Le Grand Paris émet son 3ème green bond d'un milliard d'euros

 |   |  256  mots
(Crédits : SGP)
La société chargée de la construction du supermétro francilien Grand Paris Express a attiré plus de 100 investisseurs de 15 pays pour sa troisième obligation verte en sept mois.

Avec le printemps, refleurissent les obligations vertes. La Société du Grand Paris a annoncé ce vendredi avoir émis jeudi 23 mai son troisième green bond, d'un montant de 1 milliard d'euros et d'une durée de 30 ans. L'entreprise publique chargée de piloter la construction du supermétro francilien Grand Paris Express avait émis sa toute première obligation à 10 ans en octobre 2018, pour un montant de 1,75 milliard d'euros, et elle était revenu sur les marchés avec une obligation à 15 ans en mars 2019, pour 2 milliards d'euros.

Ces "green bonds" font partie d'un programme de "Green Euro Medium Term Notes" (EMTN), d'un montant de 5 milliards d'euros, qui permet à l'émetteur de revenir sur le marché sans la contrainte de republier à chaque fois toute la documentation nécessaire.

« Le succès de notre troisième émission obligataire confirme la confiance renouvelée des investisseurs institutionnels internationaux dans notre choix d'un financement public, vert et de long terme. Avec cette nouvelle opération, la Société du Grand Paris étend la maturité de son financement dans un contexte de taux d'intérêts à long terme plus bas. La Société du Grand Paris poursuit également la diversification de son financement et de sa base d'investisseurs en rassemblant plus de 100 investisseurs émanant de plus de 15 pays » a commenté Thierry Dallard, le président du directoire de la Société du Grand Paris.

La demande a été forte, avec un livre d'ordres proche de 3 milliards d'euros. Les banques cheffes de files étaient Crédit Agricole CIB, Goldman Sachs, HSBC, J.P. Morgan.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/05/2019 à 11:59 :
"Les banques cheffes de files étaient Crédit Agricole CIB, Goldman Sachs, HSBC, J.P. Morgan."

Quels nouveaux sacrifices il faudra faire pour ensuite alimenter la finance ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :