Affaire Madoff : JPMorgan inquiété par les autorités fédérales américaines

 |   |  235  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
JPMorgan Chase est à nouveau l'objet de l'attention d'enquêteurs fédéraux, cette fois en liaison avec l'affaire Madoff, indique le New York Times mardi, en soulignant que cet intérêt croissant des autorités pourrait nuire à l'influence de la banque à Washington.

La banque JPMorgan Chase fait l'objet d'une enquête de plus à son encontre. D'après le New York Times, les enquêteurs fédéraux américains sont en train d'examiner si la banque new-yorkaise n'a pas enfreint la loi en omettant de prévenir les autorités des agissements douteux de Bernard Madoff.

Une enquête de plus, JPMorgan s'inquiète pour sa réputation

C'est une enquête de plus que JPMorgan Chase traîne sur son dos, à tel point que les responsables de la banque commencent à s'inquiéter des conséquences négatives que celle-ci pourraient avoir sur sa réputation. Elle s'ajoute à d'autres en cours à divers échelons concernant notamment l'affaire de la "baleine de Londres", surnom donné à un courtier de la banque qui avait fait d'énormes paris risqués ayant fait perdre au groupe quelque 6 milliards de dollars l'an dernier, mais aussi des saisies immobilières irrégulières ou un manque de contrôle du blanchiment d'argent. Selon le quotidien américain, pas moins de huit agences fédérales s'intéresseraient à JPMorgan.

Déjà éclaboussée pour l'affaire de la balaine de Londres

Elle avait notamment été éclaboussée dans le cadre de l'affaire  de la "baleine de Londres" dans laquelle un rapport parlementaire rendu public il y a une dizaine de jours accusait le groupe et ses dirigeants d'avoir sciemment trompé les investisseurs et les régulateurs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/03/2013 à 10:25 :
Pour l'instant hormis deux banques banques d'affaires ou trois qui ont disparu ou ont été bouffées, les banquiers d'affaire ou les banquiers tout court n'ont pas suffisamment ou pas du tout payer l'addition de leurs agissements et pratiques. On va voir si le traitement infligée par les autorités de régulation, contrôle et la justice américaine est le m^me que celui qui est infligé à raison souvent aux banques étrangères notamment suisses et anglaises.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :