COP 21 : dernier arrêt avant le désastre

 |   |  899  mots
L'espoir, c'est que la COP21 ouvre le chemin pour accélérer la transition énergétique en cours. Les plus grandes entreprises, notamment financières, commencent à le faire, et à se désinvestir du charbon
L'espoir, c'est que la COP21 ouvre le chemin pour accélérer la transition énergétique en cours. Les plus grandes entreprises, notamment financières, commencent à le faire, et à se désinvestir du charbon (Crédits : reuters.com)
A la veille de l'ouverture de la conférence des Nations Unies sur le climat, retour sur les enjeux cruciaux d'une négociation mondiale qui doit faire date. Par Philippe Mabille.

Vingt-trois ans après le Sommet de la Terre à Rio, c'est dans un Paris transformé en camp retranché face à la menace du terrorisme, qui a ensanglanté la capitale le 13 novembre dernier, que le monde a rendez-vous avec l'Histoire. Quel symbole, dans le climat de tension extrême qui règne depuis la mi-novembre, que de tenir cette COP21 dans la Ville Lumière, à laquelle le monde entier a rendu hommage après l'attaque revendiquée par l'État islamique.

Placée sous l'égide de l'ONU - dont les soldats sécuriseront la zone de négociation au Bourget, en plus de 120.000 policiers, gendarmes et militaires mobilisés dans toute la France (2.800 à Paris) -, la « conférence des parties » va offrir aux 195 pays concernés (196 avec l'Union européenne) et aux 147 chefs d'État et de gouvernement attendus dimanche 29 et lundi 30 novembre pour l'ouverture de ce grand barnum climatique, une occasion unique de montrer aux peuples du monde qu'ils sont à la hauteur des responsabilités qui leur ont été confiées.

Si rien n'est fait, l'irréversible se produira dans vingt-et-un ans

Certes, on sait que l'accord sera très insuffisant : limiter à 2°C ou moins la hausse moyenne de la température sur Terre d'ici à la fin du siècle, par rapport à la période préindustrielle, c'est un peu comme l'objectif de 3% du PIB de déficit imposé par le Traité de Maastricht en Europe : un miroir aux alouettes. Certains disent qu'il est trop élevé et que la planète se dirige tout droit vers la « sixième extinction », celle de l'humanité. D'autres, plus sérieux, contestent la méthode, peu efficace il est vrai, puisque selon les derniers « calculs », sur la base des contributions nationales volontaires reçues, le réchauffement serait plus proche des 3°C.

D'après les climatologues, la COP21 de Paris est le dernier arrêt avant le désastre. Le « budget carbone », c'est-à-dire pour simplifier la quantité de CO2 que nous, humains, pouvons encore rejeter dans l'atmosphère, se réduirait encore plus rapidement que nous ne le pensions. Au rythme actuel des émissions, il ne nous resterait que vingt et un ans avant que la barre des 2°C ne soit franchie, et que les conséquences dramatiques du réchauffement deviennent irréversibles.

Les pays les plus déterminés, parmi lesquels les micro-îles menacées par la montée des eaux, voudraient même que l'objectif soit ramené à 1,5°C, ce qui ne nous laisserait alors que six ans, ce qui semble encore plus irréaliste.


Pas de succès de la COP21 sans solidarité financière

Beyrouth, le Sinaï, Paris, Bamako, Tunis : même s'il est délicat de rapprocher ces attaques terroristes de la COP21 à Paris, il est difficile aussi d'éviter de lier le défi climatique et celui posé par la montée de l'islamisme radical, qui a multiplié les attentats depuis le début de l'automne. Le premier lien, c'est l'enjeu de développement Nord-Sud. Car il n'y aura pas de succès de la COP21 sans solidarité financière entre les pays riches et les pays en développement. Or, le Fonds vert de 100 milliards de dollars annuels, que veut l'ONU pour aider les pays pauvres, peine à voir le jour.

La deuxième connexion, c'est de prendre la mesure de la violence extrême que pourrait engendrer le réchauffement climatique : sécheresse, comme actuellement en Syrie, mais aussi montée des eaux et inondations. Le flot actuel de réfugiés de guerre qui prennent tous les risques pour rejoindre l'Europe pourrait être décuplé par celui des réfugiés climatiques. Et le terrorisme de l'État islamique ou de ses avatars ne pourra que prospérer sur cette misère. On ne pourra pas dire que nous n'avons pas été prévenus ! Ce n'est pas seulement en fermant ses frontières, comme c'est le cas actuellement, que l'Europe se protégera.

Pour autant, il reste des raisons d'être optimistes, car la COP21 pourrait bien enclencher une nouvelle dynamique. Tous les pays commençant à être touchés, la prise de conscience est devenue globale et l'entrée dans la négociation de la Chine et des États-Unis est un motif d'espérance.


Convaincre les opinions publiques

L'espoir, c'est que la COP21 ouvre le chemin pour accélérer la transition énergétique en cours. Les plus grandes entreprises, notamment financières, commencent à le faire, et à se désinvestir du charbon. Les grandes métropoles, qui se réuniront à Paris en marge de la COP21, sont aussi à l'initiative pour économiser l'énergie dans le bâtiment ou les transports. Avec les progrès technologiques, une nouvelle économie, au carrefour de l'écologie et du numérique, fait son apparition et ouvre la voie à une civilisation inédite.

Reste le plus difficile : convaincre les opinions publiques, celles des pays riches - et encore plus celles des pays en développement, qui aspirent à un mode de vie à l'occidentale -, de l'urgence de changer nos comportements individuels. De ce point de vue, il est regrettable que la question du prix du carbone ne soit pas placée au coeur de la négociation, car ce serait sans doute le levier le plus efficace pour aller vers une économie décarbonée, surtout dans une période où les prix des énergies fossiles sont aussi faibles.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/12/2015 à 14:43 :
Que cette Conférence Mondiale sur le Climat ne soit pas un lieu où il y aura que des beaux discours mais plutôt où il y aura des solutions et des engagements respectés des pollueurs car l'Afrique ne pollue pas et devrait être subventionnée afin de préserver ses espaces verts.
a écrit le 30/11/2015 à 19:16 :
Les attentats ont terni cette conférence qui est la première dans l'histoire à réunir autant de pays du monde, pour un objectif qui de plus n'est pas à court terme mais à plus de 10 ans et bien au delà. C'est aussi la première fois que des engagements déjà pris permettent d'amorcer un virage positif. Les français râlent à courte vue comme d'habitude mais objectivement cette conférence n'est pas rien et va de pair avec une transition énergétique qui s'est clairement amorcée dans le monde et désormais tous les pays, si l'on veut bien se donner la peine d'analyser les chiffres et graphiques sur plusieurs années. Une question peut se poser dans les liens avec le terrorisme : c'est Daech qui a revendiqué les attentats de Paris et qui finance toujours Daech ? : notamment de grandes familles richissimes de pays pétroliers qui eux veulent éviter des engagements en faveur du climat... Sans en tirer de conclusions trop rapides, ces attentats n'étaient peut-être pas un hasard pour les commanditaires et fournisseurs d'appuis.
a écrit le 30/11/2015 à 13:44 :
la démographie !
a écrit le 30/11/2015 à 13:26 :
Qu'il y ait du changement personne n'en doute
Sera t il désastreux ? C'est moins sur
Il faudra juste s'adapter
Réponse de le 30/11/2015 à 19:20 :
Je suis retraitée à Soulac sur Mer, mon immeuble va s'effondrer avec la montée des eaux aux prochaines marées. J'ai encore un crédit dessus et n'ai pas les moyens de partir. Je fais comment pour m'adapter ? J'achète une bouée en plastique ou vous m'hébergez ?
Réponse de le 30/11/2015 à 20:24 :
La nature est dangereuse et attendre la retraite pour s'en rendre compte est plutôt surprenant.

C'est beau une fenêtre avec vu sur la mer , une petite maison a coté d'une petite rivière , un petit chalet en haute montagne ...Mais ça présente un risque. Et ça depuis la nuit des temps!!!

Achetez une caravane et visitez le monde pour connaître cette terre que vous semblez n'avoir jamais ressentie.
a écrit le 30/11/2015 à 13:25 :
Alors profitons vite de la vie si le désastre est pour demain

Bon 2 degrés de plus aujourd'hui ca me ferait des économies de chauffage

Tout est il si noir ???
Réponse de le 30/11/2015 à 19:27 :
J'habite l'Irak. tout comme en Iran et bien d'autres pays nous avions des maximales de moins de 50°C ce qui était déjà intenable et aucune culture possible. Désormais nous dépassons les 60° C et plus encore avec le ressenti. Si vous voulez faire des économies de chauffage, n'hésitez pas, même la clim ne marche plus de manière satisfaisante à ce stade de température, je suis prête à échanger nos lieux d'habitation vous ferez ainsi d'énormes économies car en plus vous n'aurez même pas faim et l'eau on n'en trouve plus. Venez voir et vivre sur place la vie en rose...
a écrit le 30/11/2015 à 12:39 :
Pour convaincre les opinions publiques il faudrait d'abord réduire les inégalités croissantes comment demander à un pauvre d'un pays sous développé ou développé de faire un effort quand on voit le gaspillage des plus riches! Le bilan carbone de cette conférence avec ces 150 chef d'état est l'exemple parfait de ce qu'il ne faut pas faire. si l'on est développement durable on fait une visioconférence! c'est ce que l'on va nous demander mais les chef d'état experts et journalistes eux ne se sentent pas concernés et nous assènent sans réfléchir la propagande du GIEC . Pour qu'il y ait adhésion il faut qu'il y ait débat or on n'a que propagande à sens unique. et ce n'est pas en proposant des scénarii les plus catastrophiques les uns que les autres que l'on mobilise la peur est souvent mauvaise conseillère!
Réponse de le 30/11/2015 à 19:43 :
L'alerte sur le réchauffement climatique d'origine humaine a commencé avant même que le suédois Arhénius ne le décrive déjà très bien dès 1895. Alors les débats n'ont pas manqué depuis le temps. Le GIEC n'est qu'une petite administration de quelques personnes. Le fondement des travaux et experts repose désormais sur des dizaines de milliers de scientifiques de plusieurs disciplines depuis plus de 40 ans. Les inégalités existent depuis que le monde existe, avec des hauts et des bas, alors s'il faut attendre de les réduire autant attendre la cinglinglin. Une visioconférence c'est bien mais lorsqu'il s'agit d'engagements sur des sujets très tendus avec des intérêts notamment économiques énormes, il est plus facile d'entraîner tout le monde directement qu'à distance. C'est regrettable mais c'est physique une négociation de ce type. On ne peut pas se défiler aussi facilement quand une majorité de votre entourage est là et réagit immédiatement à vos positions. de plus de nombreux sujets et échanges croisés sont à effectuer, ce que ne peut pas faire une seule visioconférence globale et alors qu'il faut prendre une décision en même temps. C'est la raison pour laquelle la plupart des négociations importantes réunissent les principaux acteurs concernés. Cà a un coût financier et climatique regrettable mais il est epsilon par rapport aux engagements déjà pris. La COP21 est la première dans l'histoire à réunir autant de pays et s'avère déjà un tournant positif pour le climat avec les engagements déjà pris. Historiquement c'est donc déjà important et çà n'aurait pas dû vous échapper...si vous réfléchissiez un peu plus !
a écrit le 30/11/2015 à 12:32 :
Ouf, quel titre "avant le désastre", qu'est-ce que ça va être quand on va voir se pointer dans nos télescopes 2014 HQ124 !!
a écrit le 30/11/2015 à 12:01 :
C'est la fin du monde si les peuples ne passent pas au tiroir caisse ? Mais qu'est ce que c'est que ce chantage ? Et dans toute cette histoire à dormir debout, aucune place n'a été donnée aux experts climatiques qui dénoncent cette propagande et notamment " the nongourvenmental international panel of climat change" dont les études dirigées par des scientifiques qui ne plongent pas dans le catastrophisme, conclues que c'est la nature qui détermine le climat et non l'homme.
Réponse de le 30/11/2015 à 19:48 :
oui c'est comme pour les poubelles, c'est la nature responsable des décharges, du plastique dans les océans, des nuages de pollution dans de nombreuses villes du monde et notamment en Chine. Même que la guerre en Syrie, en Irak, en Ukraine, Libye, Centrafrique, Yémen etc c'est la nature, c'est pas l'homme !
a écrit le 30/11/2015 à 11:45 :
Le seul enjeu crucial ...

... c'est la réélection de Hollande !
a écrit le 30/11/2015 à 11:42 :
COP21 ce qui indique qu'il y en a déjà eu 20,a t on fait un bilan des 20 premières.Si oui quel est il? Puisque 150 chefs d'états et de gouvernement vont gueuletonner ensemble,ne serait il pas envisageable qu'il fassent le point sur le carbone dégagé par les guerres qu'ils font.On pourra difficilement faire croire que, tous ces navires et avions de guerre,ces bombes qui explosent,ces puits et ces transports de pétrole qui brûlent, n'ont pas d'impact sur le réchauffement.A moins que le pact écologique soit moins important que le pact sécuritaire.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :