SFR prépare son Altice Bank pour l'an prochain

L’opérateur télécom, qui avait déposé la marque Altice Bank à l’INPI à l’automne dernier, a fait une demande de licence auprès de la Banque centrale européenne. Le lancement serait envisagé fin 2018 début 2019, avec un partenaire innovant.
Delphine Cuny

5 mn

Patrick Drahi, le fondateur principal actionnaire d'Altice, lors de l'introduction en Bourse à New York de sa filiale américaine le 22 juin dernier.
Patrick Drahi, le fondateur principal actionnaire d'Altice, lors de l'introduction en Bourse à New York de sa filiale américaine le 22 juin dernier. (Crédits : Reuters)

 [Article mis à jour à 16h15]

« Les banques seront de plus en plus face aux opérateurs téléphoniques en France mais aussi en Europe et en Afrique », déclarait la semaine dernière le patron de la Société Générale, Frédéric Oudéa. A quelques semaines du lancement d'Orange Bank (reporté du 6 juillet à la rentrée), un autre opérateur se prépare, son concurrent SFR et sa maison-mère Altice dont il va prendre le nom. Tout le petit monde des télécoms et celui de la banque avaient bien remarqué que le groupe de Patrick Drahi avait déposé en octobre dernier auprès de l'office européen de la propriété intellectuelle (et de l'INPI) la marque à l'échelle européenne Altice Bank, par la société Next Luxembourg, holding de la galaxie Altice. La marque vient tout juste d'être officiellement enregistrée. Son rival Free avait déposé la marque française FreeBank, il y a plusieurs années.

Le groupe convergent de médias et de télécoms envisage sérieusement un nouveau métier puisqu'il a déposé une demande d'agrément auprès de la Banque centrale européenne (BCE), selon le Parisien. Une information corroborée par une source proche, mais qu'Altice ne dément pas ni ne confirme officiellement. Interrogée, la BCE ne fait pas de commentaire. L'institution européenne pourrait rendre son avis sur la demande de licence bancaire « avant la fin des vacances d'été » selon le journal. En octobre dernier, nous citions une source bien informée qui affirmait que « SFR est en train de s'agiter sur la question. Patrick Drahi aurait fait part de son mécontentement à Michel Combes sur l'absence d'initiative dans ce domaine. »

L'intérêt d'une licence européenne pour Altice est de pouvoir opérer en France mais aussi au Portugal, où il est également présent (sous la marque Portugal Telecom). Il y a d'ailleurs une filiale ayant le statut d'établissement de paiement PT Pay qui a lancé un porte-monnaie virtuel, Meo Wallet.

Altice Bank dépôt marque EUIPO

[La demande a été déposée le 18 octobre dernier auprès de l'office européen de la propriété intellectuelle et la marque enregistrée ce 13 juillet.]

Cherche partenaire innovant

L'opérateur chercherait depuis plusieurs mois « un partenaire innovant » et aurait, pour cela, pris contact avec plusieurs startups de la Fintech. Il existe des dizaines de "néobanques" en Europe, parmi les plus dynamiques l'allemande N26, la britannique Atom Bank ou la suédoise Klarna qui vient d'obtenir une licence bancaire utilisable dans toute l'Europe et se voit en futur "Ryanair de la banque". Cependant, plusieurs d'entre elles ont été rachetées par des banques, faute de reins suffisamment solides, à l'image de l'allemande Fidor par le groupe BPCE (Banques Populaires Caisses d'Epargne), de Compte Nickel par BNP Paribas et de Morning par la Banque Edel du distributeur E. Leclerc.

Le lancement d'Altice Bank serait envisagé entre la fin 2018 et le printemps 2019. De quoi laisser Orange Bank, qui a reporté son lancement grand public à cause de bugs, essuyer les plâtres.

Un partenaire permettrait à Altice de ne pas développer par lui-même toute l'application de virement, transfert d'argent et suivi en temps réel des dépenses et du solde, le standard des néobanques. Ceci dit, l'opérateur télécoms de Patrick Drahi n epart pas de zéro. Il a déjà réalisé plusieurs incursions dans le paiement, avec plus ou moins de succès.  En 2012, sa carte bancaire prépayée SFR PayCard, proposée avec Mastercard et l'allemand Wirecard, avait été un flop et arrêtée deux ans plus tard. En revanche, outre-mer, une carte similaire signée Visa, d'une autre société du groupe Altice, OPS, qui a le statut d'établissement de paiement, fonctionne plutôt bien. L'opérateur propose aussi sa solution SFR Pay, qui permet de régler certains services sur sa facture mobile directement depuis son smartphone, par exemple l'achat de vidéos sur Dailymotion, un abonnement à Meetic, ou le stationnement à Marseille. ll y a deux ans, SFR avait monté sa business unit « m-paiement, m-banking et smart services », dont la directrice indique sur son profil professionnel que sa mission consiste entre autres en l'« élaboration d'une stratégie de diversification dans le secteur bancaire (Banque Mobile) ».

Pour un opérateur télécoms, la banque mobile recèle la promesse de générer des revenus supplémentaires (crédit à la consommation par exemple) par abonné chaque mois en s'appuyant sur sa large base de clientèle et en grande partie sur des infrastructures existantes, notamment son réseau de boutiques. L'espagnol Telefonica a récemment lancé du crédit conso en ligne, en partenariat avec CaixaBank. Cependant, Orange lui-même a reconnu qu'il avait sous-estimé le caractère très contraignant de la réglementation bancaire. Il a également prévenu qu'il dégagerait des pertes de 100 millions d'euros la première année et n'arriverait à l'équilibre que d'ici cinq ans.

Delphine Cuny

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 15/07/2017 à 8:55
Signaler
une entreprise qui a plus de dette que de recette a le droit de créer une banque alors toute les entreprise en difficulte doivent faire de meme

à écrit le 13/07/2017 à 12:51
Signaler
C'est vraiment des bisounours, les operateurs telecoms n'ont pas compris que pour aller dans la banque il faut un systeme informatique complexe et payer cher la data notamment sur le réglementaire... les places sont cheres et ils veulent faire du ...

à écrit le 13/07/2017 à 11:58
Signaler
Ha la la la la... les serviteurs hypocrites qui explosent de rire à la moindre blague pitoyable de leurs maitres, quelle horreur. Faut pas s'étonner ensuite d'avoir des dirigeants aussi médiocres hein, ces derniers ne sont pas complètement fautifs. ...

le 13/07/2017 à 16:55
Signaler
Vu son traitement biaisé de l'info et la manière dont il fait du business ça promet... Remarque la banque est tellement régulée que ce sera peut être un moyen de voir ce mafieux se crasher. Super l'indépendance et l'éthique en tout cas, opérateur ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.