Scandale du Libor : Deutsche Bank confirme l'implication de quelques employés

 |   |  319  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Deutsche Bank a annoncé mardi 31 juillet un plan d'économies de 3 milliards d'euros prévoyant la suppression de 1.900 postes, principalement dans sa division de banque d'investissement, et a reconnu une implication de quelques-uns de ses employés dans le scandale du Libor.

Après des semaines de silence sur le scandale de manipulation du taux interbancaire Libor, Deutsche Bank a confirmé mardi 31 juillet que quelques-uns de ses employés étaient impliqués dans l'affaire mais a assuré qu'ils avaient "agi de leur propre chef". Ces employés "n'ont pas respecté les règles de la banque" et "des mesures ont été prises" à leur encontre, a déclaré le président du conseil de surveillance du groupe, Paul Achleitner, dans une lettre adressée au personnel, laissant entendre qu'ils avaient déjà été licenciés ou suspendus. "Au fur et à mesure des progrès de l'enquête, la banque va continuer à agir strictement et rapidement si des faits sont avérés, pour s'assurer que les règles dans toutes nos activités sont respectées", a promis M. Achleitner.

Aucun membre de la direction n'a eu de comportement répréhensible, indique la banque

Selon les premières conclusions d'une enquête interne en cours, aucun membre de la direction, "ancien ou actuellement en poste", n'a eu de comportement répréhensible. "D'après les conclusions actuelles, aucun membre, ancien ou actuel, du conseil d'administration n'a été, en quelque façon, impliqué de façon répréhensible dans les incidents autour des taux d'intérêt", a annoncé la banque.

Les médias avaient révélé que la banque avait suspendu deux de ses employés soupçonnés d'avoir participé d'une manière ou d'une autre à la manipulation du Libor , énorme scandale financier qui a touché de plein fouet la banque britannique Barclays mais qui concerne aussi la plupart des grandes banques internationales.

Les enquêtes en cours

L'établissement de Francfort fait face à une série de plaintes aux Etats-Unis dans le cadre de l'affaire du Libor et fait aussi l'objet d'une enquête du gendarme financier allemand BaFin, épaulé par la Banque centrale allemande, la Bundesbank.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/08/2012 à 16:45 :
Mais bien sur, on n'est tous idiots et on vous croit sur parole. Les médiats font bien leurs travail pour nous faire gober toutes ces couleuvres. Les dirigeants des banques sont des petits anges et ne savaient rien? C?est bien, ils pourront encore dormir sur leurs deux oreilles et s?acheter le luxe du monde, pendant que des millions de gens raclent les fonds de poubelles?.
a écrit le 31/07/2012 à 21:32 :
Et combien de plus au résultat et aux bonus?
a écrit le 31/07/2012 à 21:19 :
Eh oui, pour tout autre problème de ce genre et toute autre industrie (je ne parle pas des états ni des collectivités) on crie haro sur le baudet et le patron est immédiatement tenu responsable de ce que son entreprise a fait (quand ce ne sont pas les propriétaires, si jamais par malheur il s'agit d'une entreprise familiale). Mais dans la banque, dans les Grandes Banques, que nenni! Ce ne sont que quelques employés indélicats qui ont permis de faire gagner des milliards, amis c'est négligeable...
a écrit le 31/07/2012 à 16:54 :
Ces tricheurs doivent aller au pénal.
Réponse de le 31/07/2012 à 17:50 :
ah non, dans le système libéral cela est réservé aux pecores de base.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :