PODCAST La France peut-elle devenir une blockchain nation ?

 |   |  155  mots
(Crédits : DR)
Personne ne veut rater la « révolution Blockchain » et surtout pas la finance : elle est le premier secteur à s’être activement intéressé à la technologie Blockchain, née avec la monnaie virtuelle bitcoin. Jeudi 18 avril, "La Tribune" organisait son premier sommet sur la blockchain. Nous vous proposons de vivre ou revivre les meilleurs tables rondes sous forme de podcast.

Quelle place pour l'Europe sur la carte mondiale de la Blockchain ? La France est-elle en retard ? Quels sont ses atouts et ses freins (compétences, régulation, fiscalité, droit au compte) ? Peut-elle et doit-elle devenir un pays de minage ? Quelle stratégie européenne pour la Blockchain entre les géants américains et chinois ? Comment harmoniser la fiscalité et le cadre juridique ?

  • Arnaud de Bresson, Délégué général de Paris Europlace
  • Ludovic Courcelas, Responsable stratégie gouvernement de ConsenSys, pilote de l'Observatoire et du Forum Blockchain de l'UE
  • Laure de la Raudière, Députée d'Eure et Loir, Membre de la commission des affaires économiques à l'Assemblée nationale
  • Hubert de Vauplane, Associé chez Kramer Levin, Avocat au Barreau de Paris
  • Joëlle Toledano, Professeure d'économie, Présidente du groupe de travail Blockchain de France Stratégie

Modération: Philippe Mabille - Directeur de la rédaction de La Tribune

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/05/2019 à 22:54 :
Virtualiser les choses, c'est s'éloigner du réel afin de manipuler le mental!
a écrit le 10/05/2019 à 17:23 :
La blockchain n'est qu'un moyen technique, elle n'est pas un but en soi.
Adopter la blockchain dans le monde bancaire va remettre en question une partie de l'utilité de Swift mais également va obliger tous les acteurs bancaires à être transparent car les manipulations monétaires serons rendues impossibles grâce à la certification des écritures via la BDD distribuée de la blockchain.
Il n'est pas du tout certain que toutes les banques mondiales soient intéressées.
Par contre dans la zone euro si tous les acteurs bancaires adoptaient la blockchain cela permettrait d'éviter bon nombre de scandales à l'avenir et permettrait de mettre en place des règles bancaires communes de gestion des financement, des virements et des opérations monétaires. Néanmoins cela obligerait une transparence à laquelle ne serait pas forcément prête toutes les banques à moins d'une obligation réglementaire stricte et incontournable.
Cela supprimerait de fait une bonne partie de l'économie grise bancaire mais également une partie des profits certes parfois illégitimes.
Tout cela dépend éminemment d'une décision politique mais également d'accord au sein de la zone euro et au niveau international.
a écrit le 10/05/2019 à 17:22 :
La blockchain n'est qu'un moyen technique, elle n'est pas un but en soi.
Adopter la blockchain dans le monde bancaire va remettre en question une partie de l'utilité de Swift mais également va obliger tous les acteurs bancaires à être transparent car les manipulations monétaires serons rendues impossibles grâce à la certification des écritures via la BDD distribuée de la blockchain.
Il n'est pas du tout certain que toutes les banques mondiales soient intéressées.
Par contre dans la zone euro si tous les acteurs bancaires adoptaient la blockchain cela permettrait d'éviter bon nombre de scandales à l'avenir et permettrait de mettre en place des règles bancaires communes de gestion des financement, des virements et des opérations monétaires. Néanmoins cela obligerait une transparence à laquelle ne serait pas forcément prête toutes les banques à moins d'une obligation réglementaire stricte et incontournable.
Cela supprimerait de fait une bonne partie de l'économie grise bancaire mais également une partie des profits certes parfois illégitimes.
Tout cela dépend éminemment d'une décision politique mais également d'accord au sein de la zone euro et au niveau international.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :