Colis Privé entre en Bourse via le SPAC DEE Tech

La plateforme de livraison à domicile Colis Privé vient bientôt s’introduire en Bourse en s’associant avec le SPAC DEE Tech. Ce véhicule coté avait été lancé en juin dernier pour réaliser une acquisition d’une société de technologie permettant de faciliter l’e-commerce. C’est une première pour la nouvelle génération de SPAC arrivé en France depuis 2020. Quatre autres SPAC en France sont attendus sur la concrétisation de leur objectif de rachat d’une cible.

5 mn

L'essor de l'e-commerce, avec un taux de croissance de 10% en 2021, dope l'activité de livraison de colis à domicile.
L'essor de l'e-commerce, avec un taux de croissance de 10% en 2021, dope l'activité de livraison de colis à domicile. (Crédits : Reuters)

C'est la première opération d'acquisition d'un SPAC « nouvelle génération » en France. Cinq mois après sa cotation en Bourse et après avoir levé 165 millions d'euros, le SPAC (Special purpose acquisition company) DEE Tech a enfin trouvé sa « cible », avec Colis Privé, une plateforme technologique de distribution de colis.

Créée en 1993 par Yves Rocher pour contourner les grèves de La Poste, la société a su depuis prendre le virage de l'e-commerce qui dope les livraisons à domicile. Elle se positionne avant tout comme un prestataire technologique pour les distributeurs, dont Amazon, pour leur permettre de suivre la qualité de la distribution à domicile. En clair, la société ne dispose pas de livreurs mais elle contrôle la bonne exécution de la livraison.

Certes, Colis Privé reste un tout petit acteur face aux mastodontes, comme Colissimo (La Poste), DHL ou UPS. Mais il joue habilement de la compétition des géants sur la rapidité de la livraison, clé de la fidélisation pour les sites marchands, pour placer ses outils de gestion et de suivi.

D'où une croissance rapide de son activité et, cerise sur le gâteau, une profitabilité déjà atteinte, autour de 10 % de marge opérationnelle. Lors de sa présentation, le SPAC DEE Tech, mené par Marc Menasé, cofondateur de France Digitale et des anciens de ventesprivées.com, avait pour vocation de racheter « une plateforme facilitatrice du digital et de l'e-commerce ». C'est donc chose faite.

Une opération à 550 millions d'euros

Le SPAC va donc absorber, après le feu vert de ses actionnaires, Colis Privé qui sera, au premier trimestre 2022, la nouvelle entité cotée. L'opération, conseillée par Deutsche Bank (également aux manettes de la création du SPAC), valorise Colis Privé à 550 millions d'euros. Elle devrait se dérouler en deux temps. Tout d'abord, le SPAC va réaliser une augmentation de capital réservée à ses investisseurs de l'ordre de 50 à 80 millions d'euros. Ensuite, les actionnaires de Colis Privé apporteront en partie leurs titres. Au total, les actionnaires du SPAC et de Colis Privé seront répartis moitié-moitié au capital, dont environ 10 % détenu par Amazon, déjà actionnaire de Colis Privé.

« Cette opération montre tout l'intérêt du SPAC, quand il y a des sponsors très pertinents sur un secteur qui sont capables de réaliser des due diligences et d'évaluer les perspectives de développement d'une société, sans doute beaucoup mieux que dans le cadre d'une IPO traditionnelle où les investisseurs ne peuvent pas réaliser les mêmes travaux que les sponsors », estime Julien Fabre, coresponsable de la banque d'affaires de Deutsche Bank en France.

Cette opération de « deSPACing », selon le jargon des financiers, est importante en ce sens qu'elle a valeur de test pour la crédibilité de ces nouveaux véhicules d'investissement qui ont déferlé aux États-Unis depuis deux ans, et dans des proportions beaucoup plus modestes, en Europe. Si Colis Privé se maintient en Bourse après sa cotation, alors que le SPAC, à la fois salué et décrié sur le marché et les régulateurs, pourra trouver toute sa place dans la palette de financement des entreprises de croissance.

Un track record encore faible

Pour l'heure, le track record en Europe est encore bien faible. Le pionnier en France (et en Europe), Mediawan, un SPAC lancé en 2016 sous la houlette du tandem Xavier Niel et Matthieu Pigasse, s'est paradoxalement retiré de la cote quatre ans plus tard, à un prix de 12 euros par action, soit une prime de 20 % pour les investisseurs initiaux.

Motif avancé : se protéger d'une éventuelle OPA, mais aussi parce que la valeur du titre « n'était pas forcément la bonne », selon les sponsors. Ce premier test ne s'avère donc pas vraiment concluant pour le marché, même si Mediawan est devenu aujourd'hui un leader européen de la production audiovisuelle, mais au seul profit de ses investisseurs privés.

C'est donc sur la nouvelle génération de SPACs que tous les regards se portent. A la fin septembre, 23 SPACs ont été lancés en Europe en 2021 (contre 447 aux États-Unis) mais une seule opération de « deSPACing » a été réalisée cette année, exceptée l'annonce sur Colis Privé.

Il s'agit de l'acquisition, annoncée en septembre, de la plateforme de location immobilière allemande HomeToGo par le SPAC Lakestar,une opération qui a valorisé la cible à plus d'un milliard de dollars (41% financés par le Spac). Pour l'heure, le parcours boursier de HomeToGo n'est pas enthousiasmant (-20% à 8 euros l'action) mais la période actuelle est peu porteuse pour la location saisonnière. Il est donc urgent que d'autres opérations d'acquisition se matérialisent dans les prochaines semaines pour valider le concept.

Un marché américain qui repart

Sur le marché américain du SPAC, durement étrillé cet été par la presse (et le régulateur), évoquant bulles et excès en tout genre, le troisième trimestre s'annonce plus porteur. Selon les chiffres de Dealogic, 89 SPAC ont été introduits en Bourse sur la période (contre 60 au deuxième trimestre et... 298 au premier trimestre) et quelque 142 opérations de « DeSPACing » ont été réalisées sur les neuf premiers mois de l'année, pour un volume de plus de 272 milliards d'euros.

« Il y a eu une légère et saine correction sur le marché américain du SPAC et du deSPACing mais le marché est clairement reparti depuis plusieurs semaines. Nous avons d'ailleurs récemment réalisé deux nouvelles introductions de SPAC aux États-Unis et en Europe et accompagné plusieurs opérations de deSPACing ces dernières semaines», observe Julien Fabre.

Le banquier s'attend également en Europe et en France à plusieurs acquisitions dans les prochaines semaines, « de quoi conforter ce type de véhicule d'investissement dans le paysage européen ».

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.