Le gouverneur de la Banque de France tacle l'innovation bancaire

 |   |  364  mots
Parmi les technologies épinglées par le gouverneur, le trading haute fréquence (THF) qui, selon lui, en plus d'une utilité économique [...] contestable, pourrait nuire à la capacité de résistance des marchés financiers en cas de tensions.
Parmi les technologies épinglées par le gouverneur, le trading haute fréquence (THF) qui, selon lui, en plus d'une "utilité économique [...] contestable", "pourrait nuire à la capacité de résistance des marchés financiers en cas de tensions". (Crédits : Reuters)
En ouverture de la conférence sur les moyens de paiements vendredi, le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, a pointé du doigt les écueils de l'innovation bancaire.

Ces dernières années, les moyens de paiement se sont largement dématérialisés notamment via les technologies mobiles, en particulier les smartphones dont le coût peut dissuader une partie de la population. L'innovation pourrait menacer l'industrie financière et être générateur de "fragmentation sociale" si les plus démunis ne peuvent accéder aux nouveaux moyens de paiement.

Cela "pourrait conduire à une certaine fragmentation sociale, si les nouveaux moyens de paiement sont moins accessibles aux plus démunis", a averti le gouverneur de la Banque de France.

Outre les problèmes de fraude et de sécurité, "l'innovation technologique pourrait menacer la stabilité financière sur le long terme, en raison du processus d'automatisation accrue que nous observons ces dernières années", a ajouté le gouverneur.

"La profusion actuelle de nouvelles technologies, de normes et de protocoles" constitue "un risque potentiel de fragmentation des marchés", en raison de leur manque d'interopérabilité, a dit le gouverneur lors d'une conférence sur l'innovation des moyens de paiements.

Le THF et la Blockchain épinglés

Parmi les technologies épinglées par le gouverneur, le trading haute fréquence (THF) qui, selon lui, en plus d'une "utilité économique [...] contestable", "pourrait nuire à la capacité de résistance des marchés financiers en cas de tensions".

Egalement visés, de nouveaux services tels que les "contrats intelligents intégrés à une blockchain", susceptibles de "créer de nouveaux mécanismes de transmission des chocs" ou de déboucher sur "de nouvelles formes d'interdépendances" et "être une source potentielle d'instabilité financière", a-t-il ajouté.

La technologie de la Blockchain, vaste registre numérique partagé permettant de tracer et de sécuriser des échanges, notamment financiers, fait l'objet actuellement d'un investissement des majeures banques mondiales qui en espèrent des économies d'échelle de grande ampleur de manière plus sécurisée. Un consortium de plus 70 institutions financières internationales, comprenant entre autres Morgan Stanley, HSBC, UBS, Credit Suisse, Barclays, Société Générale, CommerzBank, s'est associé depuis 2015 à la startup R3 pour développer l'utilisation de la Blockchain dans le système financier mondial via des applications commerciales.

(avec l'AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/01/2017 à 15:05 :
"Cela pourrait conduire à une certaine fragmentation sociale "

Pourquoi "pourrrait" , c'est déja le cas.
a écrit le 10/01/2017 à 10:08 :
Le THF permet de faire des transactions qui échappent à la perception humaine sur des marchés organisés, publics, et donc surveillés en principe : les autorités réglementaires qui n'ont pas eu le courage de l'interdire ont perdu toute légitimité.
Et l'organisation n'est plus organisée, mais plus du tout...
Réponse de le 10/01/2017 à 11:59 :
Le virtuel et les robots de la finançe ont pris le pas sur le réel !!! attention à l'explosion mais là tout le monde en sourit....
a écrit le 10/01/2017 à 9:40 :
Vous penseriez donc que la finance serait irresponsable vous aussi ?

Non voyons, aucune chance...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :