ING n'augmentera pas de 50% son Pdg face au "tumulte"

 |   |  389  mots
Ralph Hamers, 51 ans, Pdg d'ING depuis 2013, a engagé la banque, sauvée de la faillite par l'État néerlandais en 2008, dans une sévère restructuration et un plan de modernisation visant à en faire le Spotify de la banque.
Ralph Hamers, 51 ans, Pdg d'ING depuis 2013, a engagé la banque, sauvée de la faillite par l'État néerlandais en 2008, dans une sévère restructuration et un plan de modernisation visant à en faire "le Spotify de la banque". (Crédits : ING)
Le conseil de surveillance de la banque néerlandaise a reconnu avoir sous-estimé la réaction du public et annoncé, ce mardi 13 mars, qu'il abandonnait son projet de donner au Pdg, Ralph Hamers, une rémunération variable équivalente à la moitié de son salaire fixe. De nombreux politiques s'étaient indignés, dix ans après le sauvetage public de la première banque des Pays-Bas.

Moins d'une semaine après avoir révélé son intention d'augmenter de 50% la rémunération du Pdg, Ralph Hamers, en lui accordant une rémunération en actions équivalente à la moitié de son salaire fixe brut, le conseil de surveillance d'ING, la première banque des Pays-Bas, abandonne cette idée qui a suscité de nombreuses réactions indignées, notamment dans la classe politique néerlandaise. Il a annoncé ce mardi matin qu'il retirait sa proposition qui devait être soumise au vote des actionnaires en assemblée générale, le 23 avril.

"Au cours des derniers jours, de nombreux clients, salariés et autres parties prenantes nous ont exprimé leur opinion", explique Jeroen van der Veer, le président du conseil d'ING. "Nous sommes, en tant que conseil de surveillance, responsable de cette proposition et nous regrettons le tumulte qu'elle a provoquée. Nous réalisons que nous avons sous-estimé la réaction du public sur cette question clairement sensible."

Afin d'éviter "un débat public qui porte préjudice à ING et ses salariés", le conseil va donc revoir la façon de mettre en place "une politique de rémunération durable et compétitive."

Le gouvernement prêt à bloquer l'augmentation

Ralph Hamers, 51 ans, Pdg depuis 2013, a engagé ING dans une sévère restructuration et un plan de modernisation visant à en faire "le Spotify de la banque".

Sa rémunération totale serait passée de 1,98 million d'euros à 3,045 millions, dont 1,75 million de fixe (+2,2%), 875.00 euros de rémunération en actions et 420.000 euros de prime variable.

ING rémunération Hamers

[Extrait du rapport annuel 2017 d'ING]

Des clients de la banque au lion orange auraient même fermé leurs comptes en signe de protestation, selon des informations de presse.

En pleine campagne électorale, à la veille des municipales du 21 mars, toute la classe politique néerlandaise s'était mobilisée contre cette hausse spectaculaire de la rémunération du patron de la banque, sauvée de la faillite par l'injection de 10 milliards d'euros d'argent public lors de la crise financière de 2008. Le gouvernement avait indiqué qu'il cherchait les moyens juridiques d'empêcher cette augmentation.

"C'est la seule bonne issue à ce débat", a déclaré le ministre des Finances néerlandais Wopke Hoekstra, saluant "une décision sensée", cité par l'agence de presse néerlandaise ANP.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/03/2018 à 12:20 :
Ça ferait combien par employés de distribuer tout ça ? Dix euros chacun ? Il sera moins motivé s'il n'est pas augmenté ?? Les employés ING ils ont des salaires en croissance ou plafonnés/figés ? Le patron est à part ? Y a deux mondes.
Réponse de le 13/03/2018 à 17:57 :
"Ça ferait combien par employés de distribuer tout ça ? "

En parlant de ça.

La colère monte chez les salariés de Carrefour qui devraient toucher cette année une cinquantaine d'euros de participation, contre plus de 600 euros l'an dernier, une "double peine" après l'annonce de milliers de suppressions d'emplois, a-t-on appris vendredi de sources syndicales. Des débrayages ont déjà eu lieu dans des entrepôts à ce sujet, ont indiqué à l'AFP les syndicats FO et CFDT.
Michel Enguelz (FO) a évoqué "la colère (qui) monte" chez les salariés. Ils sont "très remontés" et perçoivent comme une "aumône" cette participation, a renchéri Sylvain Macé (CFDT). Surtout au regard des dividendes qui seront versés aux actionnaires (plus de 350 millions d'euros), ont souligné les deux syndicats.
a écrit le 13/03/2018 à 11:21 :
On est chez les fous. Les patrons de ces énormes boites ont une pression hallucinante, ils doivent compenser la méconnaissance totale des actionnaires concernant leur propriété tout en leur devant des comptes en permanences.

Et bien entendu ce sont eux que les médias exposent alors que les actionnaires milliardaires ne font rien pour leurs propriétés, gagnent cent fois plus que les patrons, ne perdent jamais d'argent pire lui coutent une décrue massive d'investissement.

Quand les médias vont ils enfin se mettre à montrer du doigt les véritables responsables de ces massacres économiques et sociaux svp ? Quand ils n'appartiendront plus aux mêmes propriétaires certainement...

Je suis désolé mais les salaires de ces grands patrons sont, pour la plupart, entièrement justifiés puisque endossant les responsabilités, en plus des leurs déjà lourdes, qui sont celles des propriétaires, dommage que ceux-ci soient trop repus à la soumission et la vassalité vis à vis des actionnaires pour se rebeller, ils prennent leur rôle de fusible bien trop à la légère.
Réponse de le 13/03/2018 à 13:26 :
sauf que ce type na pas eu une pression enorme. La boite a été sauvé par l Etat avec 10 milliards d'argent publique
Réponse de le 13/03/2018 à 16:08 :
Et en quoi est-il responsable de ce fait ? Si ses patrons estiment qu'il est bon il reste s'ils estiment qu'il est mauvais ils le virent, du coup toutes les erreurs que commet un patron dans l'exercice de ses fonctions est de la responsabilité directe du ou des propriétaires de la société.

C'est quand même un poste ultra important à surveiller sans arrêt tandis que lui fait tout, la seule charge qu'il revient aux actionnaires est de le surveiller.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :