La Deutsche Bank aurait dissimulé des milliards de pertes sur des dérivés de crédit

 |   |  166  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La banque centrale allemande, la Bundesbank, enquête à la suite de rumeurs affirmant que la première banque du pays, la Deutsche Bank, aurait dissimulé des milliards de pertes enregistrées sur des dérivés de crédit au plus fort de la crise, selon le Financial Times.

La première banque allemande aurait-elle fauté ? La banque centrale allemande, la Bundesbank, a engagé une enquête sur les rumeurs affirmant que la Deutsche Bank avait dissimulé des milliards de pertes enregistrées sur des dérivés de crédit au plus fort de la crise, affirme jeudi le Financial Times.

Des enquêteurs de la Bundesbank doivent se rendre la semaine prochaine à New York pour interroger les spécialistes de ces titres risqués, dont les pertes auraient été minorées pour permettre à la Deutsche Bank d'échapper à un sauvetage sur fonds publics, désastreux en terme de réputation.

Le journal affirme que la manipulation des comptes de la banque dans cette affaire pourrait avoir porté sur 12 milliards de dollars.

Les autorités boursières américaines, la Securities and Exchange Commission, enquêtent déjà de leur côté sur l'affaire, ajoute le FT, qui rappelle s'être fait l'écho de cette affaire dès le mois de décembre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/04/2013 à 18:27 :
Ah la vertueuse Allemagne de Frau Merkel qui n'a pas fini de nous surprendre avec ses (petites) cachoteries comme dirait un célèbre couturier de la place tout aussi cachotier lui à une époque avec le fisc français !
a écrit le 04/04/2013 à 11:27 :
12 milliards, ça correspond grosso modo à ce que la Bundesbank va gagner cette année en intérêts sur les "sauvetages" de la Grèce, Irlande, et Portugal. Comme ça, elle pourra vraiment sauver la DB, en disant merci aux grecs, irlandais et portugais. Les intérêts de l'année prochaine serviront à sauver les banques des landers.
Réponse de le 04/04/2013 à 11:54 :
Du vent votre propos aura du sens le jour ou les pays que vous citez pourront rembourser le nominal servant les intérêts que vous citez. Là on est dans le cas d'un prêt in fine qui sera restructuré ad libitum car bien évidemment ces pays ne seront pas en mesure de solder le nominal à l'échéance.
Réponse de le 04/04/2013 à 12:27 :
@Gogol1er : Bien sur que si les pays citez rembourseront leurs dettes ! Le père noël n'existe pas , quand ces pays pourront de nouveaux emprunter sur les marchés à des taux abordable , les dettes seront "switcher" . En d'autres termes , plutôt que de devoir de l'argent à des états "amis"(mais pas trop) ils le devront à des banques . ça ne change rien pour les pays nommer , mais ceci fera décroître la dette des pays prêteur ! Sans compter les intérêt bien sur...
Réponse de le 04/04/2013 à 14:37 :
Bien sur les banques acheteront du papier peu rentable de pays encore fortement endettés..pour faire un rollover de dette souveraine.. elle est belle votre histoire.. bonne nuit les petits.
Réponse de le 04/04/2013 à 15:52 :
Les irlandais vont bientôt retourner sur le marché de la dette, et les portugais suivront. On verra quel sera l'accueil. Quant aux grecs, un prochain plan de sauvetage se passera dans la discrétion, avec un allongement de la maturité. On parie ?
a écrit le 04/04/2013 à 11:11 :
Voilà un bail que de nombreux analystes le disent... mais ce n'était pas "correct" probablement de le révéler plus tôt pour une grande banque allemande...
a écrit le 04/04/2013 à 10:41 :
si la banque n'a pas eu de besoins, je ne vois pas où est le problème ????
Réponse de le 04/04/2013 à 11:10 :
Vous êtes sérieux?
a écrit le 04/04/2013 à 10:27 :
...

Attendons que des journalistes compétent tombent sur l'affaire des comptes faussé des landers...

Rappelons quand même que les banques Allemandes ont étaient invités à faire leurs testaments...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :