Collectivités : La Banque Postale va-t-elle pouvoir faire sans Dexia ?

La Commission européenne et les États actionnaires de Dexia semblent s'être mis d'accord pour sortir Dexia Crédit Local du montage final de la nouvelle banque des collectivités locales. Cette dernière prend de plus en plus la forme d'une banque publique d'investissement local. Reste que d'un point de vue opérationnel, son émergence risque de prendre plus de temps que prévu.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : AFP)

La Banque Postale peut-elle assumer le financement des collectivités locales sans Dexia ? La question se pose à l?heure où la Commission européenne milite pour que la banque franco-belge ne se mêle plus des affaires du secteur public local français.
Pour cela, elle demande à l?Etat français que tous liens capitalistiques ou industriels soient coupés entre Dexia crédit local (DCL) et Dexia Municipal Agency (Dexma), le véhicule de refinancement sur les marchés qu?utilisera la nouvelle banque des collectivités locales, détenue majoritairement par la Banque Postale. "Nous avons un terrain d'entente sur la manière dont ces discussions doivent se poursuivre", notamment en ce qui concerne "l'entité Dexma et la mise en place par la France d'une nouvelle structure pour le financement des collectivités locales" en France a indiqué Antoine Colombani, porte-parole de la Commission en charge de la concurrence le 31 juillet dernier. La Commission européenne estime qu'il y aurait distorsion de concurrence sur le coût de la ressource si Dexia Crédit Local bénéficiait de garanties étatiques pour le financement de ses activités résiduelles. Un argument qui laisse certains septiques, comme le tout nouveau ex-patron de Dexia, Pierre Mariani, qui indique dans le Figaro ne pas comprendre "où est l'atteinte à la concurrence quand on parle d'un marché, celui du crédit aux collectivités, qui est en voie de disparition".

Vers une banque publique d'investissement local

Si un accord sans lien capitalistique entre DCL et Dexma était signé par les Etats actionnaires de Dexia et la Commission européenne, la future banque des collectivités locales pourrait alors présenter une signature publique sur les marchés. En effet, la part de DCL dans Dexma devraiient être reprise conjointement par l?Etat, la Banque Postale et la Caisse des dépôts (CDC). La répartition exacte du bilan de Dexma, qui comporte notamment 10 milliards d?euros de crédits toxiques accordés au secteur public local, est pour sa part encore en discussion.
Une banque publique d?investissement local semble donc se dessiner. Celle-ci est revendiquée par la plupart des associations d?élus et de partenaires des collectivités locales. Michel Destot, président des Maires de grandes villes de France, Claudy Lebreton, président de l'Assemblée des départements de France et Patrick Bernasconi, président de la Fédération nationale des travaux publics, militaient ainsi dans le Monde du 3 août pour "la création d'une banque publique de l'investissement local sur le modèle de ce qui existe dans de nombreux pays européens". Comme en Allemagne par exemple, où la KFW (banque du développement ), soutient les investissements des collectivités locales, en allant chercher l?argent sur les marchés avec une garantie explicite de l?Etat fédéral Allemand.

L'émergence de la nouvelle banque risque de prendre plus de temps que prévu 

Si la Banque Postale devrait trouver une solution pour se passer de Dexia sur les marchés, d?un point de vue purement opérationnel, la tâche s?annonce plus ardue. Dans le cas où les liens industriels entre Dexia Crédit Local et la nouvelle banque des collectivités étaient coupés, cette dernière ne pourrait pas bénéficier du savoir-faire et des outils de Dexia Crédit Local. Ce qui serait problématique car la Banque Postale débute sur le marché des collectivités.
Cette dernière emploie pour l?instant le Cabinet Michel Klopfer, spécialiste en expertises financières locales pour former ses effectifs. Une centaine d?employés de la Banque Postale, travaillant au siège et sur le terrain, ont pour l?instant bénéficié de ces formations. Elles seront déjà salutaires en 2012, car la banque envisage "sous réserve de la décision de Bruxelles" concernant Dexma, de proposer des crédits long terme en fin d?année. Elle propose déjà une enveloppe crédits court terme de 4 milliards d?euros, qu?elle tire de ses réserves en liquidités. Un peu plus d?une vingtaine d?employés de Dexia Crédit Local ont d?ailleurs été débauchés par la Banque Postale pour octroyer ce type de crédits.
 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 11/08/2012 à 10:46
Signaler
10 milliards d?euros de crédits toxiques accordés au secteur public local! Accordés pour les imposés que nous sommes çà risque. Maintenant Dexia est en faillite point barre. L'Europe -qui au fait?- tente de renflouer encore les banques mal gérées don...

à écrit le 09/08/2012 à 19:14
Signaler
DEXMA entité du refinancement local?

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.