demandant le concours de JK pour optimiser, et conserver le reste, donc le porter en attendant de meilleures fenêtres de tir. La Soc Gen aurait provisionné la perte potentielle par rapport au prix de marché au 31.12.2007 des actifs qu'elle aurait conservé. Ce qu'elle a fait pour d'autres encours et autres actifs qui ne concernaient pas le portefeuille de JK.
Réponse de le 28/04/2012 à 12:12 :
Le montant total des pertes du fait de la Grèce ça va tourner autour 300 à 400 milliards, c'est ce que j'appelle, le casse du siècle, si on devait mettre les coupables et les responsables en taule, et bien entendu les fraudeurs, et parmi ceux ci tous les responsables européens, inventeurs de l'euro et de l'UEM, banquiers centraux, ...il faudrait construire sans doute une bonne dizaine de nouvelles prisons si c'est pas 20 ou 30.
Réponse de le 28/04/2012 à 15:05 :
"Priez pour nous pauvres traders"
a écrit le 27/04/2012 à 23:46 :
La défense de Kirviel fait fausse route. un salarié ne peut voir sa responsabilité engagée qu'en cas de licenciement pour faute lourde. La faute lourde ne peut être retenue contre un salarié que si est démontrée son intention de nuire à son employeur. Dans le cas de Kirviel (avide et ambitieux que j'aurais tendance à excécrer) aucune faute lourde ne peut être retenue puisqu'il est avéré qu'il n'a pas voulu nuire à la Socgen mais cherché à l'excés à l'enrichir et à s'enrichir au passage. Il aurait donc dû contester l'éventuelle faute lourde( je ne sais pas si c'est le motif retenu) devant le Conseil de prud'hommes et ainsi faire écarter toute mise en cause de sa responsabilité pécuniaire y compris devant la juridiction pénale. Juridiquement c'est incontournable. Si ses défenseurs successifs s'étaient plus intéressés à la dimension juridique qu'à celle médiatique de cette affaire, ils n'en serait pas aujourd'hui à déposer une plainte "désespérée".
Réponse de le 28/04/2012 à 9:13 :
votre raisonnement tient la route la seule chose c est qu il a littéralement explosé le plafond de ses limites d opérations ce qui je penses devrais etre fixé dans sa prise poste en outre il a crée une structure dans la structure sg pour passer en furtif ses opérations il y a bien donc faute lourde
a écrit le 27/04/2012 à 23:17 :
Jérôme personne ne doute que tu vas t'en sortir, on pense à toi très fort, on te soutient. On est avec toi à 100%.
Réponse de le 28/04/2012 à 15:10 :
N'est ce pas JK qui enfonce ses collègues (notamment en middle office) en les rendant responsables de sa fraude? N'est ce pas le même JK, qui, avide, comptait déclarer au fur à mesure ses bénéfices cachés, afin de s'assurer des primes à vie? Peu de salariés jouissent d'une rémunération fixe de 10KE/mois. Qu'il arrête de jouer les victimes.
Réponse de le 28/04/2012 à 20:52 :
JK n'avait pas un salaire royal comme les traders à plusieurs millions d'euros par an. C'était un smicard à l'échelle de la Soc Gen.
a écrit le 27/04/2012 à 22:28 :
Mr le trader confesse toi devant l opinion public et dit en detail comment avec tes passe passe concentis avec l hierarchie tu leurs fessais gagner de l argent et dieu va surement effacer ta dette tu en a besoin par ces temps difficiles
a écrit le 27/04/2012 à 18:28 :
Un petit mot d'encouragement pour ce brave Jérôme qui s'est peut être un peu perdu à un moment donné, mais il a de très grandes circonstances atténuantes et ce n'est pas un truand au col blanc au contraire c'est un type qui voulait bien faire, si l'on peut dire . Si lui va en prison, alors il faut peut être commencer par y mettre les trois quarts des banquiers d'affaires et la moitié des membres des comité exécutifs des banques commerciales, pour incompétence et irresponsabilité notoires, tromperie sur les comptes, sur le niveau des risques, sur le niveau des pertes et des provisions, pour comptabilisation fallacieuse ou inappropriée de profits sur actifs compromis etc...ansi que bien entendu tous les caciques des autorités de supervision nationale et internationales des banques et j'ajoute enfin les cabinets d'audit bien évidemment qui ont validé des comptes bien souvent faux.
Réponse de le 28/04/2012 à 3:47 :
Oui, mais ceux-la ne se sont pas fait prendre...
Réponse de le 28/04/2012 à 12:10 :
pour toutes les casseroles que se traine par exemple une banque comme GS, une bonne partie de ses banquiers ou traders devrait être en taule, c'est mon avis, et depuis longtemps. Idem pour le reste.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :