Macifilia plombe les comptes du groupe Macif en 2011

 |   |  327  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : AFP)
Vilain petit canard du groupe Macif, sa filiale Macifilia a subi un sérieux toilettage en 2011. Ses pertes atteignent 140 millions d'euros cumulés.

Macif ilia aura coûté bien cher à la Macif. Pour la seule année 2011, cette petite filiale dédiée au courtage pour des contrats collectifs d'assurance auto et de transport notamment a affecté le résultat social de la Macif de 140 millions de pertes cumulées. A comparer avec son chiffre d'affaires de 166 millions d'euros (en baisse de 7%).   Et ce n'est pas fini puisque, malgré un toilettage sévère, Macifilia devrait encore  enregistrer une  perte en 2012 mais "sans comparaison avec 2011" a précisé, le directeur général sortant de la Macif , Roger Iseli, le 4 mai.

Un dérapage de la souscription en 2010

Créée en 2002, Macif ilia  a connu, selon Roger Iseli, un "dérapage sur la souscription" en 2010 responsable d'une forte dégradation des résultats. Grâce à l'arrêt de cette politique commerciale et à la résiliation des contrats non rentables, l'exposition sera "quasi nulle" en 2013, selon Roger Iseli. De plus, les contrats restants en portefeuille ainsi que l'ensemble des salariés seront réintégrés dans le périmètre de la Macif ce qui garantira un meilleur suivi des critères de souscription et "ce sera plus simple en terme d'exigences de fonds propres", précise Jean-Marc Raby, nouveau directeur général du groupe Macif nommé fin avril. La coquille juridique continuera néanmoins d'exister, elle continuera de porter les risques de quelques portefeuilles spécifiques comme les "malussés" non éligibles aux critères de la Macif.

Un résultat net part du groupe de 60,4 millions d'euros


Malgré l'ardoise de Macifia, le résultat social de Macif est resté positif à 18,5 millions d'euros fin 2011.

Quant au résultat net part du groupe présenté en normes IFRS, il ressort à 60,4 millions en 2011 contre 212,8 millions en 2010. Mais comme le précise Roger Iseli, sur ces 212 millions, 190 millions provenait d'un retraitement fiscal. "Donc si on faisait un retraitement pro forma du résultat net, il seait un peu meilleur en 2011 qu'en 2010".



 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :