Société Générale rassure en renforçant son capital

 |   |  751  mots
(Crédits : Reuters)
La banque française a atteint son objectif de ratio de fonds propres de 12%, grâce aux cessions notamment. Ses résultats sont en baisse au deuxième trimestre, du fait de provisions pour restructuration, mais supérieurs au consensus. L'activité dans la banque de détail en France se redresse. L'action a gagné plus de 5%.

[Article mis à jour à 18h35]

Très attendue sur sa solvabilité, la Société Générale s'est montrée au rendez-vous. Elle a même dépassé les attentes des analystes sur le renforcement des fonds propres, avec un ratio de capital "dur" (Common equity tier one, CET1) de 12%, et sur ses résultats du deuxième trimestre, publiés ce jeudi 1er août, pourtant en nette baisse. Le bénéfice net a reculé de 13,9% à 1,054 milliard d'euros sur le trimestre, sous le poids notamment d'une provision pour restructuration de 227 millions d'euros dans les activités de "Grande clientèle et solutions investisseurs" (la banque de financement et d'investissement ou BFI).

« Société Générale confirme la bonne exécution de son plan stratégique avec deux objectifs financiers prioritaires : l'accroissement de son niveau de capital et l'amélioration de la rentabilité. Nous avons notamment atteint, en ce semestre, notre cible de Core EquityTier 1 de 12% » s'est félicité Frédéric Oudéa, le directeur général du groupe, cité dans le communiqué.

Lors d'une conférence téléphonique, il s'est dit « extrêmement confiant » sur la capacité du groupe à atteindre ses objectifs financiers et non financiers. Cet objectif de 12% était visé en 2020.

« Au-dessus des attentes sur le capital, ce qui devrait rassurer le marché [...]. Sur la base de ce qui a été réalisé au premier semestre, le débat sur le capital n'est plus un sujet, s'ils sont capables de tenir leur plan » ont commenté les analystes de Jefferies.

Les investisseurs ont bien accueilli ces annonces : l'action Société Générale a gagné plus de 5,8% ce jeudi, signant la plus forte hausse du CAC 40. La banque au logo rouge et noir pèse 19,9 milliards d'euros, ce qui en fait la troisième capitalisation bancaire française, derrière BNP Paribas (53,9 milliards d'euros) et Crédit Agricole (31,7 milliards). Le titre Soc Gen accuse un repli de plus de 7% depuis janvier, quand le CAC 40 affiche un gain de 17%.

Bonne surprise dans le détail en France

L'amélioration du ratio de capital provient du programme de cessions d'actifs (encore récemment Eurobank en Pologne), du versement de la moitié du dividende sous forme d'actions et de la réduction de consommation de capital dans les activités de marché.

Du côté des revenus, le produit net bancaire du groupe est en repli de 2,6% à 6,284 milliards d'euros. Dans la BFI, les revenus ont reculé de 6,1%, plombés par les activités de marché encore à la peine (-9,2%). A l'international, les revenus ont augmenté de 2,4%.

La bonne surprise est venue de la banque de détail en France où l'activité a progressé de 2,1% (hors provision PEL/CEL). Elle est quasi stable sur le semestre (-0,6%) « dans un environnement de taux toujours bas » souligne la banque, qui vise une évolution de ses revenus entre 0% et -1% cette année, avant un retour de la croissance en 2020. Interrogé sur la perspective d'une baisse des taux en Europe, évoquée ouvertement par la Banque centrale européenne (BCE) la semaine dernière, le directeur général s'est voulu rassurant.

« La baisse des taux touche fondamentalement la banque de détail. Or seulement 10% de nos revenus sont directement impactés par les taux en zone euro, sur la marge sur les dépôts collectés essentiellement. Nous ne changeons pas notre "guidance" annuelle ni celle de 2020 pour notre banque de détail en France. La marge d'intérêt progresse en dépit de la baisse de la marge de dépôt. Nous entendons développer notre fonds de commerce » a répondu Frédéric Oudéa, lors de la conférence téléphonique.

Selon le directeur financier, William Kadouch-Chassaing, Société Générale aurait « l'une des meilleures rentabilités dans la banque de détail en France en termes de rendement des capitaux employés, à 12,6% sur le trimestre. » Le résultat d'exploitation de la division (Soc Gen, Crédit du Nord, Boursorama) est en hausse de 2,5% mais le résultat net en repli de 3,7%, du fait de la hausse du coût du risque , la banque évoquant « quelques dossiers de place » (Rallye et Bourbon vraisemblablement).

La banque en ligne Boursorama, numéro un en France, a gagné 137.000 clients sur le trimestre et s'approche des 1,9 million de clients à fin juin : elle dépassera son objectif de 2 millions, prévu initialement en fin d'année, probablement en septembre. Elle vise désormais les 3 millions de clients en 2021.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/08/2019 à 12:42 :
On peut, on doit, se féliciter de la bonne tenue de nos banques en France, dans un environnement qui s'est terriblement complexifié (régulation) et taux TROP BAS! C'est loin d'être le cas pour les banques des autres pays de la zone Euro où les risques dus à l'absence de profitabilité sont trop élevés. Les politiques jouent avec le feu.
Réponse de le 01/08/2019 à 17:31 :
BH a écrit le 01/08/2019 à 12:42
@BH 01/08/2019 12:42
Vous avez peut-être raison sur la situation des banques françaises. Le ratio CET-1 de SG a très légèrement augmenté à 12% par rapport au stress test de 2018 (voir site BCE). Lors des stress tests de 2018, une banque étrangère renommée - que je nomme pas - et qui est actuellement (elle l'était avant) au bord du gouffre, obtenait un CET-1 de 13.5%.
Il est intéressant de constater ce ratio CET-1 dans le scénario où tout va mal.
Sans être trop défaitiste, il faut se méfier.
Cordialement
a écrit le 01/08/2019 à 11:04 :
Quand on vous dit que les banques sont plus prés du parasite que du symbiote, "il ne faut pas les croire, ce sont des jaloux"! Surtout quand les entreprises se délocalisent faute de soutien!
a écrit le 01/08/2019 à 10:51 :
Alors qu'est ce qu'ils racontent les delamarche & compagnie ! On est au cirque ou quoi !
Ils parlent de leviers de 40 ! on en est loin.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :